Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Larry king sur la déclassification en GB  (Lu 3863 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

port-royal-transworld

  • Invité
Larry king sur la déclassification en GB
« le: 16 mai 2008 à 04:05:34 »

Vite!!!! Pour ceux qui peuvent se connecter sur CNN Larry King : UFO not top secret anymore

incroyable!  je viens juste de me brancher mais il faut voir ça d'autant qu'un ufologue britannique a donné un site :
http://www.nationalarchives.gov.uk/ufos

Peter Davenport : "ça y est, le gouvernement ne peut plus cacher les choses sous prétexte que les gens vont paniquer. Cet argument n'est pas valable." Et.

Tout ce que j'ai entendu est dans ce style et je peux vous dire que Larry King prend ça très très au sérieux.

Je me reconnecte demain, ici. Je vais essayer de prendre le maximum de choses pour les transmettre sur le forum.
« Modifié: 18 mai 2008 à 03:07:23 par rim952 »
IP archivée

port-royal-transworld

  • Invité

...

une partie d'une précédente émission de Larry king, en 2007
« Modifié: 18 mai 2008 à 03:08:43 par rim952 »
IP archivée

Haziel

  • Invité

Merci pour ce scoop !
C'est une grande victoire !
Bien amicalement
Haziel
IP archivée

port-royal-transworld

  • Invité
Larry king Live - 15 Mai - UFO disclosure
« Réponse #3 le: 17 mai 2008 à 02:58:04 »

"Le Ministère de la Défense britannique vient de déclassifier des documents couvrant la période 1978-1987. D'autres dossiers seront divulgués au cours des quatre années suivantes."

"Nick Pope est en direct de Londres. Il a été responsable des affaires Ovnis au Ministère de la Défense de 1985 à 2006.
Egalement à Londres, nous avons Bob Rosamond, président du BUFORA.
Depuis Spokane, dans l'état de Washington, Peter Davenport, Directeur du NUFORC,
Enfin, à Washington, le Lieutenant Colonel Chuck Halt, retraité de l'Air Force. Il a vu un Ovni en 1980, alors qu'il était commandant-adjoint de la base de Brent Waters dans le Suffolk, en Angleterre".

Larry King - Nick, what do you make of all of this? What's in these files?

NICK POPE, FORMER OFFICIAL, UK MINISTRY OF DEFENSE: Well, this is extremely exciting news here in the UK. It is a massive story. What we've seen is the first step in a three to four-year program to release the government's entire archive of UFO files. Now, some of the material in there and what we have got just in this first batch of about 2,00 pages of documentation -- some of it's quite mundane.

But in amongst those reports, we have got some absolutely fascinating cases. A lot of UFOs seen by police officers. We have got some cases where pilots have seen UFO. And we have got a really amazing case where a UFO was tracked on military radar traveling 10 nautical miles in 12 seconds.

KING: Bob, why did the government release these files? The French government, I know, they released some documents last year. Governments have always kept it secret, the United States included. Why now do you think now, Bob?

BOB ROSAMOND, CHAIRMAN, BRITISH UFO RESEARCH ASSN.: I don't really know. Perhaps from a cynical point of view, it is a good PR exercise. It's the Ministry's opportunity of showing the world, hey, we have got nothing to hide. Here's all of our files on UFOs. The motive, the reason could be anything, to be honest. Why now, I really don't know.

KING: Peter Davenport, will this tend to put naysayers away?

PETER DAVENPORT, UFO EXPERT: It's still heresy evidence. I find it interesting that the release follows hot on the heels of the Vatican just yesterday, I think it was, stating that they felt it was OK to believe in aliens and UFOs and life elsewhere in our galaxy. This is an interesting one-two punch.

KING: Lieutenant Chuck Halt, the only one of our panel, I guess, who's seen one. What do you make of it?

CHUCK HALT, RETIRED UNITED STATES AIR FORCE: I find it quite puzzling. Why is this being spread over four years? It doesn't really make sense to me, unless the volume is so great it takes that long to preview it.

KING: What do you think, Nick? Why four years?

POPE: Well, yes, that's the point. Under the Freedom of Information act -- and by the way, that's one of the reasons why the Ministry of Defense have decided to release this. The MOD get more FOI requests on UFOs than any other subject. So the administrative burden of dealing with that has been so big that the government decided it's better to just take all the files and put them in the National Archives, so that in future people can be referred there.

But, of course, there are all sorts of exemptions under the Freedom of Information Act. Personal information of witnesses, classified information such as, for example, the capabilities of military radar systems. And some poor desk officer has to go through all of this material -- and there are tens of thousands of pages of this. I mean, it is an absolutely massive job. So we're going to get maybe half of a dozen files every month for the next three or four years.

I mean, I know it's taking a long time. But of course, as you would expect in the Ministry of Defense, there are all sorts of competing priorities.

KING: Bob Rosamond, has the British UFO Research Association had many, many, many reports over the years about sightings?

ROSAMOND: We have a substantial archive, actually. We have somewhere in the region of 12,000 to 15,000 case files going back as far as 1925. So it's quite a substantial amount of documentation, quite possibly more than the Ministry itself has.

KING: Peter, why has this been in the United States and prior to this in Great Britain some dark secret? Why won't the United States release anything it knows?

DAVENPORT: Yes, a lot of people conjecture on that, Larry. None of us even serious-minded UFO investigators knows the answer to that question. But it is an intriguing question. Of course, Belgium and Chile and France and now England, to a degree the Soviet Union, and now Russia have all to one degree or another opened their files on this subject.

I would look to the United States government now to do the same. And what I would like to see somebody senior in the U.S. government, in the military and intelligence communities, say to its people, if you know anything about the UFO phenomenon, you are free to talk to the press and to the American public. That would solve the problem in a hurry.

KING: Lieutenant Colonel Halt, as you know, made an on the scene sighting when he was a lieutenant colonel in service in the United States. He made a tape while he was investigating the scene. Let's listen.

(BEGIN VIDEO CLIP)
HALT: There was no doubt about it, there's some type of strange flashing red light here.
UNIDENTIFIED MALE: I saw a yellow tangent in two.
UNIDENTIFIED MALE: Weird.
HALT: It appears to be making movement a little bit this way. It's brighter than it has been. It's coming this way.
It is definitely coming this way.
Now we've an object about ten degrees directly south, ten degrees off the horizon.
UNIDENTIFIED MALE: One's moving away from us.
It's moving out fast.
(END VIDEO CLIP)

KING: Colonel halt, how were you treated by the powers that be after this report was filed?

HALT: Well, I was treated with respect, but everybody kept me at arm's length. Nobody wanted to get too close or too deeply involved.

KING: Why?

WHY: Well, let's face it, there's a stigma that comes with this. Very few people are willing to speak out and tell the truth. It's just too awkward, you're criticized.

KING: Do you think the British government's actions might lead to somebody in the United States?

HALT: I would certainly hope so, but the situation here is a little different. Keep in mind, there are at least half a dozen or more intelligence agencies that have their own -- how should I say -- files, programs, whatever. They share when convenient. They trade when convenient. And they withhold from each other.

KING: Do you look in the sky a lot?

HALT: Do I look in the sky a lot?

KING: Yes, now.

HALT: No, no. I don't belong to any organization or any magazine or whatever.

KING: But you are convinced you saw something that wasn't an airplane.

HALT: I definitely saw something that can't be explained. Excuse me.

KING: Nick Pope, give me an example of a report you have seen in Great Britain.

POPE: Well, we had -- this is a report that's been in the public domain for a while, but just to show the sorts of spectacular cases we do get, we had a sighting from a commercial airline pilot who saw two UFOs estimated as being almost a mile long. And this thing was actually tracked on radar. There was a primary radar return.

Then a few years before that, we had a case with a UFO flying over two military bases in England, seen by numerous police and military witnesses. One of the Air Force officers described this thing as vast triangular-shape, moving from a virtual hover to a speed several times that of a fast jet, just in seconds. And this is an Air Force officer with eight years' experience talking to me.

KING: We have a question from a caller in Mobile, Alabama. Hello.

CALLER: Hi, Larry.

KING: Hi. CALLER: I was wondering if there's any data in the files relating to alien life forms or is it all the data strictly regarding unidentified flying objects?

KING: Good question. Bob Rosamond, in your files, do you have anything relating to alien forms?

ROSAMOND: In our files, yes. Before we have vast number of files with reports of encounters of alleged alien beings, entities and alleged abduction experiences.

KING: Do you believe them?

ROSAMOND: Before our strictly objective organization, it's not about belief. It's where the facts and the evidence takes you.

KING: Peter, do you think the events in Great Britain will open up things in other places?

DAVENPORT: It's an encouraging sign, Larry. It may suggest that there's a movement afoot to mete out information piecemeal, maybe to prepare us for something that the government knows and would like to have us know more about. But that's pure conjecture. We have been saying the same thing for now well on 61 years that it's just around the corner. So it's an encouraging note, I would say, but I'll wait to see if the U.S. government responds to this at all. It will be interest to see what the Vatican has to say about it, too.

KING: Do you think their reasons would be national security?

DAVENPORT: It's hard to know. That's what everybody gravitates to. Everybody says, well the government is not feeding this information to the American public because they're afraid we'd panic. That doesn't make an ounce of sense to me, frankly. I don't think we would panic. If you look at cartoons every Saturday morning, to my eye about 90 percent of them have to do with alien life and spaceships and so on and so forth. There may be some other reason they're doing that.

KING: Chuck Halt, do you think we'll ever know the whole story?

HALT: I rather doubt it. I think we have gone too far down the road and we're not going to get the story.

KING: So we'll -- we'll never know it?

HALT: I won't say never know it. If something strange lands in Times Square and the White House lawn, I suspect we'll find out something.

KING: That would be nice. Nick Pope, we hear that the Pope's astronomer said today that alien beings are a product of god's creation. Did that surprise you? Is that news?

POPE: Yes, it is made quite an impact over here in the UK. I mean, I welcome statements like that and I think it is interesting that the two things have happened so close together. I mean, just picking up on the idea of cover-ups and conspiracies, I should say that if people are expecting in these ministry of defense files to find definitive proof of extra terrestrials, they'll be disappointed. But they can find, I think, whether they're skeptics or believers this -- they'll find things which raise important defense, national security and flight safety issues.

By the way, I should say to anyone who wants to actually look into these files, it's on the UK National Archives Web site, which is http://www.nationalarchives.gov.uk/ufos. They have set up a dedicated Web site for this. And this whole subject, I think, this move, I greatly welcome this move. It's going to propel this subject really into the mainstream.

KING: Bob, when you get reports, what do you do with, you just file them? Look into them? What do you do?

ROSAMOND: No, we conduct a thorough investigation. Initially, we receive e-mail communication, sometimes a phone call from a witness with an experience or a sighting. We get them to file an initial report, which gives us solid data work from. And from there, we go into a detailed investigation, uncovering as many possible stones to get to the answer.

KING: Peter, same thing I asked Chuck. Do you think we'll ever know the whole story?

DAVENPORT: I think we will, Larry. In fact, I published an article about four years ago with regard to the use of passive radar for detecting UFOs. It is the answer to resolving the UFO issue. As soon as we get one of those system built, I think we'll be in a very good position to take the monopoly away from the U.S. government on UFO information. And if people would like to share their sighting reports with the National UFO Reporting Center, I'd invite to them to write out just a paragraph or two describing their sighting of a suspected UFO and submit it at UFOCenter.com.

We're a service organization to the American people. We provide a place for them to call. And when they send us information, we post it publicly, so everybody may know what information we've received. Anonymously, of course.

KING: Chuck Halt, you mentioned landing in Time Square. I guess it might have to take that that for it to happen. If it does happen, we'll have it on first, OK, Chuck? And you'll be on with us that night.

HALT: Sounds great to me, Larry.

KING: In fact, we'll fly you to Times Square to interview the first alien landing there.

HALT: Great.

KING: And fly in the Pope's astronomer, too. Thank you all very much for enlightening segments on this extraordinary story out of London today.
« Modifié: 18 mai 2008 à 15:20:22 par Nemo492 »
IP archivée

port-royal-transworld

  • Invité
Larry king Live - 15 Mai - UFO disclosure
« Réponse #4 le: 17 mai 2008 à 07:57:05 »

KING :“Le Ministère de la Défense britannique vient de déclassifier des documents couvrant la période 1978-1987. D’autres dossiers seront divulgués au cours des quatre années suivantes.
Nick Pope est en direct de Londres. Il a été responsable des affaires Ovnis au Ministère de la Défense de 1985 à 2006.
Egalement à Londres, nous avons Bob Rosamond, président du BUFORA.
Depuis Spokane, dans l’état de Washington, Peter Davenport, Directeur du NUFORC,
Enfin, à Washington, le Lieutenant Colonel Chuck Halt, retraité de l’Air Force. Il a vu un Ovni en 1980, alors qu’il était commandant-adjoint de la base de Brent Waters dans le Suffolk, en Angleterre.

Nick, qu’est-ce que vous dites de tout ça? Ces dossiers, ils contiennent quoi exactement?

NICK POPE, ancien fonctionnaire au ministère britannique de la Défense :
Eh bien, je dois dire que ces nouvelles sont très excitantes pour nous ici, en Grande-Bretagne. C’est énorme cette histoire. Et encore, ce qu’il se passé en ce moment n’est que la première étape d’un programme qui va s'étaler sur 4 ans la publication de la totalité des archives sur les dossiers OVNIS. Ce que nous avons pu voir du matériel qui vient d’être publié, ce sont environ 200 pages de documentation - dont une partie qui n’a rien de bien surprenant.

Mais parmi ces rapports,  figurent des cas absolument fascinants. Beaucoup d’OVNIS ont été vus par des agents de police.  Nous avons également des cas de pilotes qui ont vus, eux aussi, des OVNIS.  Et on en a un, très étonnant celui-là,  d’un OVNI  pisté sur un radar militaire, qui se déplaçait à 10 milles marins/12 secondes (N. du T. : 1 mille marin = 1. 852 km) 

KING: Bob, Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé d’autoriser la publication de ces dossiers? Je sais que le gouvernement français l’a fait l’année dernière. Pourtant, jusqu’ici, les gouvernements ont toujours veillé à garder ces dossiers secrets, y compris les U.S.A. Alors pourquoi les choses changent-elles maintenant, Bob, votre avis?   

BOB ROSAMOND, président de la British UFO Research Association.:  Écoutez, je ne sais vraiment pas. Si on veut considérer la chose avec cynisme, disons que c’est un bon coup de Relations Publiques pour prouver au monde entier un truc du style «  Hé, vous voyez bien, on n’a rien à cacher : Tenez, voilà tous nos dossiers sur les OVNIS! » Le motif, la raison de cette décision, franchement, ça peut être n’importe quoi. Et Pourquoi maintenant, ça, je n’en sais rien.

KING: Peter Davenport, est-ce que cela va commencer à faire taire les éternels récalcitrants?

PETER DAVENPORT, expert en OVNIS : Cela reste un sujet taxé d’hérésie. Je trouve d’ailleurs intéressant que cette autorisation de publier suive, à un jour près, ce qu’a déclaré hier le Vatican à ce sujet. Je crois qu’ils ont dit que, désormais, ils acceptaient qu’on puisse croire aux OVNIS et aux E.T. et que la vie existait ailleurs dans notre galaxie. Je trouve que cette coïncidence est une bonne combinaison gauche-droite, comme dans un match de boxe.

KING : Lieutenant Chuck Halt, je crois pouvoir dire que, parmi les intervenants de ce soir, vous êtes le seul à avoir vu un OVNI. Que pensez-vous de cette autorisation de publier ces dossiers?

CHUCK HALT, retraité de l’US Air Force : Eh bien, tout cela me laisse perplexe. Pourquoi étaler sur 4 ans la publication de ces dossiers? Pour moi, cela n’a aucun sens à moins que le volume de ces documents soit important au point de nécessiter un aperçu préliminaire. 

KING : Et vous, Nick? Vous avez une idée?

POPE : Eh bien, justement! C’est en vertu de la Loi sur l’accès à l’information (Freedom of Information Act) –  et c’est l’une des raisons pour lesquelles le ministère de la Défense a pris la décision de rendre cela public. De plus en plus de requêtes d’accès à l’information au sujet des OVNIS sont adressées au ministère de la Défense, sur ce sujet-là plus que tout autre. La charge administrative que représentent ces requêtes, auxquelles il faut donner suite, est devenue si lourde que le gouvernement s’est dit qu’il valait mieux déposer tous ces dossiers aux Archives nationales, de façon à ce que les gens puissent être dirigés vers celles-ci. 

Mais, bien évidemment, en vertu de cette même Loi, il y a toutes sortes de dérogations et c’est bien ça, le problème : les informations personnelles sur les témoins, des informations classées secret défense telles que, par exemple, les capacités des systèmes des radars militaires. Et un pauvre officier responsable se voit obligé de plonger dans toute cette documentation - et il en a des dizaines de milliers de pages.  C’est un boulot écrasant, vraiment. Alors on a décidé d’y aller au rythme d’une douzaine de dossiers à la fois par mois et ce, sur trois ou quatre ans. Je me rends bien compte que c’est long. Mais vous devez quand même bien vous douter que le ministère de la défense de nombreuses priorités, tout aussi importantes.


KING : Bob Rosamond, est-ce que le BUFORA a collecté de nombreux rapports de manifestations Ovnis depuis toutes ces années ?

ROSAMOND : Nous avons des archives très conséquentes. Il y a de 12.000 à 15.000 cas enregistrés dont certains remontent à 1925. Ca représente une documentation très abondante, probablement plus fournie que celle du Ministère.

KING : Peter, pourquoi est-ce que ça a toujours été aux Etats-Unis, et avant cela en Grande-Bretagne, un secret si bien gardé ? Qu'est-ce qui empêche les Etats-Unis de diffuser ce qu'il savent ?

DAVENPORT : Oui, Larry, beaucoup de gens s'interrogent à ce sujet. Aucun des enquêteurs ufologues parmi les plus motivés ne connaissent la réponse à cette question. Mais ça reste une question intrigante. Bien sûr, la Belgique, le Chili, la France, et maintenant l'Angleterre, pour une part également l'Union soviétique - aujourd'hui la Russie - tous ces pays ont partiellement ouvert leurs dossiers.
On s'attendrait à ce que le gouvernement des Etats-Unis fasse de même. J'aimerais particulièrement voir un responsable du Gouvernement américain, ou des milieux militaires ou encore de la communauté du renseignement, s'adresser aux gens pour leur dire : si vous savez quelque chose dans le domaine du phénomène Ovni, vous pouvez en parler librement en vous adressant à la presse et au public Américain. Ca résoudrait rapidement le problème.

KING : Comme vous le savez, le Lieutenant-Colonel Halt a lui-même observé quelque chose alors qu'il servait dans l'armée américaine. Il avait réalisé un enregistrement alors qu'il enquêtait sur les lieux. Ecoutons.

(Début de la séquence)
HALT : Il n'y a aucun doute là-dessus, il y a cette étrange lumière rouge qui met des flashes.
Voix d'homme : J'ai vu une variante jaune à deux reprises.
Voix d'homme : Bizarre.
HALT : On dirait que ça se déplace un peu vers nous. La lumière est lus vive. Ca vient vers nous.
C'est vraiment en train de venir vers nous.
A présent nous avons un objet qui fait dix degrés plein sud, environ dix degrés sur l'horizon.
Voix d'homme : Il y en a une qui s'éloigne.
Ca part vite.
(Fin de la séquence)

KING : Colonel halt, comment avez-vous été considéré par les autorités après avoir déposé ce rapport ?

HALT : Eh bien, j'ai été traité avec respect, mais tout le monde a pris ses distances. Personne ne tenait vraiment à me cotoyer ou paraître impliqué avec moi. Ce genre d'affaire est traumatisante. Très peu de gens sont disposés à s'exprimer et dire la vérité. C'est bien trop extraordinaire, on ne manque pas de vous critiquer.

KING : Pensez-vous que les actions du gouvernement britannique pourraient servir d'exemple aux Etats-Unis ?

HALT : Je le souhaite évidemment, mais la situation dans ce pays est assez différente. Nous avons ici au moins une demie-douzaine d'agences de renseignement qui ont leur propre – comment dire – leurs propres dossiers, qui poursuivent leurs propres programmes, en quelque sorte. Elles ne partagent que si ça les arrange. Elles échangent quand ça leur paraît nécessaire. Et elles font de la rétention.

KING : Est-ce que vous observez beaucoup le ciel ?

HALT : Non, non. Je ne fais partie d'aucune organisation, je ne contribue à aucun magazine d'aucune sorte.

KING : Mais vous êtes convaincu d'avoir vu quelque chose qui n'était pas un avion.

HALT : J'ai effectivement vu quelque chose qu'on ne peut expliquer. Excusez-moi.

KING : Nick Pope, donnez-nous un exemple d'un rapport anglais.

POPE : Eh bien, c'est un rapport qui est dans le domaine public depuis un moment, mais c'est seulement pour vous montrer le genre de cas spectaculaires que nous recevons, nous avons une observation d'un pilote de lignes commerciales qui a vu deux Ovnis dont la longueur faisait environ un mile. Et cette chose a été capturée par le radar. Il y avait un écho du radar primaire. - http://fr.wikipedia.org/wiki/Radar_primaire

Quelques années auparavant, nous avons eu le cas d'un Ovni qui a survolé deux bases militaires en Grande-Bretagne, et qui a été vu par de nombreux témoins, des policiers et des militaires. L'un des officiers de l'Air Force a dit que cette chose était en forme de triangle, elle est passée en quelques secondes d'une position stationnaire à une vitesse plusieurs fois supérieure à celle d'un avion à réaction. Et la personne qui me l'a raconté est un officier de l'Air Force qui compte huit années d'expérience.

KING : Nous avons une question d'un spectateur qui se trouve à Mobile, Alabama. Hello.

APPELANT : Hi, Larry. Je me demandais si ces dossiers contiennent des données relatives à des formes de vie aliènes, ou bien n'y a-t-il que des rapports d'objets volants non-identifiés ?

KING : Bonne question. Bob Rosamond ?

ROSAMOND : Dans nos dossiers, oui. Nous avons rassemblé par le passé un grand nombre de rapports de rencontres supposées avec des aliens, et des expériences avec des entités, ainsi que de possibles abductions.

KING : Est-ce que vous les croyez ?

ROSAMOND : Notre organisation se veut rigoureusement objective, donc il ne peut s'agir de croyance. Seuls les faits et les preuves peuvent amener à conclure ainsi.

KING : Peter, pensez-vous que ce qui se passe en Grande-Bretagne pourrait avoir un effet d'ouverture en d'autres endroits ?

DAVENPORT : C'est un signe encourageant, Larry. Ca pourrait laisser penser qu'il y a un processus actuellement en cours qui pourrait nous délivrer cette information. Peut-être est-ce un moyen de nous préparer à quelque chose, dont le gouvernement a connaissance et qu'il aimerait nous faire savoir. Mais ce n'est qu'une spéculation. Nous nous répétons la même chose depuis 61 ans, et ce n'est toujours pas en vue. Donc, c'est un signe encourageant. Mais j'attends de voir si le gouvernement américain y apporte que quelconque réponse. Ca sera intéressant de voir si le Vatican a autre chose à dire..

KING : Pensez-vous que cette attitude s'explique au nom de la sécurité nationale ?

DAVENPORT : C'est difficile à dire. C'est ce que tout le monde tendrait à penser. Tout le monde se dit que le gouvernement ne divulgue pas cette information au public Américain parce qu'il craint un mouvement de panique. Franchement, ça ne me semble pas du tout tenir la route. Je ne pense pas que les gens se mettraient à paniquer. Regardez les dessins animés du Samedi matin, 90% nous parlent de vie extraterrestre et de vaisseaux spatiaux, et ainsi de suite. Il peut y avoir une autre raison à cette rétention.

KING : Chuck Halt, pensez-vous que nous connaîtrons un jour la vérité ?

HALT : J'en doute fortement. Je pense que nous sommes allés trop loin dans la couverture du phénomène, et que nous ne connaitrons jamais le fin mot de l'histoire.

KING : Jamais ?

HALT : Je n'en suis pas totalement certain. Si quelque chose d'étrange venait à se poser sur Times Square et le pelouse de la Maison Blanche, je me dis quand même que nous finirions par savoir.

KING : Ca serait brillant. Nick Pope, nous avons appris que l'astronome du Pape avait dit aujourd'hui que les extraterrestres font partie de la création divine. Est-ce que ça vous a surpris ? Est-ce que c'est un élément nouveau pour vous ?

POPE : Oui, ça a eu un certain  impact ici en Angleterre. J'apprécie que ce genre de déclaration survienne à peu près en même temps. A propos de l'idée de couverture et de conspirations, je voudrais ajouter que si les gens s'attendent à ce que ces dossiers du Ministère de la Défense leur apportent la preuve définitive de l'existence des extraterrestres, ils seront forcément déçus. Mais je pense qu'ils y trouveront - qu'ils soient croyants ou sceptiques - des éléments qui soulèvent une quantité de problèmes très sérieux en termes de défense, de sécurité nationale et de sécurité aérienne.
J'aimerais rappeller à ceux que ça intéresse l'adresse du site web des Archives Nationales, c'est http://www.nationalarchives.gov.uk/ufos. Un site web est entièrement consacré à ces dossiers. Et j'ajoute que tout ce qui se passe en ce moment dans ce domaine témoigne d'un mouvement, et j'apprécie de voir que ça bouge. C'est en train de permettre à ce sujet d'obtenir la faveur des grands medias.

KING : Bob, quand vous recevez des rapports, qu'est-ce que vous en faites ? Vous vous contentez de les classer ? Ou bien vous les analyser ? Que faites-vous ?

ROSAMOND : Non, nous procédons à une enquête approfondie. L'information nous parvient par email, parfois c'est un appel téléphonique, d'un témoin qui a observé quelque chose. Nous leur demandons de rédiger un premier rapport, ce qui nous donne déjà un certain nombre de données. A partir de là, nous menons une enquête précise et détaillée, afin d'explorer toutes les possibilités.

KING : Peter, je vais vous poser la question que j'avais adressée à Chuck. Pensez-vous que nous connaîtrons un jour la vérité ?

DAVENPORT : Je pense que nous saurons la vérité, Larry. En fait, j'ai publié un article il y a environ quatre ans, où je traitais de l'utilisation des radars passifs pour détecter les Ovnis. C'est la solution qui permettra de résoudre ce problème. Dès qu'un de ces systèmes sera en place, je pense que nous serons en mesure de contrer le monopole du gouvernement américain sur l'information relative aux Ovnis. Et j'invite tous ceux qui voudraient témoigner à adresser un rapport au NUFORC. Qu'ils décrivent en un ou deux paragraphes ce qu'ils ont vu et l'envoient à UFOCenter.com.
Nous sommes une organisation dédiée au service du peuple Américain. Nous leur assurons l'existence d'un centre d'appel. Et l'information que nous recevons est rendue publique, afin que tout le monde sâche quelle information nous avons reçus. Nous respectons l'anonymat des personnes.

KING : Chuck Halt, vous avez évoqué un atterrissage sur Time Square. En supposant que ça se passe ainsi que vous le dites, nous nous retrouverons avec plaisir sur ce plateau.

HALT : Ca me va tout à fait, Larry.

KING : En fait, nous vous enverrons à Times Square pour faire la première interview.

HALT : Super.

KING : Et nous ferons venir également l'astronome du Pape. Merci à tous de nous avoir éclairé sur cet évènement qu'on doit aujourd'hui aux anglais.
« Modifié: 18 mai 2008 à 16:12:23 par Nemo492 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14876
Larry king Live - 15 Mai - UFO disclosure
« Réponse #5 le: 18 mai 2008 à 02:57:24 »

Larry King CNN - The U.K. UFO Files - Part 1


« Modifié: 03 juin 2015 à 00:32:33 par katchina »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus proches..
Mais tant que tu n'as rien, on ne risque pas de te le prendre.
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

port-royal-transworld

  • Invité
Re : Larry king sur la déclassification en GB
« Réponse #6 le: 20 mai 2008 à 04:03:12 »

Merci à celle ou celui qui a continué la traduction et RIM92 qui a posté les bonnes séquences du Larry King Live, et d'avoir annoncé un jour avant, je crois, la déclassification des dossiers OVNIS par le gouvernement britannique.
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14876
Re : Re : Larry king sur la déclassification en GB
« Réponse #7 le: 20 mai 2008 à 13:28:15 »

Merci à celle ou celui qui a continué la traduction et RIM92 qui a posté les bonnes séquences du Larry King Live, et d'avoir annoncé un jour avant, je crois, la déclassification des dossiers OVNIS par le gouvernement britannique.

Merci d'avoir commencé cette traduction ! Il fallait que je la termine vite pour publication intégrale dimanche sur Ovnis-USA.
Elle s'affiche maintenant en permanence ici :
http://ovnis-usa.com/larry-king-15-mai-08-docs-mod/
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus proches..
Mais tant que tu n'as rien, on ne risque pas de te le prendre.
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

JavierD

  • Invité
Re : Larry king sur la déclassification en GB
« Réponse #8 le: 20 mai 2008 à 22:14:34 »

Il faut à nouveau louer Didier de Plaige pour son travail acharné de synthèse de l'actualité anglo-saxone sur le sujet qui nous intéresse.

Il y a, dans l'interview de Larry King, un point qui me laisse insatisfait : c'est l'attitude du Colonel Charle Halt, ancien commandant adjoint de la base de Bentwaters (OTAN) en charge de la sécurité et impliqué au premier chef dans l'affaire des ovnis de Rendlesham du 26 au 29 décembre 1980.

Je viens de relire l'extraordinaire enquête de la regrettée Georgina Bruni, "You Can't Tell the People",  sur ce cas très documenté (plusieurs dizaines de témoins militaires). Elle indique très clairement dans le chapitre consacré à Halt ("Examining the Halt Evidence", p. 210 et ss) que celui-ci n'a pas tout dit. Elle montre que le fameux enregistrement (donné à nouveau dans l'interview de King) est censuré et raccourci ("My conclusion is that he did make more tape at the time of incident, but that they were confiscated by the AFOSI and an edited version was conveniently placed in the public domain ... ", 237). Halt a reconnu qu'il y avait plusieurs cassettes qui ne seraient jamais rendues publiques et il aurait déclaré au journaliste Leo Speigel que "he did not think the public were totaly ready to hear all the fact about the case. He said what he and others had experienced out in Rendelsham Forest was so extraordinary that if the public were made fully aware of the circumstances, it would completely change the way people look at reality and the nature of the universe" (p. 238).

De son côté Peter Robbins rapporte dans son livre "Left at East Gate", qu'il a écrit avec l'un des témoins de l'affaire, Larry Warren - et qu'il faut lire attentivement - une conversation qu'il a eue avec Charle Halt en 1993. Ce dernier lui a indiqué que la NSA s'intéressait de très près à l'affaire et que les ovnis avaient envoyé des rayons sur les stocks d'armes nucléaires de la base (p. 413)

La question maintenant est de savoir pourquoi Halt se multiplie dans des évènements publics (chez Larry King 2 fois en 6 mois, au National Press Club, dans le documentaire récent de Canal+) pour ne rien dire de très utile qu'on ne sache déjà , alors qu'apparemment il a des informations essentielles. Je rappelle qu'il était le chef de la sécurité d'une base de bombardement nucléaire tactique de l'OTAN où un ovni est apparu trois nuits de suite.

Est-il contrôlé par cette sinistre Gestapo de l'US Air Force qui s'appelle l'AFOSI ? Ou par un organisme encore plus sinistre. Ou est-il en mission commandée pour lâcher un peu de lest dans le cadre d'une révélation progressive et contrôlée ?

Je n'y crois pas. En outre son propre commentaire en réponse à King qui lui demande si l'on connaîtra la vérité ne pointe pas dans cette direction : "j'en doute fortement. Je pense que nous sommes allé trop loin dans la couverture du phénomène".

Et donc, pour résumer : quel jeu joue-t-il à nous raconter inlassablement sa ballade en forêt à la poursuite de lumières évanescentes alors qu'il s'agit manifestement de bien plus que de cela, aux dires des autres patrouilleurs présents lors de l'évènement (Adrian Bustinza entre autres) ?

Explication prosaïque : peut-être a-t-il tout simplement besoin d'un peu d'argent et il répète son numéro sans en dépasser les limites autorisées.

Commentaires ?
« Modifié: 20 mai 2008 à 22:30:18 par Nemo492 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 14876
Re : Larry king sur la déclassification en GB
« Réponse #9 le: 20 mai 2008 à 23:48:38 »

UfoReality, évoquant la publication des dossiers du Ministère de la Défense britannique, rapporte un fait peu connu qu’il trouve assez choquant : "A propos de l’incident la Forêt de Rendlesham, saviez-vous que la base Air Force de Bentwaters était à l’époque sous administration Anglo-américaine ? Eh bien,… les américains ont récolté tous les témoignages, y compris de gens comme Jim Penniston (celui qui a touché l’engin et relevé les symboles étranges sur son carnet), et ne les ont pas transmis au Ministère. Aussi, lorsque vous vous adressez au MoD au sujet de cette affaire, ils vous répondent qu’ils n’ont rien ! ::)
C’est Nick Pope lui-même qui me l’a raconté…"

Ovnis-USA
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses amis les plus proches..
Mais tant que tu n'as rien, on ne risque pas de te le prendre.
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

JavierD

  • Invité
Re : Re : Larry king sur la déclassification en GB
« Réponse #10 le: 21 mai 2008 à 21:58:34 »

UfoReality, évoquant la publication des dossiers du Ministère de la Défense britannique, rapporte un fait peu connu qu’il trouve assez choquant : "A propos de l’incident la Forêt de Rendlesham, saviez-vous que la base Air Force de Bentwaters était à l’époque sous administration Anglo-américaine ? Eh bien,… les américains ont récolté tous les témoignages, y compris de gens comme Jim Penniston (celui qui a touché l’engin et relevé les symboles étranges sur son carnet), et ne les ont pas transmis au Ministère. Aussi, lorsque vous vous adressez au MoD au sujet de cette affaire, ils vous répondent qu’ils n’ont rien ! ::)
C’est Nick Pope lui-même qui me l’a raconté…"

Ovnis-USA

Oui. Et il y a encore plus étonnant ("choquant", comme vous dites) : le Général Charles A. Gabriel, commandant en chef de l'USAF basé à l'époque à Ramstein en RFA, commandant des forces alliées en Europe Centrale a rendu une visite à Bentwaters juste après l'incident _ sans en informer le MoD britannique _ ce qui, pour un officier de son rang, membre de l'Etat Major et du National Security Council, est tout à fait inhabituel. Voir les réf. chez G. Bruni (2e éd.) p. 456. Il a dû s'y faire remettre les enregistrements de l'évènement qui n'ont jamais été donnés aux Britanniques ...
IP archivée