Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les nouveaux Forums de Radio Ici&Maintenant !




Loading

Auteur Sujet: Anthony Bragalia & la RAND Corporation  (Lu 3274 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 11066
  • Code RIM - flux Mp3
    • Le Protocole Oracle
Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« le: 31 Juillet 2009 à 15:18:53 »



Anthony Bragalia, déjà bien connu pour ses recherches sur les témoins du crash de Roswell, et l'Institut Battelle, poursuit ses investigations.

http://ovnis-usa.com/roswell-nouveau-temoin/
http://ovnis-usa.com/roswell-linstitut-battelle/

Il s'intéresse maintenant à la RAND Corporation et publie un long article qui sera présenté en 3 parties : "Révélations sur les secrets bien gardés d'un laboratoire d'idées !" - Part1 sur 3

Depuis les années 40, le gouvernement américain a discrètement transformé l'un des contractants majeur de ses agences de la défense et du renseignement en une structure secrète de réflexion sur les Ovnis. Une nouvelle enquête a permis de révéler que la prestigieuse RAND Corporation est un "laboratoire d'idées" qui a fait bien davantage que "réfléchir" à la question extraterrestre.

L'histoire de RAND et son implication secrète sur le sujet des Ovnis, telle que nous l'avons découverte concerne l'analyse des protocoles; l'évaluation des preuves et un rôle de conseil sur les potentiels technologiques qui peuvent être exploités grâce à ces études. Nous avons également mis à jour une importante connexion entre RAND et le crash de Roswell en 1947.

Qu'est-ce que la RAND Corporation ?
Elle fut établie en 1946 par les militaires de l'U.SAir Force sous le nom initial de Project RAND (Research ANd Development). Elle est aujourd'hui déclarée comme une organisation non-lucrative. Son financement provient de contrats gouvernementaux, de collaborations avec des universités et des "donateurs privés". La CIA et la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) sont ses principaux clients.

Son siège est à Santa Monica, Californie, mais elle a des branches dans le monde entier. La mission officielle de la RAND est d'aider à "améliorer la gestion et la prise de décisions en conduisant des recherches et des analyses objectives." Elle travaille officiellement "au mieux-être des citoyens et à la sécurité des Etats-Unis."

Plus de 30 Prix Nobel ont été employés par la RAND. Que ce soit en physique comme en économie, les 2.000 employés de la compagnie fournissent au gouvernement américain des informations de haut niveau et des évaluations.

En regardant de plus près, on constate que RAND a mené des études sur les systèmes d'armements, la collecte de renseignements, et la conception de bases souterraines sécurisées pour le compte de l'USAF.

Mais en creusant davantage encore, on découvre l'implication de RAND dans des études hautement classifiées sur les Ovnis, à la demande du gouvernement américain.

Les fondateurs de la RAND avait connaissance des secrets concernant les soucoupes.

RAND a été fondé par Donald Douglas, direteur de Douglas Aircraft (un protégé du Dr. Jerome Hunsaker, du MIT) avec pour associés deux gradés de l'armée. Ils font partie de l'histoire des Ovnis. Il s'agit du Major-Général Curtis LeMay (en charge du développement de l'US Air Force) et le Général Hap Arnold (considéré comme l'initiateur de la structure actuelle de l'Air Force).

En Mai 1948, la RAND fut dissociée de Douglas Aircraft et devint une entité à part entière.

Parmi ses toutes premières études à la demande du gouvernement, on trouve ce rapport mystérieusement intitulé : "Preliminary Design of an Experimental World-Circling Spaceship."
LeMay avait exprimé son intérêt pour le phénomène Ovni. Mais il était surtout connu comme le gardien des débris de Roswell.

C'est ce qui est ressorti d'une interview étonnante de spontanéité avec le regretté Sénateur Barry Goldwater. Goldwater (ancien candidat à la Présidence, Major-Général et Commandant d'aviation) fut un partenaire en affaires et un proche du Général LeMay. Goldwater avait raconté chez Larry King en 1994 combien LeMay était concerné par le sujet Ovnis. L'USAF venait juste de publier son rapport sur les ballons Mogul, pour tenter de masquer le crash de Roswell. Goldwater avait confié à Larry King que la vérité, à sa connaissance, était toute autre.

Il avait expliqué qu'il s'était entretenu avec LeMay dans les années soixante au sujet du crash. Goldwater avait lui-même les accréditations de sécurité de haut niveau.

Il déclaré chez Larry King : "Je pense que sur la base de Wright-Patterson, si vous êtes autorisé à visiter certains endroits, vous découvrirez ce que savent l'Air Force et le gouvernement au sujet des Ovnis. On avait laissé entendre qu'un Ovni s'y était posé. C'était très secret. J'ai appelé Curtis LeMay et je lui ai dit : "Mon Général, je sais que vous disposez d'une pièce à Wright Patterson où vous conservez toutes ces affaires confidentielles. M'autorisez-vous à m'y rendre ?" Je n'avais jamais vu le Général LeMay se mettre en colère, mais sa réplique m'avait littéralement foudroyé, il m'avait carrément jeté en me disant : "Ne me posez plus jamais ce genre de question !" Goldwater n'avait plus jamais essayé d'aborder le sujet.

LeMay était en très bon termes avec Butch Blanchard, le Commandant de la base militaire de Roswell en 1947. Il a été rapporté que Blanchard avait contribué à la diffusion de l'information donnée à la presse à propos du crash - ce qui avait amené les journaux à titrer le lendemain : "RAAF Captures Flying Saucer on Ranch in Roswell Region." L'ex-épouse de Blanchard et sa fille Dale ont raconté qu'il avait été profondément affecté et visiblement contrarié par cet évènement. Il s'était contenté de répéter : "Ces Russes possèdent des choses étonnantes."

William Brainerd, le Maire de Roswell, a raconté que Blanchard lui avait dit : "Je n'avais jamais vu une chose aussi incroyable !" Lorsque Art McQuiddy - éditeur du Roswell Morning Dispatch en 1947 - avait questionné Blanchard celui-ci lui avait répondi : "Je ne vous en dirai pas davantage, mais j'ai vu quelque chose que de toute ma vie je n'ais pu voir ailleurs."

Le pilote Ben Games m'a rapporté, ainsi qu'à Billy Cox, qu'il avait amené le Général Laurence Craigie (Directeur des Recherches & Développements de l'Air Force) sur le terrain militaire de Roswell après le crash. Games a ajouté que le Général Curtis LeMay était parfaitement au courant de ce déplacement - et que LeMay et Craigie avaient été étroitement liés au moment de cet évènement.

Dans la biographie de LeMay parue en 1965 ("Mission with LeMay"), il évoque rapidement le sujet Ovni. Naturellement, LeMay avait démenti toute couverture gouvernementale sur la question. Mais en poursuivant le lecture de cette biographie, on découvre cette phrase : "Il n'y a aucun doute là-dessus : il s'agissait de choses que nos enquêteurs ne pouvaient relier à aucun phénomène connu."

Dès 1943, ce Général cinq étoiles enquêtait déjà sur les soucoupes volantes. Dans la Boîte 166 des archives du Général Arnold (à AFHRC, sur la base AF de Maxwell) on trouve une analyse détaillée datée de 1943 qui atteste d'un certain nombre d'observations concernant des "disques de petite taille, argentés et lumineux" rapportés par des pilotes de B-17. Les "Foo fighters" se présentaient comme un phénomène en forme de "boules lumineuses" qui avaient été photographiées par des pilotes pendant des combats aériens en Europe dans les années 40. Hap Arnold était très impliqué dans l'étude de ces manifestations étranges.

En Novembre 1945, un adjudant rattaché au bureau de Hap Arnold avait livré à son ami Jo Chamberlin, du magazine American Legion, un paquet de documents concernant l'analyse de ces mystérieux "foo fighters". Dans une interview réalisée en 1991 par le chercheur Jeffrey A. Lindell (de l'Indiana Folklore Institute, et aussi un ancien analyste de l'USAF, spécialiste des systèmes de guerre électronique), Chamberlin a déclaré qu'il avait conservé ces documents sur les foo fighters, les avait lus en 1945, mais ne les avait pas consultés depuis. Il a ajouté qu'il avait promis à Arnold de ne jamais les faire circuler. Bien que Chamberlin ait rédigé un article généraliste sur les foo fighters dans ce magazine, il n'a jamais divulgué les documents reçus d'Arnold - et n'a jamais révélé leur contenu.

Le Général Arnold avait mis en place la 509ème et (tout comme le Général LeMay), il était en rapports étroites avec le Colonel William "Butch" Blanchard - qui commandait la 509ème unité de bombardement sur la base de Roswell en 1947, au moment du crash.

Le 7 juillet 1947 (peu après le crash de Roswell) Arnold est cité dans une dépêche de l'UP : "Le Général H.H. (Hap) Arnold, qui commandait les forces aériennes pendant la Seconde guerre mondiale, a déclaré aujourd'hui que les disques pourraient avoir été conçus par des scientifiques américains, et qu'ils seraient en voie de perfectionnement". Bien sûr, pendant cette période qui a suivi le crash, les militaires étaient en peine de fournir des explications sur la nature des disques. Mais Arnold savait depuis plusieurs années que sa supposition ne tenait pas la route. Il savait que ses pilotes en avaient observé en vol, au-dessus de l'Europe, ainsi qu'il l'avait auparavant signalé.

Source
« Modifié: 31 Juillet 2009 à 17:01:49 par Nemo492 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 11066
  • Code RIM - flux Mp3
    • Le Protocole Oracle
Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #1 le: 31 Juillet 2009 à 15:37:47 »

Suite de l'enquête d'Anthony Bragalia sur la RAND Corporation : "Révélations sur les secrets bien gardés d'un laboratoire d'idées !" - Part2 sur 3

RAND a été impliqué dès le début
Un document officiel de l'Air Force rédigé le 12 Octobre 1948 a été retrouvé par le Project 1947, un groupe de recherches historiques. Le Project 1947 est piloté par Jan Aldrich, un chercheur réputé qui est soutenu par le CUFOS, une organisation privée de recherches ufologiques. Il est aussi un spécialiste reconnu en ce qui concerne les requêtes FOIA (Freedom of Information Act).

Le document de 1948 est très instructif au sujet de la RAND et des premières études sur le phénomène Ovni.

L'en-tête de ce document porte ce titre : "Request for Study by Rand Project", et il est adressé au Chef d'Etat-Major de l'US Air Force.

Son auteur est le Colonel W.R. Clingerman, chef opérationnel du Renseignement. Clingerman faisait partie du Project Sign, la première étude officielle de l'USAF sur le phénomène Ovni.
Clingerman requiert l'approbation du Chef d'Etat-Major : "Nous demandons que l'étude particulière, qui est décrite ici, soit approuvée et que la Rand Corporation soit autorisée à lancer une étude de priorités, sur les caractéristiques et l'ordre dans lequel doivent être traitées les demandes qui sont formulées."

Clingerman consacre un paragraphe à expliquer ce qu'il attend de RAND : "Il serait nécessaire qu'ils aident à la collecte d'informations relatives aux objets volants non-identifiés, qui pourraient être des vaisseaux spatiaux ou des prototypes, et rassemblent l'information technique concernant les formes et les performances de ces engins." Il ajoute : "Le Commandement apprécierait que les personnels scientifiques de RAND puissent fournir des indices scientifiques qui pourraient permettre leur détection et identification."

Clingerman précise aussi : "Nous demandons également que l'Air Materiel Command soit chargé de superviser le programme, en conformité avec les termes de la Lettre de mission 80-10 de l'Air Corps, du 21 juillet 1948, Section 3, Paragraphe 3."

Nous avons découvert que la RAND était très estimée par les plus hauts responsables du gouvernement. Cette organisation leur semblait très adaptée pour lancer des recherches sur le phénomène Ovni. On se disait que les "vaisseaux spatiaux" possédaient des "caractéristiques particulières" que seul le personnel de RAND saurait étudier - et que ses équipes pourraient découvrir "d'autres indices scientifiques" au sujet des "objets volants non-identifiés". Nous avons également appris que la RAND devait être "supervisée" par l'AMC dans la conduite de ces travaux, en conformité avec une "Lettre de mission" datée de l'année qui suivit le crash de Roswell. Ce document est disponible sur http://www.project1947.com

La RAND et l'analyse de photos d'Ovnis
Nous avons retrouvé une note de 1966 expliquant que la RAND Corporation avait coordonné l'analyse photographique d'images d'Ovni. Les photos du 13 Novembre 1966 classées sous le nom de "Zanesville, OH UFO" avaient été prises par le barbier Ralph Ditter. Ces deux photos, qui avaient beaucoup circulé à l'époque, montrent une soucoupe assez grande au-dessus de la maison de Ditter. L'analyse photographique de RAND avait montré que l'objet n'était finalement qu'une maquette d'une dizaine de centimètres qui se trouvait à environ un mètre de l'objectif.

L'analyse était juste, et Ditter avait par la suite avoué qu'il avait monté ce canular pour satisfaire la curiosité de sa fille. On notera avec intérêt que de telles analyses sont d'ordinaire effectuées par la National GeoSpatial Intelligence Agency (anciennement le National Photographic Interpretation Center). RAND disposait donc apparemment des mêmes moyens - et les avait appliqués à étudier un phénomène Ovni.

La RAND et l'analyse d'observations d'Ovnis
Alors qu'il travaillait pour RAND, un analyste réputé, le Dr. James E. Lipp, avait rédigé l'un des deux rapports scientifiques pour le Project Sign de l'USAF. Il fut terminé en Février 1949 et classifié. Dans son rapport, Lipp fait une observation très astucieuse :

Il remarque qu'au printemps de l'année précédente, on avait procédé à cinq tests atomiques. Lipp a pensé que ces explosions pourraient avoir servi de "signaux de fumée interstellaires" - capables de déclencher un intérêt de la part d'extraterrestres. Même le sceptique Curtis Peebles avait admis que l'évaluation de Lipp pourrait constituer : "la première étude gouvernementale sur la vie extraterrestre."

Lipp écrit : "Il est envisageable que nous soyons visités par des visiteurs venus de l'espace." Au final, cependant, Lipp concluait prudemment que la plupart des rapports d'observations ne pouvaient prouver cette supposition, parce que ça ne "paraissait pas logique."

Les déclarations de RAND au sujet des E.T.
Stephen H. Doyle, un scientifique de la RAND Corporation, est l'auteur en 1964 d'un ouvrage curieusement titré "Habital Planets for Man". Dole - en se fondant sur son analyse réalisée chez RAND - pense que l'existence d'une forme d'intelligence extraterrestre est extrêmement élevée, et même probable. Dans d'autres rapports, il estime le nombre de planètes habitées (en se basant sur l'information disponible à l'époque) à 640 millions !

Il apparait que la RAND n'avait pas seulement analysé le problème Ovni, mais également évalué les aspects cosmologiques concernant notre place dans l'univers, les possibilités de la présence E.T., et avait essayé de déterminer et quantifier les possibilités de vie extraterrestre.

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 11066
  • Code RIM - flux Mp3
    • Le Protocole Oracle
Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #2 le: 31 Juillet 2009 à 15:38:33 »

Suite et fin de l'enquête d'Anthony Bragalia sur la RAND Corporation : "Révélations sur les secrets bien gardés d'un laboratoire d'idées !" - Part3 sur 3

Le rapport Ovni de RAND qui devait rester caché
L'analyste George Kocher, qui travaillait chez RAND, a signé le 27 Novembre 1968 une évaluation titrée : "UFOs : What to Do?". L'article de Kocher était estampillé : "Réservé à l'usage interne." Il précise sur la page de couverture : "Ne pas mentionner ni citer dans des publications ou correspondances extérieures." La communauté des chercheurs et ufologues avait connaissance de ce document depuis plusieurs années, mais RAND ne fut contraint qu'en l'an 2000 de reconnaître officiellement l'existence et l'authenticité de cet article. Aujourd'hui RAND tente de soutenir que c'était un "document de travail", qui n'avait jamais été approuvé. Il est facile de comprendre pourquoi RAND se comporte de cette manière.

Une synthèse de ce rapport nous livre les conclusions de l'auteur à propos du phénomène : "Il semble que les observations se soient considérablement multipliées depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Nous disposons de données suffisantes pour reconnaître sans ambiguité qu'il s'agit d'un phénomène extraordinaire et totalement inexplicable en termes actuels." Parmi les chapitres de ce document qui était classifié : "UFOs : Historical Aspects" - "UFOs : Astronomical Aspects" - "Phenomenological Aspects" et ses conclusions : "UFOs : How to Proceed and Why." Ce document est disponible en PDF sur le site du NICAP - http://www.nicap.org

En nous basant sur ce document de l'Air Force daté de 1948, nous réalisons que la compagnie RAND était engagée dans une recherche officielle. C'était toujours le cas en 1968, soit deux décennies plus tard. Il semble que leurs travaux se poursuivent aujourd'hui.

RAND & les Ovnis aujourd'hui - une affaire de famille
Le Vice-Président éxécutif de RAND est Michael D. Rich. Mr. Rich est également le Directeur de RAND National Security Research. L'histoire de la famille de M. Rich est édifiante. Il est le fils du génie de l'aéronautique Benjamin Rich.

Ben, devenu Président de Lockheed Advanced Aeronautics, avait permis au géant Lockheed Martin de régner sur l'aéro-spatial. Il a dirigé la branche ultra-secrète de Lockheed nommée "Skunk Works", où il avait conduit le développement du bombardier furtif.
Rich Sr. est universellement reconnu comme "le père de la technologie furtive".

Avant de mourir, Ben Rich avait révélé des choses étonnantes sur la réalité et la nature des Ovnis. Dans une lettre adressée à son ami et partenaire John Andrews, il répond aux remarques d'Andrew au sujet du phénomène Ovni. Andrews lui avait écrit : "Je suis certain qu'il existe des Ovnis réalisés par des humains, mais j'ai tendance à penser qu'il y a aussi des Ovnis d'origine extraterrestre."

Rich - dans une lettre manuscrite - répondait à Andrews : "Oui, je pense que les deux catégories existent." Andrews était un concepteur visionnaire et un réalisateur de maquettes d'aviation. Avant de mourir à son tour, Andrews avait raconté que Rich était allé plus loin dans une conversation privée, lui disant : "Il y a deux types d'Ovnis, ceux que nous fabriquons et ceux qu'ils ont réalisé". Rich avait dit à Andrews qu'il jugeait préférable de maintenir le public dans l'ignorance. Mais il lui a aussi annoncé qu'il avait récemment changé d'avis sur ce point, et que "les gens impliqués dans ce domaine pourraient constituer un problème plus préoccupant pour les citoyens que d'avoir à réaliser la vérité au sujet de la présence des visiteurs."

Juste avant sa mort, Andrews a révélé que Rich lui avait confirmé que des "pièces" avaient été récupérées sur les lieux du crash de Roswell en 1947. Rich avait également dit à son associé John Goodall : "Nous avons des choses sur la Zone 51 que vous-même ou les meilleurs esprits de la planète ne seraient en mesure de réaliser pendant les 30 à 40 prochaines années." En fait, Rich avait semé un bon nombre d'indices au sujet de la réalité aliène avant de nous quitter.
Le père de la Furtivité - qui est donc aussi le père du Directeur actuel de la RAND - avait fait un cadeau à la vérité et à l'histoire peu avant sa mort. Il avait confirmé les études officielles du gouvernement sur la réalité des Ovnis et le crash d'un engin extraterrestre sur cette Terre.

La connexion RAND-BATTELLE & les Ovnis
Mes précédents articles (sur ce site et dans le livre "Witness to Roswell") ont montré que - tout comme RAND - l'Insitut Battelle avait été sérieusement impliqué dans l'étude des Ovnis par le gouvernement.

Il nous est apparu que les métallurgistes de Battelle ont analysé le métal à mémoire de forme retrouvé sur les lieux du crash de Roswell. Nous avons pu tirer cette conclusion en procédant à une sorte de "rétro-information" à partir des textes sur la découverte du métal à mémoire de forme; grâce aux déclarations éclairantes de deux Généraux américains; en prenant connaissance des analyses révélatrices d'un scientifique de haut niveau chez Battelle, et en établissant d'autres rapports.

Mais peut-être que la plus intéressante de ces connexions troublantes est la suivante : le Directeur de Battelle à l'époque du crash de Roswell - Clyde E. Williams - avait en même temps occupé un poste au Conseil des Administrateurs de la RAND Corporation !

Williams avait dirigé les activités de la RAND et de Battelle à une époque où les deux organisations étaient pleinement engagées dans des études sur les Ovnis. Clyde Williams avait été nommé au Directoire de RAND en 1948 (un an après Roswell), et il est resté à ce poste jusqu'en1963. On sait également que Battelle a poursuivi ses analyses des observations d'Ovnis pour le compte de l'US Air Force et son Project Blue Book pendant l'ère Williams.

Un avertissement solennel
La démarcation entre les secteurs "public" et "privé" devient floue dès qu'il s'agit du phénomène Ovni. Les organisations "quasi-publiques" qui entretiennent cette ambiguité préoccupaient gravement le Président Dwight Eisenhower, dont les avis étaient respectés et qui fut aussi un héros militaire.

Son discours d'adieux à la nation fut éloquent. Il avait préconisé que nous soyons vigilants face aux pouvoirs incontrôlés du "complexe militaro-industriel". Et ce Général aux cinq étoiles avait raison. Parce que c'est dans de telles structures, comme Battelle et RAND, que la vérité sur les aliens demeure cachée, hors de tout contrôle. Jusqu'à ce jour.

Michel-Vallée

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4874
Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #3 le: 01 Août 2009 à 02:46:00 »

Pour ceux qui, comme moi, souhaitent télécharger la version PDF pour lecture et conservation.
Lien direct pour le rapport RAND "UFOs: What to do ?", d'une "lisibilité" un peu plus agréable que l'original mis en ligne par le NICAP, un peu "allégé" en son début (d'où il est aussi utile de télécharger "l'original" sur le site NICAP), le reste me parait identique.

http://www.rand.org/pubs/drafts/2007/DRU1571.pdf
IP archivée
"En ufologie, il faut savoir tout envisager mais surtout ne rien croire"
-Aimé Michel

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2338
  • en l'honneur de ma fille
Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #4 le: 01 Août 2009 à 16:13:58 »

Merci une nouvelle fois pour ce gros travail de traduction Nemo ;)
IP archivée

Loacoon

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 917
Re : Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #5 le: 03 Août 2009 à 15:59:35 »

Je relève une certaine contadiction dans les déclarations, à savoir que la récupération du crash de Roswell, si c'est pas toujours la continuation d'une forme d'intox, du fait des trés hautes technologies ET employées, n'a pas aboutie à des percées technologiques.
En fait on en sait rien. Tout ce qui a été "inventé" ces 60 dernière années peut très bien venir de rétro-ingénierie. Transistors, fibre optique, nano-tubes de carbone....... Ou avoir été effectivement inventé (l'humain n'est pas si débile :P).
IP archivée

DecemberTen

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 6345
Re : Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #6 le: 03 Août 2009 à 18:40:06 »

Pour ceux qui, comme moi, souhaitent télécharger la version PDF pour lecture et conservation.
Lien direct pour le rapport RAND "UFOs: What to do ?", d'une "lisibilité" un peu plus agréable que l'original mis en ligne par le NICAP, un peu "allégé" en son début (d'où il est aussi utile de télécharger "l'original" sur le site NICAP), le reste me parait identique.

http://www.rand.org/pubs/drafts/2007/DRU1571.pdf

La fig1 effacée en page 10 du pdf est "le trône de Satan"
La fig2 est ceci:


Il semble facile de retrouver les dessins effacés vu qu'ils ont laissé les références...
Je ne comprends d'ailleurs pas... ???

Loacoon

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 917
Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #7 le: 08 Août 2009 à 10:37:40 »

Ce sont des exemples, et en aucun cas des affirmations. Ce que je veux dire est simplement que nous ne savons pas si oui ou non le crash de Roswell a apporté des avancées technologiques.
Sinon, ça a quand même, apparemment, abouti au métal à mémoire de forme...
IP archivée

elevenaugust

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 3435
  • APPONO ASTOS
Re : Re : Anthony Bragalia & la RAND Corporation
« Réponse #8 le: 08 Août 2009 à 12:01:49 »

Ce sont des exemples, et en aucun cas des affirmations. Ce que je veux dire est simplement que nous ne savons pas si oui ou non le crash de Roswell a apporté des avancées technologiques.
Sinon, ça a quand même, apparemment, abouti au métal à mémoire de forme...
Corso disait explicitement qu'ils auraient pu faire beaucoup plus avec le "cadeau" que représentait l'ET qui leur a été envoyé à Roswell; et qu'ils n'ont (qu'il n'a lui-même...) rien fait, sans toutefois expliquer pourquoi.

Si cela est vrai, quel gâchis et quel dommage!

Seulement, Corso lui-même savait-il tout et/ou nous a t'il tout dit?
IP archivée
IPACO, le nouvel outil destiné aux analyses photos et vidéos d'ovnis est en ligne: www.ipaco.fr
 


* QR code
Pour écouter la Radio Ici & Maintenant!
sur smartphones & tablettes :