Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: Déclassification Brésil documents traduits  (Lu 12408 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4574
Déclassification Brésil documents traduits
« le: 12 mai 2009 à 00:01:47 »

CENDOC ENVELOPE 06 1975 PDF
http://www.ufo.com.br/public/abertura_2/ [modération : liens sur page d'accueil]
Page 58


SOCIEDADE PELOTENSE DE INVESTIGACÃO E PESQUISA DE DISCOS VOADORES - SPIPDV



Maria Farias Leivas, 66 ans, residente à Balneàrio do Prazeres (Laranjal), à Pelotas, Rio Grande do Sul, nous a raconté le fait extraordinaire suivant suivant qui lui est arrivé.
Il état approximativement 10h00, le 7 octobre 1973. Elle se trouvait seule à la maison, car à l'occasion sont époux était parti travailler. Maria c'est sentie apeurée lorsque elle perçut des bruits étranges à l'intérieure d'une pièce du fond de sa résidence, comme s'il y avait quelqu'un marchant par là. Elle entendait nettement des pas sur le sol.
Dans cette dépendance sont emmagasinés des produits d'entretien et également quelques objets, ainsi que des filets de pour dormir et des filets de pêche, appartenant à son fils, marié, mais qui habite ailleurs.

Maria, bien qu'ayant peur, fut vérifier ce qui se passait, mais n'a pas vu l'intrus. Après ça elle alla à la porte de devant de sa maison, et quelle ne fut pas sa surprise de voir sur le perron de sa maison. Là immobile se trouvait un "jeune homme étrange" type étudiant, mais très ressemblant à un japonais car ayant les yeux tirés sur les côtés.  Il devait mesurer 1,50 m à 1,60 m le corps mince, et ses vêtement paraissait ceux d'un "hippie", sa blouse couleur bleu-cendre avait des dessins totalement étranges pour le témoins, ressemblant à un losange. A la taille il portait une ceinture avec un type de courroie inconnue.
Maria s'est approché du visiteur, et comme il est naturel elle lui demanda ce qu'il désirait. Pour sa grande surprise le "jeune homme" lui dit qu'il était resté quelques moments à l'intérieur de sa résidence à la recherche d'un type de filet que son fils savait faire. Il ajoute qu'il n'est pas d'ici de la Terre mais d'une autre planète situé très loin dans l'espace, et que son objectif principal d'être ici, est d'apprendre comment que l'on fabrique un tel filet, qui serait destiné à être utilisé dans des paniers avec lesquels ils descendent de leur vaisseaux jusque au sol.
A ce moment Maria en pensant qu'il s'agissait d'un simple farceur, qui prétendait la faire passer pour une idiote, lui dit qu'il valait mieux qu'il parte car elle n'avait pas de temps à perdre avec quelqu'un prétendant se divertir à ses dépends.
Devant cet impasse, l'étrange "jeune homme" pour prouver qu'il parlait sérieusement, pointa vers le haut et dit à la dame d'observer comment "ils" descendaient du vaisseaux qui n'était pas visible. Maria remarqua alors un grand panier vide, fait de cordes et de matériaux similaires. Elle n'a pas distingué où se fixait le bout de la corde qui soutenait le panier (celui-ci de 2 m de hauteur approximativement), lequel s'est arrêté au touché du sol et s'est aplati de suite, cela à peu de mètre où Maria et le "jeune homme" se trouvaient.

Pendant le contacte maintenu avec l'extraterrestre qui a duré 5 minutes, celui-ci dit aux témoin que "ils ont la facilité d'être parmi nous dans notre milieux sans être repérés", notamment ils évoluent parmi les étudiants universitaires. Pour ça ils se caractérisent, ou mieux ils prennent la forme humaine, avec les mêmes vêtement que nous utilisons, ainsi ils sont facilement parmi nous sans être perçus.

Une chose qui a beaucoup attiré l'attention de Maria depuis le début de la rencontre avec l'étrange personnage, ce fut un rouleau de corde, peu épais, de couleur jaune argenté, brillant, et très beau que le "jeune homme" portait avec lui sous....

Maria c'est souvenu de demander un petit morceau de cette corde au "jeune homme", mais celui-ci de façon surprenante le lui a refusé en disant qu'il n'avait pas la permission pour ça. Mais, il a affirmé, que plus tard les terrestres irons posséder ce matériel dont est fait la corde, de laquelle en utilisant un petit morceau, la diluant dans l'eau et prise trois fois, peut guérir nos maladies, même le cancer.

Après ça l'étrange "jeune homme" a demandé à ce que Maria reste attentive à la façon dont il partirait de là. Elle, à la suite, a senti un léger malaise, devant s'appuyer sur la porte pour ne pas tomber, et en se récupérant, il n'était plus présent ni même le tel panier. La dame immédiatement est sortie regarder d'un côté et de l'autre, tentent voir où il était parti, mais pour plus qu'elle cherchait elle ne vit rien de plus. C'est comme s'il s'était évaporé.

A suivre...

« Modifié: 08 mars 2011 à 23:48:02 par katchina »
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4574
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #1 le: 12 mai 2009 à 01:09:53 »

Suite...

COMMENTAIRE
[/size]

Il tient ici d'ajouter que l'extraterrestre dit encore au témoins, qu'il reviendrait à une autre occasion lorsque son fils serait en train de travailler à la confection du filet, mais que probablement il ne serait pas vu.

Cela c'est réellement passé, après un an approximativement, depuis ce mémorable jour - 7 octobre 1973 - où que l'être extraterrestre est apparu devant Maria Leivas.

Mr Manoel Hugo Farias Leivas, de 44 ans, marié, fils de Maria, dans une entrevu que nous avons eu avec lui, nous a raconté, la chose suivante : pendant une certaine nuit, entre 22h00 et 23h00, après avoir récupéré un morceau de corde (câble d'amarrage de navires), il l'a défilée, et exécuta avec celle-ci la confection d'une partie d'un filet. Il nous dit, Manoel Hugo, qu'à cette occasion il senti une sensation étrange, comme s'il était observé de près par quelqu'un d'invisible. Ainsi il a décidé de travailler le plus rapidement possible et, après une heure termine sa tâche, ayant laissé quelques aiguilles enfilées dans le propre filet, chose qu'il n'avait jamais fait avant. Depuis il n'a jamais effectué de nouveau se travail.

Quant à l'authenticité du présent cas, nous n'avons aucun doute à l'accepter comme tel, en effet il existe d'autres faits qui corroborent le même. Ici au Brésil, par exemple,  il est déjà arrivé divers cas de cette nature. Le bulletin SBEVD N° 94/98, est estampillé en une page de ses pages, un article sous le titre "Observations de disques volant au Parà", dont l'auteur Da Ester C.L., dont le travail cite des cas de témoignages qui ont vu des êtres extraterrestres disparaitre devant eux. Soulignons spécialement le fait raconter à la Da Ester, par le Brigadier Commandant de la base aérienne de Val-do-Cãs, à Belèm du Farà, qui lui dit :

" - Mais soldat ont également vu ce couple. L'ayant trouvé très surprenant, ils ont décidé de les suivre sur la route et, du même mode, le couple a disparu subitement, évaporé ! Je remercie pour votre déposition qui nous est de grande valeur vous demandant de garder le secret de tout ça! "

Or une déclaration comme celle-là, partant d'un militaire de haut grade, comme c'est le cas du Brigadier, logiquement que nous devons l'accepter sans plus de restrictions...... il n'irait pas risquer sa position qu'il occupe de haute responsabilité, et également de la haute conception dont il joui au sein de la population, racontant un fait qui n'aurait de fondement.

Le renommé chercheur paranaense - Carlos Varassin, notre très prisé ami, à travers une correspondance qu'il nous a envoyé, informe qu'à l'occasion d'un voyage à Belo Horizonte, Mg, en 1973, l'illustre collègue Prof. Guilherme Wirz lui a confié que après beaucoup d'années d'études sur le problème ufologique, il est arrivé à la conclusion que "les êtres qui pilotent les DVs peuvent se présenter à nos yeux de terrestres de diverses manières (habillement), n'étant pas leur forme réelle". Et cela, également selon G. Wirz, fut par "eux" communiqué télépathiquement au conducteur de tracteurs Toribio Pereira, lorsque ils lui ont dit que " ils se présentent comme il veulent à nos yeux, n'étant pas celle-là leur forme définitive réelle".

Analysant d'avantage cet aspect de l'énigme  que nous présentent les êtres extraterrestres, conclue Carlos Varassin : " Or, devant de tels faits (si c'est vrai), à quoi cela sert tout ce travail immense de Jader Perreira, cataloguant des types, etc..., si ce sont à peine des apparences, ce ne sont pas des êtres réels ?"...

Da Maria Farias Leivas, est une personne que l'on peut qualifier comme "sensitive", cela parce que, au delà de ce fait, elle a déjà en d'autres occasions vu des choses étranges et même reçu des communications d'êtres qu'elle dit être de l'"astral"...

Le bulletin N° 03, de la SPIPDV, page 2 et 3, se relié le 1er cas vécu par Da Maria, soit celui arrivé en 1952, lorsque elle se trouva face à un extraterrestre pilote d'un DV, avec qui elle a tenu un bref dialogue, le quel a tenté l'emmener  vers une autre planète.

Un autre, afin de corroborer encore ce que nous pensons de de Da Maria Leivas, il est intéressant de faire ici mention à l'article sous le titre "Ce sont les personnes psychiques les plus à même de voir les OVNIs ?", auteur Janet Bord qui a été publié dans le bulletin anglais FSR du mois de mai/juin 1972, page 20,21,22. Dans le texte initial de son travail, dit l'auteur : "Maintenant les chercheurs de UFO sont de plus en plus en train de considérer la possibilité de co-relier les UFOs avec tout un ordre de phénomènes occultes, il est intéressant que un enquête plus approfondie de ceux qui ont vu des UFOs, révèle que chaque témoins a observé plus d'une fois un UFO, et a également expérimenté ce qui est normalement dénommé de expérience psychique. Il apparait qu'il existe une certaine "sensitivitée" qui opère, et que ceux qui la possèdent sont plus susceptibles de voir toute sorte de choses étranges, invisibles pour la majorité des yeux humains.

Une personne qui rentre dans cette catégorie c'est Charles Jones. Il habite une agréable zone rural de l'Indiana au EUA et a vu des OVNI de manière fréquente pendant les dernières 24 années.
Or en ce qui se réfère à Da Maria Leivas, nous trouvons une coïncidence très significative. Elle réside aussi dans une agréable zone rurale, qui se situe à Balneario do Prazeres, à l'exemple de Charle Jones, la zone où il habite et où tout les OVNIs et autres phénomènes ont été observés, est de forme générale de superficie plane et également limitée par une forêt entendues qui se trouve à la marge de la Lagoa dos Patos (lieu où se situe Balnéairo do Prazeres).

Nous sommes d'avis que tant Da Maria Farias Leivas comme le nord américain Charles Jones, sont des personnes psychiques, dotés d'une perception extrasensorielle extraordinaire, faculté qui très certainement conditionne les expériences et la communication dictée par des êtres extraterrestres hautement évolués, intéressés par un motif ou un autre par notre planète Terre !...






« Modifié: 12 mai 2009 à 02:09:40 par Paulo »
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4574
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #2 le: 12 mai 2009 à 03:32:36 »

CENDOC ENVELOPE 7 1976 PDF

http://www.ufo.com.br/public/abertura_2/
modération : lien sur page d'accueil
Page 26


____________________________________________________________

PELOTAS, 18 avril 1976

Sr
Lieutenant Colonel
DURVAL OSVALDO TOCZAK

BRASILIA


Salutations ufologiques
Joyeuse Pâques

Aujourd'hui, dimanche de Pâques, mon ami et ufologiste Luiz Real m'a téléphoné me notifiant sa missive, qui fût une double satisfaction : la première pour savoir qu'une aussi haute autorité soit intéressée en des recherches transcendantales comme les Disques Volants. Deuxièmement pour vous communiquer des données inédites (je inédites pour être médiumiques) par un ami. Voyons :

Une certaine fois, en concentration après les zéro heures entre autres choses j'ai cherché à savoir votre vitesse en terme compréhensibles au terrestre, la voici : " Nous voyageons au tour de la vitesse absolue qui veut dire qu'en termes terrestres, approximativement le dont d'ubiquité, ou encore, plus rapide : avant de partir nous sommes déjà arrivé (!). Ça c'est la vitesse absolue, cela dit nous ne sommes pas encore parvenu. Notre terminologie technique utilise plus ou moins "un cinquième de la vitesse absolue" un vingtième, un tier, et ainsi de suite à partir de la vitesse de poussée ou initiale. Nous possédons (encore en termes terrestres) des amplificateurs et après des accélérateurs atomiques électroniques pour les voyages périmétrales dans des systèmes planétaires petits comme celui de votre soleil. Pour des voyages très court comme dans un système planétaire petit nous utilisons des vitesses très en dessous de la lumière car celle-ci c'est la vitesse profitant de l'énergie propres des planètes qui les entourent, en d'autres termes, nous n'utilisons pas cette énergie mais le propre champs gravitationnel de chaque planète.
La loi que la Terre attire les corps "devra être modifiée" "la force cosmique qui pousse vers... (ici j'ai pas compris) et nous neutralisons cette force, de là l'illusion que nous utilisons le champs de gravitationnel pour nous locomouvoir (champs propre, je crois)."

Et sur Dieux ? J'ai demandé. "Vous êtes à la recherche ?

Nous asssi. Seulement, il a brûlé de très près celui qui a affirmé : l'univers visible c'est le corps de Dieux et l'énergie qui le fait se mouvoir c'est son spiritisme... Dieux (le vocable est de vous) existe et ça suffit... (réticence d'eux).

Et la réincarnation ? " la nier c'est nier Dieux"
Notre système planétaire, combien sont les planètes habitées ? "Quatre : Terre, Mars, Pluton et Venus, mais, prétendons habiter plus conforme évoluer nos expériences gynécologiques " (Voir Bible expérience gynécologique à GN-18:2 et (.. 2 à 7 succès dans l'expérience).

Je ne connais pas l'ami, je ne sais pas quelle sagesse ou raisonnement ferait de moi. Jugez comme bon vous semble; je ne sais pas non plus si c'est cet écrit animique (?) ou auto suggestif. De toute façon voilà ma modeste collaboration. J'ai 58 ans et 40 d'électronique, 30 de radio amateur (PY3 HQ). J'ai construis un détecteur de UFO cependant j'en veux un bien plus performant. J'espère que le ... me trouve des données respective, schémas ETC.


Salutation etc.....

WILSON DA SILVA STONE







« Modifié: 08 mars 2011 à 23:49:14 par katchina »
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Thx428

  • De la tribu des Mediators
  • Permissions restreintes
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1450
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #3 le: 12 mai 2009 à 07:59:36 »

Merci Paulo pour toutes ces traduc  :)  ça doit prendre du temps!
la page 26 m'a bien plus,mais j'ai pas tout compris,qui parlait pour qui,etc...
L'explication des voyages interplanetaires est très interessante
IP archivée

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4574
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #4 le: 12 mai 2009 à 09:49:21 »

Citer
la page 26 m'a bien plus,mais j'ai pas tout compris,qui parlait pour qui,etc...

J'essaye de restituer le document dans l'état,
ce n'est pas très facile, j'ai parfois du mal à
comprendre car c'est pas toujours écrit dans
du très bon portugais. Il faut savoir que le
portugais brésilien parlé couramment est
très éloigné de la langue écrite, tout dépend
du niveau littéraire de celui qui écrit.

Je résume, c'est l'ufologue WILSON DA SILVA
STONE qui écrit et répond à la demande du
Lieutenant Colonel DURVAL OSVALDO TOCZAK
lui faisant par d'une communication (télépathique (?))
qu'il aurait eu avec quelqu'un qu'il appelle "un ami".

Le deuxième paragraphe c'est la transcription
de la communication et les informations qui lui
ont été fournies.

Les trois petit paragraphes suivants, c'est toujours
la transcription mais sur les questions religieuses.

Le dernier paragraphe il fait par de ses impressions
au Lieutenant Colonel et lui demande entre autre
du matériel ufologique.

Notez bien !

Il y a d'autre lettres échangées entre les deux personnes,
par rapport à du matériel demandé par l'ufologue, où le
Lieutenant Colonel tient à s'assurer qu'il a bien reçut dans
de bonne conditions tout ce que l'armée lui a fourni.

C'est à souligner, car on peut voir là l'importance et
l'intérêt que l'armée a de ces questions et le crédit
qu'ils portent à tout ça, ainsi que leur degré d'implications.

Il y a beaucoup, beaucoup d'observations, cela représente
des milliers de témoins. De phénomènes lumineux, mais aussi
de véritables flottes de soucoupes volantes, des ballets dans
les airs de plusieurs heures, militaires, contrôleurs aériens,
panique chez la population, personnes poursuivies etc...

En France on nous parle toujours des fameuses traces radars
indispensables pour prouver l'existence de quelque chose, ainsi
à tout casser il y a seulement un cas. Au Brésil ce sont des traces
radar en pagaille, enregistré soit par les militaires, soit par les tours
de contrôles et les avions de ligne.

Quand on consulte tout ça, on peut dire que c'est un véritable
Far West en matière d'ufologie. Notez bien que pendant ces
années nous sommes en pleine dictature militaire.

IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4574
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #5 le: 12 mai 2009 à 15:31:48 »

Le cas du Dr Freitas Guimarães

Activités

Professeur de Droit Romain et sociologie
Juge du travail
Président du 1er barreau du Travail de Santos
Auteur du "Vocabulaire Étymologique du droit, Édition Unisanta (Univ.Santa Cecilia)
Président de la société Humanitaire des Employés du Commerce de Santos
1er Secrétaire de la OAB de Santos (1957/58)
Chair de l'Institut Historique et Géographique de Santos - 13/3222.5484.

_____________________________________________________

 

Une incroyable promenade dans un disque volant


Le fantastique cas de l'avocat pauliste qui aurait expérimenté

le vol dans un vaisseau inconnu sorti de la mer à São Sebatiao/SP



Jão de Freitas Guimarães, à l'âge de 47 ans, arrive en fin d'après midi le 16 juillet  1956, il y a plus d'un demi siècle, à São Sebastião, sur le littoral Nord de l'état de São Paulo, en raison d'une affaire de terrain d'un client de son bureau d'avocat, ce qu'il ferait le jour suivant dans le Forum. A l'occasion il est également professeur de droit.

Il pris une chambre d'hôtel et après avoir pris soupé, il est sorti faire un promenade sur la plage où il y a devant celle-ci à peu de kilomètres de distance l'île de la Ilha bela. Après avoir lu la plaque commémorative de la fondation de la ville, il marcha une petite distance en direction du Nord, dans le sens de Caraguatatuba, s'est assis et est resté écoutant les vagues et observant la nature.

DISQUE VOLANT - Subitement il vit une lueur et s'élever un fort jet d'eau ressemblant à une baleine et un objet est venu volant près de lui, et s'est posé une partie dans l'eau et une autre partie sur le sable de la plage sur des sphères d'un train d'atterrissage. L'objet avait au tour de 20 m de diamètre par 6 mètres d'auteur et ressemblait à deux arc en ciel unis formant une bordure en sont centre.

Il sentait l'acide, acre, désagréable. Il s'éteint et par une ouverture et dans sa partie basse est descendu une échelle flexible d'où sont sorti deux silhouettes hautes, qui cheminèrent en direction de l'avocat, qui se leva e demanda en portugais s'il s'était passé quelque problème, s'il pouvait rendre quelque service, s'ils voulaient quelque chose de lui.

Comme ils ne répondaient pas, le Dr. Freitas de Guimarães insista demandant en français, anglais, italien, espagnol. Ils ne répondaient pas, mais il eu l'intuition qu'ils lui ont dit deux fois "si vous voulez connaitre notre appareil et faire avec lui même, un petit voyage, venez", il se rendit compte qu'il était dans une franche communication télépathique.

Lorsqu'il décida accepter, un des deux visiteurs lui tourna le dos et s'est dirigé vers le disque volant, monta quelque degrés avec facilité et le Dr. Freitas Guimarães l'accompagna suivi par l'autre.

Ils sont arrivé dans une salle où il y avait une espèce de cône dont le sommet était au centre du vaisseau et qui séparait les compartiments. Au fond de ce local il y avait une espèce de divan, simple, fait d'un matériau inconnu, ressemblant à du cuir, doux, et au dessus du dossier il y avait deux appareils avec des cercles concentriques et illuminés contenant des lignes quadrangulaires avec des points, groupes de points et des annotations écrites. En son centre il y avait trois aiguilles dont une centrale plus longue e deux latérales plus petites qui étaient en mouvement. Des années après, lorsque il fut recherché par le commandant du navire Navio Escola Almirante Saldanha, de la marine Brésilienne (qui fut survolé par un disque volant le 16/01/58) le Dr. Freitas Guimarães fut informé que cet appareil était un radar hautement spécialisé. Au dessus du sofa où il s'est assis il y avait des hublots permettant  une vision externe.

"L'impression que j'avais était que le vaisseau était arrêté et que les nuages se déplaçaient.
La vitesse était énorme. A un certain moment l'appareil a trépidé"

[/font]



L'objet en dessin fait par le Dr. Freitas Guimarães

PROMENADE SIDÉRALE - Dans le vaisseau il y avait un total de 5 membres d'équipage. Les trois aperçus avaient les cheveux long et blonds, yeux clairs, et un regard très clair, des peaux sans rides, et portaient une sorte de salopette couleur de cane, vert clair, affiné avec des barres au niveau du cou, poignets, ceinture et chevilles. Ils portaient des bottines flexibles d'un matériau ressemblant à de la nappe (?!). Ensuite il entendu un léger bruit, et perçu un petit trépidement, et senti qu'ils décollaient, il vit qu'il était tombé de l'eau sur le côté hors des hublots ronds et le Dr Freitas Guimarães demanda si c'était de la pluie. Télépathiquement il lui fut répondu qu'il y avait un rotor à la base de l'appareil qui tournait et formait un vide jusque à une certaine hauteur du cylindre central que ça pompait de l'eau et ça aspergeait. L'appareil paraissait deux calottes  unie par les bords, avec un format plus ou moins ovoïde.

La clarté interne était très forte. Peu après le Dr Freitas Guimarães vit un ciel incroyablement étoilé, une aire sombre et une autre de couleur violette, et ensuite il faisait jour, la lumière du soleil tapant sur les nuages, faisant un spectacle merveilleux.

L'impression qu'il avait était que le vaisseau était arrêté et que les nuages se déplaçaient. La vitesse était énorme. A un certain moment l'appareil a trépidé, et l'avocat eu peur, et voulu demandé, mais avant il eu télépathiquement l'explication qu'ils avaient quitté l'atmosphère de notre planète qu'ils avaient "modifié le régime de navigabilité". Comme ils avaient quitté récemment São Sebastião, l'avocat voulu voir combien de temps il s'était passé et observa que sa montre était arrêtée à 19h40. Télépathiquement il accepta une invitation pour une nouvelle rencontre le 12 août 1957. Les quatre restèrent dans la même salle, mais il y avait deux personnes de plus dans le vaisseau tant sous marin (osni - objet sous marin non identifié) comme volant (ovni), qui s'est posé sur le même lieu au tour de 40 minutes après son départ. Il s'est ouvert un écoutille sur le sol et le Dr Freitas Guimarães descendit tout seul par l'escalier et voulu courrir, mais sur le lieu il y avait une gramminée très résistante, et compris qu'il pouvait tomber et n'a pas voulu montrer de la peur.

Il convient de rappeler que São Sebastião se trouve en bas de la route aérienne la plus fréquentée du Brésil, obligatoire pour les avions qui vont de Rio de Janeiro vers São Paulo et d'autres villes du Sud Est et Sud"

DE RETOUR A SANTOS - Le Dr Freitas Guimarães marcha jusqu'à son hôtel, remis sa montre à l'heure qui s'était arrêté, paya sa note et retourna à Santos par la nationale (a cette époque il n'y avait pas encore de nationale Rio-Santos et le voyage se faisait par des routes sinueuses). Il est arrivé à Santos vers les 7 ou 8 heures du matin et raconta à son épouse se qu'il s'était passé.

Ensuite il parla du sujet à peine à quelques amis intimes, mais après un an l'histoire s'est répandue et le politicien Dr Lincoln Feliciano révéla à un journal qui l'a publié avec des erreurs, peu de semaines avant le rendez vous avec les ETs, ce qui a provoqué un grand intérêt journalistique.

A partir de cet épisode le Dr Freitas Guimarães commença à avoir des intuitions inexplicables et vérifia que cela arrive avec d'autres personnes ayant eu des expériences similaires, basé sur des lettres qu'il a reçu, notamment des militaires nord américains qui se sentaient dominés par les ETs.

Le major Coqueiro de la FAB rendit visite à l'avocat et professeur et lui demanda de dessiner le disque volant, lui informant qu'il était pareil à celui qui a survolé la Base Aérienne à Gravataì/RS, et l'a dissuadé du rendez vous en l'informant que des avions de chasse et des jet armés seraient sur le lieu. Divers témoins, journalistes inclus, ont vu à cette occasion le disque volant comme les chasseurs de la FAB au dessus de São Sebatião ce qu'ils ont déclaré dans un programme de télévision. Le Dr Freitas Guimarães fut entrevu par divers organes de presse, inclus la Tribuna de Santos par le médecin, ufologue et écrivain Dr Walter Karl Bühler, de la sa Sociedade  Brasileira de Estudo dos Discos Voadores (SBEDV) qui publia d'amples matières. Le Dr Freitas Guimarães donna une entrevue deux fois à la TV Tupi de São Paulo et deux à TV de Rio.

Il a prononcé diverses conférences sur le sujet inclusivement à la Bibliothèque Publique de São Paulo et en 1980 à la loge Maçonnique de São Paulo, donna d'innombrables informations détaillées sur le disque volant, en vol et sa relation avec l'équipage, matériel qui fut enregistré sur cassette.

LES MILITAIRES ET LES DISQUES VOLANTS - Le programme "Fantàstico" du réseau Globo de Télévision passa une vidéo de 9 minutes le 22 mai 2005, dans laquelle les officiers de la FAB montraient aux ufologues à Brasila les moniteurs radars où les ovnis apparaissaient et les brigadiers déclaraient que depuis 1952 ils enquêtent et archivent des informations sur eux, c'est à dire, qu'ils le faisaient 4 ans avant le voyage du Dr Freitas Guimarães.


___________________________________________________________________


1956 ENVELOPE 04 CONTEUDO 1 PDF http://www.ufo.com.br/public/abertura_1/1956_ENVELOPE_04/ Page 1
modération : lien sur page d'accueil

Ressources complémentaires http://www.viafanzine.jor.br/site_vf/ufovia/classicos.htm
 
« Modifié: 06 juillet 2015 à 00:29:00 par katchina »
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

Thx428

  • De la tribu des Mediators
  • Permissions restreintes
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1450
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #6 le: 14 mai 2009 à 01:16:13 »

La vache! un pro ce Michel !
Merci Michou ;D ;)
IP archivée

Paulo

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4574
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #7 le: 14 mai 2009 à 09:48:53 »

La quatrième photo en partant du haut
est un cas qui implique une sorte de ballon
militaire, identifié comme un faux ovni.

"O DISCO È ESTE"

Le disque c'est celui-ci.

Encore merci Michel !

A venir, je ferais la traduction de cas types
du survol de certaines villes par plusieurs objets
assez spectaculaire.
IP archivée
Comme d'habitude, si vous même ou vos collaborateurs étaient capturés ou tués, le Département d'État niera vous avoir donné un conseil aussi con.

anakin_nEo

  • Invité
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #8 le: 27 mai 2009 à 16:34:31 »

merci

pour synthese


http://www.ufo.com.br/public/abertura_1/
http://www.ufo.com.br/public/abertura_2/
modération : liens sur page d'accueil

pour la premiere partie de la declassification l' enveloppe 6 est doublee par le bulletin de sioani , il s'agit majoritairement de cas sur la zone de sao paulo , lins et d'autres villes avec des ovnis spheriques , avec chaque fois pour environ 21 cas un schema type pour l'annee 68

l'enveloppe 7 parle de cas dans la meme zone pour l'annee 69

je pense qu'on peut clairement regrouper ces cas des trois dernieres "enveloppes" de la divulgation 1 comme une seule et meme mini vague dans la region de Sp


par ailleurs en trad vraiment barbare pour la partie 2 (desole pas le temps)

Enveloppe 01 1970 21 aout 1970 Bauru Bresil

Bauru 14 9 1970 Origem Delegacia de policia de Agudos. Informacao n° 33/9/70-SOPS. Maria alica da silva , dineia duarte fayad clarice da silva, maria celia huada e ruthe moraes sant'ana, alunas da fundacao educacional de bauru , prestaram informacoes a Autoridade policial de Agudos, desta Sub-regiao policial , a respeito da visao tida de um "objeto nao identificado". A respeito : as estudantes acima citadas, viajem diariamente a noite para Bauru num Volskwagem de oor perola ano 61 dirigido por maria alice da silva , a fim de frequentarem as aulas na referida faculdade, sendo certo que na noite de 21 de agusto de 1970, aproximadamente as 23 horas , biram uma luz estranha. Nessa noite, ao regressarem para Agudos, ruth morais sant'ana que viajava no banco traseiro , no lado asquerdo do veiculo, notou nesse kado, fora da estrada , pouco depois da Granja YY localizada a margem da reodovin .marechal rondon, uma luz vermelha, onca, sem emitir raios luminodos, de forma biconvexa a chamou a atancao das demais para o 'objeto". Maria alice da silva diminiu a marcha do veiculo a estacionou para observar.notaram com surprese que a luz diminuiu de tamanho e mudou de forma, paresentando se come uma esfera pequena e depois crescendo, come se se aproximasse de vehiculo. Assustades insitiram em que maria alice da silva pusse o carro em movimento. Ela queria continuar ali, para verificando que se tratava realmente. Mas por causa da insistencia das demasaiu e seguiu em marcha lenta. Observaram toads que a luz seguia paralelamente ao veihiculo mantendo uma certa distancia e em paquenn altitude porque pordiam ve-la sem necessidadede erguer a cabeca. Quando chegarem a altura da entrad para Agudos, estacionarem mais uma vez. O "objeto", se tornou muito proximo agora. Sua forma se alongava dando a impressao de um retangulo. Apavoradas fizeram a curva em direcao a estrada que da acesso a Agudos eo "objeto" seguiu paralelamente a Rodovia Marechal Rondon. A pedido desta autoridade policial, desenharem na folha em anexo a imagem do objeto visto, nas diversas fases do aconteoimento. Finalmente , cabe esclarecer que todas as estudientes sao mocas da melhor sociedade agudense, apresentando todas plena normalidade de convivencia social. A conideracao a quem de direito

Enveloppe 01 1970 21 aout 1970 Bauru Bresil

Bauru 14 9 1970 Source de police de Agudos. Aucune information 33/9/70-SOPS. Maria Alice soilva, Fayad Clarice dineia Duarte da Silva, Maria Célia Moraes huada et Ruth Sant'Ana, les étudiants de l'enseignement de base de Bauru, des informations à l'autorité de police Agudos, cette sous-région, la police, au sujet de la vision d'un "objet non identifié". Le problème: les élèves mentionnés ci-dessus, le soir de la navette à Bauru Volskwagem de 61 ans OOR Perola réalisé par Maria Alice da Silva à assister à des cours dans l'école, étant donné que dans la nuit du 21 Agusta en 1970 environ 23 heures, Biram une étrange lumière. Cette nuit-là, à l'aigu, ruth Sant'Ana moral qui s'est déplacé dans l'arrière sur le côté du véhicule asquerdo, a noté que KADO, hors de la route, peu de temps après YY ferme située en dehors de reodovin. Marechal Rondon, un feu rouge , onca, sans luminodos ray, dite la biconvexes atancao l'autre pour le «objet». diminiu Maria Alice da Silva à la marche du véhicule stationné observar.notaram avec surprise que la lumière a diminué en taille et en a changé en , paresentando à manger une petite boule puis grandir, manger si vous approchés du véhicule. InSite inquiet lorsque Maria Alice da Silva Puss la voiture en mouvement. Elle voulait continuer là-bas, pour sûr qu'il est vraiment. Mais, en raison de l'insistance de demasaiu et suivie par la marche au ralenti. crapauds a observé que la lumière a veihiculo à côté de maintenir une certaine distance et d'altitude en raison paquenn pordo voir sans lever la tête necessidadede. Lorsque vous atteignez le point d'entrée pour Agudos, parc, une fois de plus. Le "objet", est devenu très proche maintenant. Sa forme est allongée donnant l'impression d'un rectangle. apavorada fait la courbe de la route d'accès vers les aigus et que "l'objet", suivi en bordure de l'autoroute Marechal Rondon. La demande de la police , tirer sur la fiche jointe à l'image de l'objet vu à différents stades de aconteoimento. Enfin, il est clair que toutes les briques sont estudientes mieux agudense la société, ce qui donne tout plein de vie sociale normale. conideracao Le droit à ces


« Modifié: 08 mars 2011 à 23:46:17 par katchina »
IP archivée

anakin_nEo

  • Invité
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #9 le: 27 mai 2009 à 16:37:06 »

pour le cas de 1962 de la divulgation 1

je me suis pas foule , j'ai retrouve ceci (il faut dire que les scan sont de tres mauvaises qualites et a recoder manuellement ce qui est vraiment penible... )


20 AOUT 1962, DUAS PONTES, MINAS GERAIS, BRESIL, RAIMUNDO MAFRA DA SILVA:
BREF RESUME DE L'EVENEMENT ET DES SUITES:
L'histoire est entrée dans la littérature ufologique quand le médecin Olavo T. Fontes, ufologue brésilien bien connu et correspondant de l'APRO au Brésil, a informé les dirigeants de l'APRO, Coral et Jim Lorenzen au sujet d'événements qui sont apparus dans la presse locale. Ces événements ont été par la suite de plus en plus déformés et embellis, où au contraire privés d'informations importantes, dans des livres sur les OVNIS et sur l'Internet.

En s'en référant aux compte-rendus qui semblent les plus proches de sources premières, l'histoire se serait déroulée ainsi:

Un garçon de 12 ans, Raimundo Mafra da Silva, est allé voir la police pour rendre compte d'une série d'événements très étranges qu'il dit être arrivés à sa famille. Tout cela a eu lieu à Duas Pontes, secteur de Diamantina, dans l'état du Minas Gerais au Brésil.

Cela a commencé dans la soirée du 19 août 1962, quand lui, ses plus jeunes frères Fatimo et Dirceu, et leur père Rivalino Mafra da Silva, un pauvre prospecteur de diamant, sont allés au lit. La famille a, dit-il, été réveillée en entendant des bruits de voix et d'autres bruits peu ordinaires autour de leur cabane. Tous les quatre sont restés couchés, terrifié. Les bruits se sont arrêtés, mais ils avaient si peur qu'ils n'ont pas pu fermer l'oeil de la nuit et ont passé le temps en priant.

Quelques versions signalent que les bruits étaient en dehors de la maison, mais qu'une certaine ombre indistincte, ou plusieurs ombres, étaient à l'intérieur de la cabane, et qu'une voix à l'extérieur a été entendue disant quelque chose comme "celui-ci ressemble à Rivalino" et quelque chose au sujet de tuer Rivalino.

On dit que le matin suivant, le garçon, Raimundo, a fait un pas hors de la cahute pour chercher le cheval, et à ce moment il a vu deux grands objets en forme d'obus planant côte à côte dans le ciel à deux mètres au-dessus du sol tout au plus, et près de la porte de leur maison. Une autre version semble décrire les objets comme en forme de boules, au sol, et à deux mètres du garçon. D'une façon générale, les objets sont décrits comme ayant une "protubérance semblable à une antenne" et à une petite " queue ", ou "gouvernail de direction". L'un des objets était noir et l'autre noir et blanc. Les deux objets émettent une certaine sorte de bruit de chuintement, et à leur partie arrière, une flamme jaillissait par intermittence.

Dans une source, le garçon est cité comme ayant déclaré:

"Dans la matinée, encore effrayé, j'ai eu le courage de sortir pour chercher le cheval de mon père... Mais alors j'ai aperçu deux boules flottant en plein air côte à côte à environ un mètre du sol, à quelques 30 cm l'une de l'autre... Elles étaient grandes... L'un d'elle était toute noire, et avait une sorte d'irrégularité, comme une antenne ou une protubérance, et une petite queue. L'autre était noir et blanc avec les mêmes contours... Les deux émettaient un bruit de ronflement et ont semblé dégager du feu par une ouverture qui clignotait comme une luciole..."

"J'ai appelé mon père... hors de la maison. Il a marché vers les objets... s'est arrêtés à une distance de 2 mètres. A ce moment, les deux grandes boules ont fusionné l'un dans l'autre. Il n'y en avait plus qu'une maintenant, de taille plus grande, soulevant de la poussière du sol et déchargeant une fumée jaune qui a obscurci le ciel. Avec des bruits étranges, cette grande boule a progressé lentement vers mon père."

"Je l'ai vu enveloppé par la fumée jaune et il a disparu à l'intérieur d'elle. J'ai couru après lui dans le nuage jaune, qui avait une odeur âcre. Je n'ai rien vu, seulement cette brume jaune autour de moi. J'ai hurlé pour appeler mon père mais il n'y avait aucune réponse. Tout a été de nouveau silencieux."

"Puis la fumée jaune s'est dissoute. Les boules étaient parties. Mon père était allé. Je veux qu'on me rende mon père..."

D'autres sources ajoutent que le père a été rapidement complètement hypnotisé par les deux engins, et qu'il a ordonné à ses fils de ne pas approcher, avant d'avancer vers les objets. Certaines sources indiquent que le garçon a couru vers son père. La plupart des sources semblent convenir au sujet de la fusion des deux objets en un, de la fumée jaune, et de la disparition du père quand la fumée s'est dissipée.

Il s'agirait là de l'histoire que le garçon a rapporté à la police telle que publiée dans la presse locale. Le reste de l'histoire est que puisqu'une disparition d'une personne était signalée par l'enfant, la police a ouvert une enquête menée par un lieutenant Wilson Lisboa, chef de la police de Diamantina. On dit que la police a trouvé des traces de sang sur la terre autour de la maison dans certaines, et qu'elle n'a "rien trouvé" dans d'autres versions. Il semble que la police a commencé par tenter de savoir si Raimundo disait la vérité ou non, suspectant il pourrait avoir inventé l'histoire pour cacher un meurtre qu'il aurait commis. Apparemment, en dépit des tentatives de piéger le garçon, il a maintenu son histoire et il n'y avait eu aucune indication de mensonge. On dit que la police a rechercher des ennemis que son père pourrait avoir eu, sachant qu'il était un prospecteur de diamant, mais que rien n'a été trouvé de ce côté-là.

Un psychiatre, Joao Antunes d'Oliveira, a apparemment examiné le garçon et a dit qu'il avait sa raison, déclarant à la presse: "je ne souhaite pas discuter d'avantage du cas. Les faits sont au-delà de ma compétence. Mais je puis vous dire que le garçon est normal, et qu'il dit ce qu'il pense être la vérité."

Le garçon a été également interrogé par un Père Jose Avila Garcia, prêtre de l'église de Diamantina, qui a douté de son histoire.

Pendant les recherches de police, d'autres personnes se sont présentées et ont rapporté leurs propres histoires:

Le père Jose Avila Garcia a dit au lieutenant Lisboa que son ami Antonio Rocha, apparemment un employé des postes, dit avoir vu approximativement à 19:00 le 19 août, deux objets de la forme de sphères près de la maison de Rivalino da Silva alors qu'il pêchait dans le fleuve Manso à a côté de là.

Deux prospecteurs de diamants, collègues de Rivalino da Silva, ont dit à Lisboa qu'ils avaient vu deux êtres étranges d'un mètre de haut qui creusaient des trous dans la terre près de la cabane de Rivalino, trois jours avant la disparition de Rivalino. Ils ont avancé vers les êtres, qui se sont sauvés en courant dans les buissons, et les prospecteurs ont ensuite vu un engin étrange, rouge ou émettant de la lumière rouge, de la forme d'un chapeau, sortent des broussailles et volant au loin à grande vitesse. D'autres versions ufologiques indiquent que c'était Rivalino da Silva qui a vu ces êtres et l'OVNI en forme de chapeau, et l'a raconté à ces deux prospecteurs.

On dit que le médecin de la localité, le Dr. Giovani Pereira, a rapporté avoir vu un OVNI brillant en forme de disque dans le secteur, deux mois auparavant. Et que quatre jours plus tard, 50 personnes ont vu un objet semblable traverser le ciel.
http://www.monsite.org/ce3/1962-08-17-20-brazil-duaspontesf.htm


par ailleurs en texte brut (sans accents ) trad barbare

16 juin 1956 Sao sebastiao Ilha Bela  bresil
narraco do professor Joao de Freitas Guimaraes.
Caso Dr.freitas Guimraes. Em entrevista concedida ao Canal 13 da telisao carioca, na noite de 37 de agosto de 1957, o prof. Joao de freitas Guimaraes , advogado e professor catedratico da faculdade Catolica de Direito de Santos Sp, relatou a estanha aventura que teve com um disco volador e seus tripulantes. Entrevistado pela SBEDV, confirmou suas declaracoes, que se resumem no seguiente: No dia 16 de junho de 1956, fora a Sao Sebastiao  a serico de sua profissao.Encontrando o forum ja fechado ,hospedou-se num hotel , apos o jantar, poz-se a passear pela praia. Seriam 19,10 hs ou 19,15 hs quando olhando para o mar, vie elevar-se um jato d'agau no trecho compreendido entre a Ilha Bela e Sao Sebastiao.pensou logo numa baleia mas imediatamente emergiu das arguas um aparelho bojudo, que tomou a direcao da praia, onde ao chegar, lancou um trem de aterissagem munido de esferas e , por uma abertura, sairam dois homens, que se encaminharam ao seu encontro. Eram altos, claros cabelos, louros, olhos,claros e sernos. Usados punhos e dos tornozelos. A principio se assustara quando pararam a sua frente mas, como pareciam tao humanos ,perguntou-lhes se teria havido algum acidente com a maquina ou se estayam procurando alguem. Nao ontendo resposta, repetiu a pergunta em frances , ingles, italiano, mas sem resultado.taodavia embora eles nao falassem, o advogado teve a impressao de que estavam convidando-o a entrar no aparelho. Pareceu-lhe que os tripulantes estavam se comunicando por telepatia. Percebendo que o convite era insistente o Dr. Freitas Guimaraes sentiu uma vontade irresistivel de ver o interiro do o-segui-o sem relutancia e o outro cavalheiro marchou atras. DENTRO DO DISCO VOLADOR. O individuo que ia a frente alconcou a parte inferior da nave e  nela subiu facilmente segurando-se a escada com uma sc das maos enquantto que ele, o advogado, precisou o auxilio de ambas as maos. N aentra da do disco, aguardando-os, estava um terceiro tripulante.fechada a portar, o professor notou que havia agua nas vigias. "Esta chovendo" perguntou. Sempre telepaticamente foi-lhe dito que nao se tratava de chuva. Aquela agua era proveniente de "rotacao em sentido contrario das pecas que compunham a nave" . explicaram-lhe que , contornando a cosmonave, havia um dispositivo de filtracao de raios, o qual tinha a propriedade de fazex o semivacuo em quaiquer uma da suas partes. Observou o causidico que durante toda a viagem eles so permaneceram num unico compartimento, mas notou que havia outros tamben iluminados. Atraves das vigias viu Dr Guimaraes que passavam por uma zona intensamente escura, onde os astros brilhavam de maneira extraordinaria. Sucediam-se regioes enxameadas de estrelas, que cintilavam com incomparavel fulgor. Seguiam-se novas zonas escuras. Atravessaram depois uma camada violeta fulgurante e, nessa ocasiao, sentiu que o aparehlo se sacudia fortemente. Como demonstrasse receio, disseram-lhe que a nave acabara de deixar a atmosfera da terra. Durante a viagem, oa dvogado perguntou , varias vezes, de onde eles eram originarios, mas nao obteve resposta. Nao sabe por que razao nao desejavam identificar-se. Reparou que havia no compartimento onde se encontrava um painel de forma circular no qual oscilavam tres agulhas, muito sensiveis. Viu que ao deixarem a atmosfera da terra oas referidos ponteiros passaram a vibrar intensamente.segundo foi-lhe explicado por um dos tripulandtes o aparelho "era conduzido no sentido da resultante da compesicao das forcas magneticas naquele lugar" . ao regressarem notou que seu relogio estava paradon, mas calculou em 30 ou 40 minutos o tempo em que esterviram em voo.

12 aout 1957
NOVO ENCONTRO. Ainda dentr da astronave, combinaram novo encontro para o dia 12 de agosto do ano seguinte 1957 n o mesmo local e hora. A data foi marcada por meio de 12 constelacoes que dispuseram sob a forma de zodiacc. Uma roda indicava o ano e a repeticao de 12 vezes o numero 8 deu-lhe a ideia do mes de agosto. Declarou ainda o Professor Freiats Guimaraes que nao compareceu ao novo encontro proque, como o caso fora muito divulgado, havia sido organizada por curiosos uma caravana para assistir a entrevista o que certamente provocaria grande tumulto .alem disso a aeronautica enviara ao local alguns avioes de caca a jato. Em entrevista posterior concedida ao pesquisador da SBEDV declarou o advogado que pouces dias antes da data concencionada para o encontro o coronel aviador coqueiro na presenca de dr gabriel alca d o irmao deste e de um escrevente do 5 tabeliao de santos dissera-lhe : "Eu se fosse voce nao iria a esse encontro.terei la dois esquadroies de caca a jato para receber o disco voador. Nesta ultima entrevista acrescentou o Dr Guimaraes que soubera por pessoas que deram testemunho publico na Tv tupi de sao paulo que na data marcada o disco vaoador surgiu por tras da ilha bela passara sobre s sebastiao e seguira em direcao a praia de barraquecaba. Extraido do boletim especial 1975 da SBEDV sociedade brasileira de estudos sobre discos voadores, ce postal 16.017 correio largo do machado rio de janeiro. Rj p g33 34 luiz d rosario real, presidente da SPIPDV  pelotas abril 1976


narraco du Professeur Joao de Freitas Guimaraes.
Si Dr.freitas Guimraes. Dans une interview à la chaîne 13 de Rio telisao dans la nuit du 37 août 1957, le prof. Joao Guimaraes de Freitas, avocat et professeur de la Faculté de droit, catholique Saints Sp étain sur l'aventure qu'il a eue avec un disque et de son équipage Volador. Interviewé par SBEDV, a confirmé ses déclarations, qui sont résumées dans seguiente: Le 16 Juin 1956, à l'extérieur de la Sao Sebastiao à leur sérum profissao.Encontrando déjà fermé le forum, hébergé dans un hôtel, après le dîner, poz -- de marcher sur la plage. Serait 19.10 h 19.15 h, ou en regardant la mer, la vie est une augmentation de jet agau tronçon entre l'île et Bela Sao Sebastiao.pensou immédiatement, mais une fois sorti de la baleine arguments flaring appareil, qui a pris la direction de la plage, où il a lancé pour obtenir un train de aterissagem avec des perles, et une ouverture, à gauche, deux hommes, qui est envoyé à eux. Étaient élevés, les cheveux clairs, blonds, les yeux, la clarté et la Serna. Utilisé les poignets et les chevilles. Le principe est de faire peur à l'arrêt en face, mais, comme cela semble tellement humain, de leur demander si elles auraient eu un accident avec la machine ou de quelqu'un qui cherche Estay. Non ontendo réponse, répété la question en anglais, français, italien, mais resultado.taodavia bien qu'ils ne parlent pas, l'avocat a eu l'impression qu'ils étaient à l'inviter à entrer dans l'unité. Il lui semble que l'équipage de communiquer par télépathie. Constatant que l'appel a insisté Dr. Freitas Guimaraes ressenti une irrésistible envie de voir l'entier de la suite à la gentleman sans réticence, et l'autre l'inverse. Dans le disque Volador. La personne qui a été la première alconcou au fond du navire, et il a été facile jusqu'à la tenue de l'échelle avec un sc enquantto il mains de l'avocat, a besoin de l'aide des deux mains. N AEntrée du disque, dans l'attente d'eux, un troisième tripulante.fechada la porte, le professeur a noté qu'il y avait de l'eau dans les hublots. "Il pleut", a demandé. La télépathie a toujours dit que ce n'était pas la pluie. Que l'eau venait de «rotation dans le sens inverse des pièces qui composent le navire." lui a expliqué que, en contournant les cosmonave, il y avait un filtre à rayons dispositif, qui était détenue par fazex la semivacuo dans l'un quelconque de ses parties. Fait observer que la liste de cause pour l'ensemble de voyage afin qu'ils sont restés dans un seul compartiment, mais a noté que d'autres ont aussi été allumés. Par les hublots ont vu le Dr Guimaraes qui passent par une zone sombre intense, où les étoiles brillaient si extraordinaire. Régions, il existe des essaims d'étoiles qui clignotent avec éclat incomparable. Suivi de nouvelles zones plus sombres. Ensuite, à travers une couche vivante violet, et à cette occasion, il a estimé que si aparehlo agiter fortement. Comme le montre la peur, lui a dit que le navire venait de laisser à l'atmosphère de la terre. Pendant le voyage, vous dvogado demandé, à plusieurs reprises, où ils sont originaires, mais n'a reçu aucune réponse. Je ne sais pas pourquoi il ne veut pas s'identifier. Remarqué que le compartiment où il y avait un panneau dans une circulaire gamme dans laquelle trois aiguilles, très sensible. Vu que de quitter la terre, l'atmosphère de l'OEA a commencé à vibrer ces pointeurs intensamente.segundo il a été expliqué par l'un des tripulandtes l'unité ", a été réalisée afin de compesicao que la force magnétique en ce lieu." retour à l'avis que l'horloge a été paradon, mais calculé sur 30 ou 40 minutes, le temps esterviram en vol.

12 aout 1957
Nouvelle réunion. Même au sein de l'astronave, ont convenu de se réunir à nouveau le 12 août de l'année suivante en 1957 dans le même lieu et de temps. La date a été marquée par 12 constellations qui ont la forme d'zodiacc. Une roue indique l'année et la répétition de 12 fois le chiffre 8 lui a donné l'idée du mois d'août. Il a dit le professeur Guimaraes Freiats n'ont pas assisté à la réunion proque nouveau, comme l'affaire a été beaucoup parlé, a organisé une caravane de curieux pour voir l'interview qui va certainement entraîner une grande agitation. En outre aéronautique avions envoyé sur le site de merde le jet. Dans une interview accordée au chercheur SBEDV plus tard l'avocat a dit que quelques jours avant la date de la réunion concencionada le colonel aviateur en présence de la noix de coco dr gabriel ZLEA et le frère d'un notaire du Scribe de 5 saints lui a dit: «J'ai été vous ne seriez pas dans cette encontro.terei les deux esquadroies de merde pour obtenir le jet soucoupe volante. Dans cette dernière entrevue a ajouté le Dr Guimaraes par des gens qui savent qui a témoigné à la télévision publique Tupi de São Paulo, à cette date le disque vaoador est venu, après une belle passe sur l'île et chef Sebastian s vers la plage barraquecaba. Tirée du bulletin spécial de 1975, la société brésilienne SBEDV des études sur les soucoupes volantes, ce poste de la hache 16017 Rio de Janeiro. Rj 34 p G33 ryan d rosario réel, président de SPIPDV pellets avril 1976


http://www.ufo.com.br/public/abertura_1/1956_ENVELOPE_04/1956_ENVELOPE_04_ESPELHO.pdf
modération : lien sur page d'accueil


« Modifié: 08 mars 2011 à 23:53:35 par katchina »
IP archivée

anakin_nEo

  • Invité
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #10 le: 28 mai 2009 à 22:07:20 »

le dernier fichier de la partie 1 evoque plus de 70 cas de 69...

par ailleurs le fichier deja cite par michel vallee en inclut un paquet dont un cas de 54 d'un depute

http://www.ufo.com.br/public/abertura_1/NSISA_BR/NSISA_BR_CONTEUDO.pdf
modération : lien sur page d'accueil
de sorte que les apparences sont trompeuses.. les enveloppes constituent deja plus de 200 cas... rien que la premiere divulgation...

et des cas exceptionnels
evidemment la qualite des scan est mauvaise et c'est assez "bresilien" dans l'"approche.. nonchalent donc mais efficace quand meme comme quoi...

« Modifié: 08 mars 2011 à 23:54:14 par katchina »
IP archivée

Michel-Vallée

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4565
Re : Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #11 le: 29 mai 2009 à 01:03:23 »

et des cas exceptionnels

En accord TOTAL avec toi anakin!!
(j'ai quasiment tout dévoré)
Divulgation de grande qualité de la part de nos amis Brésiliens.... et qui, 'elle au moins', une fois que l'on s'y immerge ne serait-ce qu'un peu, ne laisse pas le lecteur "lambda" dans l'embarras du :
"ok, c'est passé un truc mais ... humain ou pas ? ... pas assez de viande sur l'os pour en apprécier réellement le goût". (j'ai des exemples en tête et suis sûrement pas le seul ...  ::))

Viva Brasil !  :)  (et Paulo aussi évidemment! ne serait-ce que pour ce travail exceptionnel de trad qui est certainement d'une très grande utilité à beaucoup de non-hispanophones)

Ahora, Paìs Siguiente por favor... y rapido ! :-)
 ;)
IP archivée
"En ufologie, il faut savoir tout envisager mais surtout ne rien croire"
-Aimé Michel

anakin_nEo

  • Invité
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #12 le: 29 mai 2009 à 11:09:14 »

en effet pour ma part j'ai deja integre les cas de la premier divulgation sur mon site , en particulier la vague de 68 69 plus de 200 cas avec schemas mais je n'ai procede qu''a certaines restranscriptions de textes , les autres sont repris en attente mais classes par date avec schemas

le travail consiste a recopier le texte original puis de le retraduire , et c'est possible dans la majorite des cas mais comme pour les documents mod ce travail prend un temps considerable aucun ocr meme prof ne fonctionnant sur des scans de ce type

dans l'avenir je ferai des kmz par pays. pour situer les vagues et mini vagues

la divulgation bresilienne est comme d'autres etrangement boudee... la divulgation equatorienne et canadienne par exemple sont presque passees inapercues aussi..

la soit disant divulgation italienne par contre est assez peu exploitable.; une liste de cas sans descriptifs et les cas de la force aerienne tiennent en 2 pages a 4... bref une fausse main tendue

la divulgation argentine pourrait etre tres interessante si elle devait avoir lieu meme s'il existe bcp de cas limites d'autant que ce pays connait des cas ovnis depuis tres longtemps y compris dans les annees 30 si j'ai bon souvenir

la divulgation australienne de 2005 est restee confidentielle mais j'ai fini par retrouver les cas via le projet47, dommage que les documents officiels australiens ne soient pas accessibles, du moins je ne les ai pas trouve a ce stade

les documents mods publies cette annee sont tellement denses qu'il faudra encore pas mal de temps pour en venir a bout et couvrent plus d'une decennie de cas de 81 a 91 tout dans tout et une decennie tres utile en angleterre, le travail de nick pope devrait etre plus valorise

et je ne connais aucune association anglaise qui fasse le travail de depouillement

mine de rien ces divulgations donnent un panorama precis des annees 70 et 80 et un peu 90.. cette petite revolution tranquille se poursuivra a mon sens si nous pouvons montrer nos capacites a gerer ces flux et a en retirer des enseignements

j'ai par exemple trouve tout aussi interessant la divulgation de l'analyse des cas norvegiens et la divulgation danoise, les cartes sont parlantes

voir mon site page divulgation

le geipan lui dort je ne me l'explique pas car meme avec changement de direction ils devraient quand meme pouvoir scanner une annee ou deux de temps en temps

car cela est independant des nouveaux cas et des analyses en cours y inclus 3a avions

mais bon tant de choses a faire et si peu de temps comme on dit

continuons donc.. ca portera ses fruits
IP archivée

jerome

  • Invité
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #13 le: 29 mai 2009 à 17:33:07 »

@Michel-Vallée : le Brésil hispanophone ?  >:(
A mon avis ce pays est plutot lusophone, ce qui nous pose problème pour les trad ... j'arrive à lire le
Portugais du Portugal facilement, mais traduire du Portugais Brésilien, c ' est ... usant  ;D
Et l' Espagnol d' Amerique du sud c'est un peu le même topo, de même que le Mexicain :
essayez de mettre en bon Français une tirade d ' un Québécois forestier récoltant de jus d ' érable, ça donne
un idée du boulot d 'interprétation à effectuer ...
J'avoue humblement que je laisse ça aux d'jeuns   :P   moi, ça m'use   ;D
IP archivée

Michel-Vallée

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4565
Re : Déclassification Brésil documents traduits
« Réponse #14 le: 29 mai 2009 à 18:09:12 »

@Michel-Vallée : le Brésil hispanophone ?  >:(
A mon avis ce pays est plutot lusophone

Oui mais bon, c'est pas non plus des langues sans rapports... ce qui était dit surtout par "non-hispanophones" c'est "ceux qui ne comprennent pas cette(ces) langue".

Perso, mon espagnol me permet justement de comprendre sans trop de difficultés (temps en temps buter sur un mot mais c'est tout) une grande partie des pays d'amérique du sud, mexique etc... y compris. J'ai, il y-a 1 an, traduit quelques vidéos des déclassifications équatoriennes simplement à l'oreille et au final ces trads se sont révélées être piles exactes.
Parler/écrire correctement l'espagnol est amplement suffisant pour se pencher sur ces déclass.*
Pour les autres (qui sont pas Brésiliens et en plus "non-hispanophones") ça leur est impossible, et c'est en cela que j'ai écris cela.
IP archivée
"En ufologie, il faut savoir tout envisager mais surtout ne rien croire"
-Aimé Michel