Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: De l'huile de moteur dans nos assiettes !!!  (Lu 1301 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2480
De l'huile de moteur dans nos assiettes !!!
« le: 21 juillet 2008 à 13:50:46 »

Bien que le thème en soit essentiellement la santé, j'ai hésité à mettre cette info dans "Santé et Spiritualité". Mais je pense que c'est le silence assourdissant qui règne autour de ce scandale qui est le plus incroyable dans cette affaire.

Source :
Site Action Santé Libertés "pour le libre choix thérapeutique et la défense des droits fondamentaux
de la personne" :
http://actionsantelibertes.blogspirit.com/archive/2008/07/10/lesieur-l-huile-de-moteur-dans-nos-assiettes.html
10.07.2008
Depuis quelques semaines, la Commission européenne et le gouvernement  français laissent une huile contaminée
par des hydrocarbures passer  dans la chaîne alimentaire. A petites doses, elle arrive dans nos  assiettes à notre
insu, mais avec l’aval des pouvoirs publics. Au point de départ de cette affaire, il y a une alerte lancée le 22 avril par un industriel suite à la détection d’une « huile minérale  pure » dans de l’huile de tournesol achetée à Lesieur. Le lot contaminé provient d’Ukraine et l’ensemble de la cargaison a semble-t-il été saisi.
Mais des contrôles menés a posteriori ont révélé qu’une autre importation ukrainienne, déchargée à Sète en février,était elle aussi contaminée. Et pour ce lot, le « rattrapage » est beaucoup plus  compliqué car l’huile est déjà dans la chaîne alimentaire. La France n’est sans doute pas le seul pays concerné :  l’Allemagne,les Pays-Bas, l’Italie, la Grèce, Malte et l’Espagne sont  eux aussi importateurs d’huile ukrainienne.
Les agences sanitaires européennes et françaises ont été saisies en urgence pour évaluer le risque potentiel pour les
consommateurs.  Mais, curieusement, les pouvoirs publics se sont appuyés sur  l’expertise des toxicologues pour
définir un niveau de contamination  tolérable, réputé sans risque pour la santé ! Concrètement, seuls les  produits
contenant plus de 10% d’huile de tournesol contaminée font  l’objet d’un retrait. Pour le reste, ce sont les
consommateurs européens qui dégustent...
Rappelons que, d’après l’administration française, le contaminant  provient du raffinage du pétrole. Il est destiné à
lubrifier des machines et non à entrer dans la composition des vinaigrettes, plats  cuisinés ou mayonnaises !
Et pour couronner le tout, les pouvoirs publics émettent de simples « recommandations » qui, par définition ne sont
pas contraignantes, pour les professionnels.
L’association de consommateurs CLCV considère que  cette crise est gérée d’une façon déplorable.

En effet :

- Dans son avis du 7 mai, l’Agence française de sécurité sanitaire  des aliments souligne qu’il serait souhaitable de
  préciser plus finement la composition du contaminant. Les experts ne peuvent  exclure qu’une fraction des huiles
  indésirables présente des risques plus élevés pour les consommateurs;

- Quand bien même il n’y aurait aucun risque sanitaire avéré, il est inadmissible que des produits qui n’ont rien à faire
  dans la chaîne alimentaire y soient ainsi tolérés ;

- Enfin, si l’origine de l’affaire est bien frauduleuse, comme tout semble l’indiquer, les autorités auront fait preuve
  d’un laxisme consternant en admettant qu’un produit non conforme soit proposé aux  consommateurs.

L’association de consommateurs CLCV (www.clcv.org) demande que :
- Tous les produits potentiellement contaminés soient retirés purement et simplement de la chaîne alimentaire ;
- Cette mesure de retrait ne soit pas une simple recommandation mais une obligation pour tous les professionnels. "

Voir sur le lien indiqué plus haut une cyber@ction et une liste des marques concernées.

Lire aussi :
http://www.humanite.fr/2008-06-23_Politique_Salades-europeennes-a-l-huile-de-vidange
IP archivée
Malgré tout, aime.

Natacha

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 2480
Re : De l'huile de moteur dans nos assiettes !!!
« Réponse #1 le: 21 juillet 2008 à 14:13:33 »

Au Modérateur RIM :
Ne sachant pas si je suis autorisée ou non à ajouter un article dans son intégralité,  ::)   :-\
le voici donc   :D 
et vous laisse juge   ;D

.......................

Article extrait du  journal "Le Canard Enchaîné" (page 5) daté du mercredi 14 mai 2008.
Titre : DE L'HUILE DE MOTEUR DANS LA MAYO !
Achetées en Ukraine, 40 000 tonnes d' huile de tournesol coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe. Et les produits concernés n’ont pas du tout disparu des rayons français...

Depuis le 5 mai, de la mayonnaise, des plats cuisinés, de la vinaigrette industrielle, des conserves à l'huile, etc, préparés avec de l’huile de moteur sont en vente dans les grandes surfaces. Et ce avec la bénédiction des pouvoirs publics et de la Commission européenne. Bien sûr, le consommateur n’a pas été informé…

Officiellement, tout commence le 21 avril dernier, quand le groupe Saipol, numéro un français de la transformation des
oléagineux et accessoirement propriétaire de Lesieur, prévient la Répression des Fraudes que dans son usine de Sète,
où est raffinée de l'huile de tournesol brute, il y a un sérieux pépin. Une grosse rasade d'huile achetée en Ukraine est
farcie à l' "huile de moteur", huile minérale dérivée d’hydrocarbures. Et pas qu’un peu : d’après nos informations, sur
2 800 tonnes d’huile apparemment irréprochable livrées en France, 19 tonnes auraient mieux fait d’aller graisser des
rouages et des pistons que des gosiers. Deux jours plus tard, la France informe officiellement ses voisins européens :
cette cargaison d'huile frelatée fait partie d’un énorme lot, 40 000 tonnes, qui a atterri non seulement en France, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne. Et c’est tout le lot qui a été trafiqué ! De quoi, pour les escrocs, se faire du beurre : sachant que la tonne d'huile de tournesol brute est vendue dans les 1 800 dollars et que, d'après les confidences d’un fonctionnaire de la Commission européenne, ce sont en tout pas moins de 280 tonnes d'huile de moteur qu'ils ont introduites en douce dans les containers, les margoulins d’Ukraine ont empoché un bénéfice de 504 000 dollars (moins ce qu’ils ont déboursé pour l’huile bidon, certes, mais celle-ci coûte des clopinettes).

A partir du 26 avril, la Commission européenne et la Répression des fraudes rendent publique l’alerte. Officiellement, l’huile de tournesol frelatée mise en bouteilles et les plats préparés à partir de cette mixture ont tous été retirés des rayons et "n’ont pas atteint le consommateur". Fort bien, mais, au fait, combien de lots ont été retirés en tout ? Questionnée par "Le Canard", la DGCCRF, autrement dit la Répression des fraudes, explique que "compte tenu du nombre d’entreprises concernées, il est impossible d’en connaître le nombre exact". Chez Carrefour Promodès, enseigne qui possède la moitié des grandes  surfaces alimentaires en France, on admet du bout des lèvres avoir retiré pas moins de… 200 produits concernés !

Bref, tout baigne. Sauf qu’il reste un léger problème : Saipol, la maison mère de Lesieur (laquelle marque a fait répondre au "Canard" par son agence de com' qu’elle n’était "en rien concernée"), a reçu sa cargaison d'huile frelatée fin février. Et n’y a vu que du feu. Jusqu'à ce qu’un mois plus tard un industriel du nord de l’Europe, destinataire du même lot, l'informe après analyse que quelque chose clochait dans l'huile de tournesol ukrainienne. Et ce n’est qu’un mois plus tard que Lesieur a enfin sonné l'alerte auprès de la Répression de fraudes. La question qui se pose est cruciale : combien de produits assaisonnés à l’huile frelatée ont été conditionnés et commercialisés entre-temps ? Saipol reconnaît avoir raffiné l'huile en question pour la vendre ensuite à "une trentaine de clients de l’industrie agroalimentaire", dont il refuse de citer les noms.
Mystère et salade verte.  A la question : "Quelle quantité d'huile frelatée a été utilisée par l'agroalimentaire pour la
préparation des plats industriels ?", Bruxelles répond de son côté : "Une estimation fiable n'est pas à notre disposition."
La Commission européenne précise par ailleurs au "Canard" que, de toute façon, "cette information n'est pas publique".

Mais il y a plus sérieux : contrairement à ce qu’ont d’abord assuré la Commission européenne et les pouvoirs publics
français, tous les produits additionnés d’huile contaminée n’ont pas été retirés des rayons. En effet, le 2 mai, la Commission européenne s’est fendue en catimini d’une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de  10 % d’huile de tournesol frelatée.  Une décision bienvenue, on l'imagine, pour les industriels de l'agroalimentaire et de la grande distribution, qui ont sur les bras des montagnes de mayo, vinaigrettes, conserves et autres plats cuisinés avec la mixture ukrainienne.

Comme l’admet la DGCCRF dans une note adressée au "Canard" le 7 mai, "en l'absence de toxicité aiguë", tant pis pour les mayonnaises et autres petits plats déjà vendus. "Aucun rappel" n’a été effectué. Les consommateurs qui mont mangé de la mayo ou des conserves à l'huile de moteur auront-ils droit à une vidnage gratuite ?

Raison évoquée en choeur, donc, par la Commission européenne, les pouvoirs publics français, le groupe Saipol, l'industrie agroalimentaire et la grande distribution : ladite huile ne présente pas un risque de "toxicité aiguë". Certes, il s'agit bien, dixit la Commission européenne le 7 mai dans un courrier au "Canard", d'une "huile minérale de haute viscosité qu'on utilise habituellement comme lubrifiant pour moteur après ajout des additifs". Mais, coup de chance, elle n'avait pas encore reçu ses additifs les plus toxiques. Dès lors, selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments, qui s'est prononcée sur le sujet, un homme de 60 kilos peut en avaler chaque jour jusque 1,2 gramme les yeux fermés. Régalez-vous, braves gens !

Admirable décision, non ? Allons plus loin : puisque l'huile de moteur est sans risque, pourquoi ne pas en profiter ? On sait que le pouvoir d'achat n'est pas très vaillant, en ce moment. Pour faire baisser les prix des denrées alimentaires, ne pourrait-on généraliser l'ajout d'huile de moteur ? A condition de bien respecter la recette : ajoutez 7 grammes environ de ce breuvage exotique par kilo d'huile de tournesol brute, raffinez le tout, versez dans vos plats la mixture ainsi obtenue, en veillant à ce qu'elle ne dépasse jamais 10 % du total des ingrédients. Et bon appétit tout le monde, ça va carburer sec !
Professeur Canardeau.

Extrait d'une note très rassurante de la DGCCRF datée du 7 mai :
Il y a eu retrait et consignation mais compte tenu du nombre d'entreprises concernées, il est impossible de connaître le nombre de lots retirés. Le blocage des produits ayant moins de 10 % d'huile de tournesol contaminées est levé depuis le 2 mai, ceux contenant + de 10 % sont soumis au blocage et retrait. Aucun rappel réalisé, en l'absence de toxicité aiguë.  "

"Le Canard enchaîné", 14 mai 2008.

IP archivée
Malgré tout, aime.

BEL23

  • Invité
Re : De l'huile de moteur dans nos assiettes !!!
« Réponse #2 le: 21 juillet 2008 à 20:57:48 »

Résumé:

Marques concernées:
Lesieur, Fruit d’or, Epi d’or, Frial, Isio 4, Oli, Carapelli, Saupiquet

+ Marques du groupe Unilever (ex: Amora, Planta Fin, Maille, Knorr, Magnum, Miko...)

Produits:
Mayonnaise, Tarama, Sauce Béarnaise, Chips, Vinaigrette allégée, Surimi, Céleri Rémoulade, Soupe de poisson en conserve, Poisson pané...

Signez la cyberaction ICI

IP archivée