Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Fil généraliste: civilisation Maya  (Lu 5375 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

neptune75

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1347
Fil généraliste: civilisation Maya
« le: 08 octobre 2008 à 01:08:23 »

Bonjour

c'est ce que prétend un documentaire diffusé sur arte mercredi 8 Octobre à 3 heures du matin.
A examiner..
« Modifié: 14 février 2009 à 00:27:18 par titilapin2 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 15063
Re : code maya déchiffré?
« Réponse #1 le: 08 octobre 2008 à 01:48:46 »

Un petit effort, Neptune, pour nous donner vraiment de l'info :

Rediffusions :
11.10.2008 à 09:45
Le code maya enfin déchiffré
(Etats-Unis, 2008, 90mn)
ARTE F
Réalisateur: David Lebrun

Magnifique et complexe, l'écriture maya est restée indéchiffrable pendant quatre siècles. Le récit en images de "l'une des plus formidables histoires de découverte scientifique du XXe siècle" selon le New York Times.

En 1519, l'invasion des Espagnols et la prise de Cozumel par Cortez contraignent les Maya à fuir vers la forêt vierge. Dans les cités abandonnées, les conquistadores découvrent des objets sacrés et utilitaires, mais aussi des milliers de livres rédigés selon un mystérieux alphabet composé de hiéroglyphes. Pour les très chrétiens envahisseurs, il ne peut s'agir là que de l'oeuvre du diable : ils interdisent ces ouvrages et en brûlent un nombre considérable. La tradition maya se perpétue néanmoins jusqu'en 1697, date de la prise de la dernière ville maya indépendante. Ensuite, ce qui fut l'une des plus grandes civilisations du monde sombre dans l'oubli.
« Modifié: 08 octobre 2008 à 01:59:57 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses "amis" les plus proches..
http://pouvoir-indigo.com - http://ovnis-usa
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 15063
Re : code maya déchiffré?
« Réponse #2 le: 08 octobre 2008 à 01:59:05 »

2ème étape,
puisque Arte n'en dit presque rien,
remonter à la source américaine
en cherchant par mots-clés dans Google : "Mayan+code+decipher"
et découvrir que c'est NOVA TV - http://www.pbs.org/wgbh/nova/mayacode/

3ème étape :
lire les explications sur le site de NOVA TV :
"Pour une meilleure compréhension de l'histoire de ce déchiffrage
lire l'ouvrage de Michael Coe : "Breaking the Maya Code" (Thames & Hudson, 1999)
à partir duquel le film de NOVA a été réalisé.
"

Conclusion : le film d'Arte présente des "découvertes" qui ont déjà 10 ans.
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses "amis" les plus proches..
http://pouvoir-indigo.com - http://ovnis-usa
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille
Re : code maya déchiffré?
« Réponse #3 le: 03 janvier 2009 à 13:13:26 »

  LE CODE MAYA ENFIN DECHIFFRE !
   
  BREAKING THE MAYA CODE

Diffusée le samedi 13 septembre 2008 sur Arte
Réalisateur David LEBRUN
Producteur NIGHT FIRE FILMS INC COMPANY
Durée 1h29min33s
Catégorie Programme Unitaire
Genre Documentaire
Programme pre-achete par ARTE France
En 16/9. Sous-titrage malentendant (Antiope). Stéréo.
Etats-Unis - 2008

image invalide

Histoire : Magnifique et complexe, l'écriture maya est restée indéchiffrable jusqu'à l'exploration du site de Piedras Negras, à la fin du XXe siècle : récit en images
Posté par DhyanChohan le 1 octobre 2008

En 1519, l'invasion des Espagnols et la prise de Cozumel par Cortez contraignent les Maya à fuir vers la forêt vierge. Dans les cités abandonnées, les conquistadores découvrent des objets sacrés et utilitaires, mais aussi des milliers de livres rédigés selon un mystérieux alphabet composé de hiéroglyphes. Pour les très chrétiens envahisseurs, il ne peut s'agir là que de l'oeuvre du diable : ils interdisent ces ouvrages et en brûlent un nombre considérable.

La tradition maya se perpétue néanmoins jusqu'en1697, date de la prise de la dernière ville maya indépendante. Ensuite, ce qui fut l'une des plus grandes civilisations du monde sombre dans l'oubli.
 
C'est au XIXe siècle  que les premières fouilles sont entreprises dans les cités perdues de la jungle. Les chercheurs s'attaquent bientôt au déchiffrage de la calligraphie. Ils remportent un premier succès en parvenant à comprendre le calendrier maya (très complexe) et à identifier les glyphes des monuments figurant les dieux, les plantes, les animaux, les couleurs et les directions.

Mais l'écriture, elle, conserve tous ses secrets.

Il faut attendre la fin du XXe siècle et l'exploration du site de Piedras Negras, dans le nord de l'actuel Mexique, pour avancer de façon significative dans le déchiffrement des écrits. Une importante équipe pluridisciplinaire réunissant des paléographes, des épigraphistes, des historiens, des ethnographes, des archéologues, des astronomes et des linguistes commence à faire parler les textes.

On y découvre des histoires de royaumes et de guerres, d'alliances et de trahisons, de puissantes dynasties et de brillants généraux, d'artistes inventifs et de héros légendaires.

Des récits qui témoignent de la profonde originalité de la civilisation maya, restée longtemps totalement isolée, contrairement aux grands royaumes asiatiques et européens soumis à de multiples influences.

La critique
Des rayons poussiéreux des bibliothèques américaines, allemandes et soviétiques aux coups de pioche sous le soleil du Mexique, il en aura fallu des tâtonnements et des fausses pistes...

Des siècles auront été nécessaires pour trouver la clé d'un monde aujourd'hui disparu; pour découvrir et fouiller les ruines des grandioses cités maya qui ont dominé l'Amérique centrale, de la péninsule du Yucatán aux hauts plateaux du Guatemala, du Ve siècle avant J.-C.
jusqu'au IXe siècle de notre ère; pour retrouver les quatre seuls livres qui ont survécu aux autodafés de l'Inquisition et déchiffrer le code sibyllin de l'écriture maya. Et, enfin, grâce à ce décryptage, pour commencer à saisir l'histoire de cette civilisation.

Nombreux sont ceux qui y ont consacré leur vie avant que l'on ne mette au jour, derrière ces grilles de hiéroglyphes étranges, un mélange complexe de systèmes syllabique et logographique, aux multiples combinaisons graphiques fixées par des règles faisant la part belle à l'inventivité artistique. Avec cette histoire de découvreurs, de puzzles construits et déconstruits, de rivalité et de complémentarité entre les scientifiques - même pendant la guerre froide -, c'est une véritable épopée de la recherche qui nous est contée.

Source: http://www.artepro.com/programmes/100302/presentation.htm
admn : lien sur page d'accueil

Un pdf très bien fait de 121 pages:
Introduction aux Hiéroglyphes Mayas Manuel d’atelier
admn : page non trouvée
11ème Conférence Mayaniste Européenne Malmö, 4 au 9 décembre  006
Deuxième Édition

Une bonne synthése ici : http://www.civilization.ca/civil/maya/mmc04fra.html

Un site qui offre le catalogue graphique de tous les glyphes :
http://www2.iath.virginia.edu/med/glyph_catalog.html

« Modifié: 28 novembre 2019 à 23:23:38 par Modération »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille
Fil généraliste: civilisation Maya - El Mirador, mère des cités mayas
« Réponse #4 le: 14 février 2009 à 00:32:56 »

Un site à protéger   image invalide

LE MONDE | 13.02.09 | 15h57
 
Exploré depuis 1962, El Mirador est parmi les sites les plus menacés au monde, selon la revue Archeology de janvier-février. Un survol du Peten, une région du Guatemala peu peuplée et longtemps abandonnée aux militaires, confirme les ravages de la déforestation jusque dans la "biosphère maya".
Les narcotrafiquants poussent des paysans à occuper illégalement des terres. Le bois est vendu, et les sols défrichés servent à engraisser des bovins. Ces revenus leur servent de couverture pour "blanchir" l'argent de la drogue. La terre calcaire est ruinée, même pour l'élevage. Pour le moment, les voies terrestres du trafic passent par le nord-ouest et contournent la biosphère, qui offre dans le bassin la plus grande densité de jaguars de la planète.

Une mise en valeur de ce trésor semble la seule solution pour le sauver. Le gouvernement guatémaltèque a lancé un ambitieux projet, dit des "Quatre Balam" - des jaguars figurant les points cardinaux -, afin de créer un parc archéologique de 22 000 km2 autour de quatre sites : El Mirador, Tikal, Piedras Negras et Uaxantun. Il envisage d'y amener, en évitant toute route asphaltée, trois mille touristes par jour, qui circuleraient dans un train électrique. Ce volet serait complété, dans le sud, par un développement de l'agriculture.


"Il s'agit d'un projet stratégique, qui concerne aussi le Mexique", car il stabiliserait la frontière, affirme le ministre des relations extérieures du Guatemala, Haroldo Rodas. Le président social-démocrate Alvaro Colom en fait un des objectifs de son mandat. Il a reçu l'appui d'importantes entreprises privées, réunies dans la Fondation Pacunam. "Nous espérons que le Congrès comprendra l'enjeu et dotera cette zone d'un cadre juridique", souligne la présidente de Pacunam, Claudia Rosales.

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/02/13/un-site-a-proteger_1155038_3244.html#ens_id=1155123

----------------------------------------------------------

Reportage

El Mirador, mère des cités mayas
LE MONDE | 13.02.09 | 15h57  •  Mis à jour le 13.02.09 | 20h46   

EL MIRADOR (GUATEMALA) ENVOYÉE SPÉCIALE

Vue d'hélicoptère, la forêt du Peten est un morne moutonnement jusqu'à la frontière mexicaine. Difficile d'imaginer tout ce qui grouille, siffle, pépie, trottine et se balance sous les arbres : toucans, cerfs, tapirs, singes-araignées ou singes hurleurs à la puissante voix de fauve, tatous, serpents, porcs-épics. Et le sillage de crainte que creuse dans cette mer de verdure la course du jaguar, celui que les anciens Mayas appelaient Balam : le "maître du temps, seigneur de la nuit, souverain de l'inframonde".
Difficile, surtout, de se représenter sous ce linceul végétal ce que fut, il y a deux mille ans, la brillante culture maya du bassin d'El Mirador, au coeur du royaume de Kan, le serpent sacré. Car l'on commence à peine à en mesurer l'importance historique. Lorsque, en 1930, des archéologues américains ont survolé ce vaste plateau karstique, à la lisière du nord du Guatemala, ils ont aperçu dans la jungle des monticules boisés, qu'ils ont pris pour des volcans éteints. Or c'étaient de gigantesques pyramides, dont l'ancienneté bouleverse la chronologie établie, pendant longtemps, de la civilisation maya.

La plus imposante d'entre elles, que les collecteurs de gomme à mâcher - le chicle déjà apprécié des précolombiens - ont baptisé la Danta (le Tapir) à cause de sa silhouette massive, culmine à 72 mètres et dépasse, en volume, la grande pyramide de Gizeh, en Egypte. "Pour la construire (avec des outils rudimentaires, sans véhicules à roues ni animaux de trait), il a fallu l'équivalent de 15 millions de journées de travail, ou le labeur de huit mille hommes, jour et nuit, pendant trente ans", calcule l'Américain Richard Hansen, de l'université de l'Idaho, directeur des fouilles archéologiques du bassin El Mirador.
 
Source et suite : http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/02/13/el-mirador-mere-des-cites-mayas_1155037_3244.html#xtor=RSS-3244
« Modifié: 28 novembre 2019 à 23:23:54 par Modération »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille
Re : Fil généraliste: civilisation Maya
« Réponse #5 le: 19 février 2009 à 22:55:15 »


Date de diffusion : jeudi 19 février 2009
Horaire : 09:40 - Durée : 55 min 
Réalisateur : Michael Gregor

Enquête minutieuse autour de la mystérieuse disparition de la civilisation maya, survenue à la fin du premier millénaire de l'ère chrétienne.

Résumé : Fascinante, la civilisation maya, qui connut son apogée durant le premier millénaire de l'ère chrétienne, disparut brutalement vers 950. Aujourd'hui encore, les chercheurs et archéologues se demandent ce qui a pu causer la perte d'une civilisation aussi brillante, qui maîtrisait les mathématiques, connaissait l'irrigation et les transports, s'était dotée d'une écriture complexe et avait érigé des villes capables d'héberger jusqu'à 200 000 habitants. Le brusque déclin des Mayas est-il lié à une rivalité entre dynasties princières ? A des guerres intestines mal gérées par une caste religieuse tyrannique ? A une catastrophe naturelle ? Enquête.

----------------------------------------------------

Aventure humaine
Sphinx : Le déclin des Mayas

La civilisation maya, extrêmement avancée, fascine les chercheurs. Mais quelle est la raison de son déclin ? Rivalité entre dynastie ? Guerres intestines ? Ou un millénaire de grandes sécheresses ?

La civilisation maya, qui connu son plein épanouissement entre 250 et 950 après J.-C., se montre fascinante à tous points de vue. En mathématiques et en astronomie, les Mayas ont atteint un niveau de connaissances réellement étonnant, auquel les Européens ne parviendront que bien plus tard. Leur écriture était extrêmement complexe, tout comme leurs méthodes de calcul.

Fort étendus, les villes mayas abritaient jusqu'à 200 000 habitants.

L'agriculture était très développée et plus de trois mille sites stratégiques étaient approvisionnés grâce à un ingénieux système d'irrigation et de transports. Mais toute cette richesse et ce développement ont brusquement disparu après 950.

Le déclin des Mayas est-il dû à une rivalité entre dynasties princières ?
A des guerres intestines mal gérées par une caste religieuse tyrannique ?
Ou bien une catastrophe naturelle ?
C'est cette dernière théorie que privilégie le géophysicien allemand Gerald Haug. Des forages sous-marins réalisé dans la mer des Caraïbes montrent en effet des changements climatiques radicaux dont la date coïncidence avec celle du déclin de l'empire maya.

La région aurait connu millénaire de grandes sécheresses qui se serait soldés en peu de temps par des millions de morts. D'autres résultats de recherches scientifiques étayent cette hypothèse.

A l'aide d'analyses menées en laboratoire et de clichés du photographe allemand Teobert Maler, qui au XIXe siècle, a mis au jour de nombreuses ruines mayas, le documentaire recense les dernières avancées de la science au sujet de cette civilisation.

source : http://www.arte.tv/errors/static/404.html
admn : page non trouvée

Pour aller plus loin:
http://decouvertes.mooldoo.com/mayas/?f=Histoire
« Modifié: 25 octobre 2014 à 23:51:39 par katchina »
IP archivée