Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Nouvelles:

Les Forums de Radio Ici&Maintenant !

Auteur Sujet: "Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités  (Lu 12916 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

"Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités

Au moment où l'on peut s'inquiéter des moyens budgétaires de la NASA (cf fil de Nemo), on peut espérer que cette série donnera le petit coup de pouce budgétaire nécessaire.

Bien qu'une critique de la série soit moyenne (ci-dessous) et une audience faible (4 millions), je vous invite à regarder le 1er épisode en VOST qui personnellement m'a fait bonne impression :P

Bon je n'ai pas trouvé des images des navettes dans l'espace mais c'est top!

Lapin


Origine de la série : Américaine
Episodes : 13
Top Série : 61 ème
Statut : en production
Réalisateur : James D. Parriott en 2009
Acteurs : Ron Livingston, Laura Harris   
Genre : Drame, Science fiction
Durée : 42 Min
Date de diffusion : 2 Août 2009



Dans un futur proche, huit astronautes de cinq pays différents partent pour une mission d'exploration de 6 ans dans le système solaire. Les relations entre les membres de l'équipe, ainsi que leurs actions passées, ont un étrange effet karmique sur le présent.

admn : l'image n'est plus disponible

Defying Gravity : Une nouvelle série spatiale

 Fox TV Studios s’est associé avec CTV (Canada), ProSieben (Allemagne) et la BBC pour produire Defying Gravity, une série en 13 épisodes avec Ron Livingston (Office Space).

admn : l'image n'est plus disponible

The Hollywood Reporter a annoncé que la série, qui sera produite par James Parriott (Grey’s Anatomy) et Michael Edelstein (Desperate Housewives), racontera l’histoire de 8 astronautes dans un futur proche qui partent pour une mystérieuse mission de 6 ans à travers le système solaire.

admn : l'image n'est plus disponible

En plus de Ron Livingston, l’actrice allemande Florentine Lahme a déjà été castée. David Straiton a signé pour diriger le premier épisode qui devrait entrer en production le 19 janvier prochain à Vancouver.

----------------------------------------------------------

Il arrive de temps à autre que plusieurs projets ayant des sujets similaires arrivent simultanément à la portée du public.

admn : l'image n'est plus disponible

 Et ce ne sont pas toujours les programmes les plus prometteurs qui ont le plus de chance. Ainsi, si elle ne fera pas nécessairement sauter les foules au plafond plus que son estimée homologue Virtuality (qui possédait toutes les qualités requises pour passionner les amateurs de science fiction et nous exciter au plus haut point), la coproduction internationale Defying Gravity a, de son côté, eu droit à une commande de 13 épisodes. 13 épisodes dont la diffusion a débuté le week-end dernier sur ABC aux États-Unis, et qui semblent déjà avoir atteint une vitesse de croisière molle et poussive. Malgré tout, difficile de ne pas ressentir une certaine fascination (malsaine ?) après avoir difficilement digéré les premières minutes de la chose, tant l'improbable mélange des genres proposé ici provoque une indigestion quasi instantanée.

admn : l'image n'est plus disponible

2042. Suivant les ordres de ses supérieurs contre son gré et sa conscience, l'astronaute et pilote Maddux Donner (Ron Livingston, Frères d'Armes, Standoff) abandonne deux de ses collègues sur Mars afin de compléter sa mission. Dix ans plus tard, et trainant toujours une mauvaise réputation, il est aujourd'hui chargé de sélectionner 8 astronautes destinés à participer à une mission de six ans autour du système solaire. A la fin de l'entrainement, ces huit hommes et femmes (4 et 4) voient néanmoins leurs plans contrariés in extrémis quand deux d'entre eux présentent d'un coup des anomalies cardiovasculaires qui pourraient mettre en péril la dite-mission. Au pied levé, Maddux va alors rejoindre ce nouvel équipage avec qui il entretient un passif complexe.

admn : l'image n'est plus disponible

Une force encore inconnue a-t-elle tout fait pour arranger ce voyage ?

Dans quel but ?

Quelle est la véritable finalité de ce voyage ?

admn : l'image n'est plus disponible

Parmi les bons points, Defying Gravity a pour elle d'être servie par une production design efficace qui a sans doute englouti une bonne partie du budget du show. Effet spéciaux réalisés par la boite responsable de ceux des séries Stargate, décors colorés, réalistes et fonctionnels, et enfin un design de vaisseau spatial inspiré des modèles Icarus du Sunshine de Danny Boyle. On y croit presque.

admn : l'image n'est plus disponible

Qui plus est la distribution permettra aux aficionados de retrouver quelques têtes connues et appréciées. Aux côtés de Ron Livingston, Laura Harris (Dead Like Me), Christina Cox (Blood Ties), Paula Garcés (The Shield), Ty Olsson (Battlestar Galactica), Malik Yoba (New York Undercover), Andrew Airlie (Saved, Le Diable et Moi), Eyall Podell (24 Heures Chrono), Maxim Roy (ReGenesis) se chargent de donner corps à l'aventure. Que du beau monde !

admn : l'image n'est plus disponible

Mais il ne suffit pas d'avoir de beaux atours pour se rendre intéressante : l'originalité et la rigueur sont des composantes essentielles quand il s'agit de s'aventurer dans un genre aussi codifié que celui de la science-fiction, et malheureusement, Defying Gravity fait plutôt office de patchwork général en mangeant à tous les râteliers, même les plus improbables.

admn : l'image n'est plus disponible

Tout d'abord, et s'il serait malvenu de parler de plagiat à ce niveau puisque les deux séries ont été développées simultanément, impossible, donc, de ne pas faire de parallèle avec le Virtuality de la Fox. A l'image du pilote mort-né de Ronald D. Moore, cette série d'anticipation réaliste voit son équipage embarquer pour un long voyage sur un navire truffé de caméras, tandis que les moindres faits et gestes de chacun sont retransmis sur terre dans ce qui semble être une émission de télé-réalité. Nous aurons même droit au célèbre confessionnal. Pudeur cependant, l'état major à la décence de couper les vidéos quand les deux membres d'une même couple se lancent dans de ultimes ébats avant d'être séparés pour la durée de la mission (six ans rappelons-le).

Autre coïncidence troublante, l'équipe aura bientôt affaire à une entité mystérieuse dénommée Béta, en contact avec les têtes pensantes de la mission et véritable raison d'être du voyage (un ordinateur ? Un extraterrestre ? Une entité camouflée sur le vaisseau à l'insu de l'équipage ?).

admn : l'image n'est plus disponible

Si Defying Gravity prend sur ce point ses distances avec le docu-fiction Space Odyssey de Joe Ahearne (une influence avouée des scénaristes), elle prend beaucoup trop de temps et de pincettes à l'introduire pour éveiller notre intérêt. A n'en pas douter le show aurait eu un visage bien différent si les 13 épisodes n'avaient pas étés commandés et produits d'un traite.

admn : l'image n'est plus disponible

Autre série avec laquelle le nouveau show de ABC possède des similitudes : le Lost de Damon Lindelof (également diffusé sur ABC). Là encore le procédé des flashbacks en rafale est courant, mais son utilisation récurrente pousse forcément à la comparaison, le passé commun des protagonistes permettant d'établir une double chronologie (la mission/l'entrainement) dans laquelle les actions et les conséquences ne cessent de se répondre.

admn : l'image n'est plus disponible

Mais le plus troublant des parallèles sautera à n'en pas douter à tous ceux qui auront ne serait-ce jeté un oeil au Grey's Anatomy de Shonda Rhimes, série sur laquelle le créateur de Defying Gravity James D. Pariott a également servi producteur exécutif et de scénariste (toujours sur ABC).

admn : l'image n'est plus disponible

Reconnu et célébré pour son travail sur Super Jaimie, L'incroyable Hulk, et Superminds (sans parler de sa récente participation à Sons of Anarchy), le scénariste décide toutefois, comme il l'a promis au Network, de piocher dans les aventures de Meredith Grey pour construire et consolider les relations de ses astronautes. Si les discussions entre filles sont frivoles et accompagnées d'une musique légère et caractéristique, les situations de crise et autres problèmes techniques sont résolus de manières totalement farfelues et peu conventionnelles.

admn : l'image n'est plus disponible

Comment ne pas penser à George, Izzie ou Cristina quand un crachat servira à stopper la fuite d'air d'une combinaison spatiale ? Enfin, on espère sincèrement que la relation entre Maddux (Ron Livingstone) et Zoe Barnes (Laura Harris) se veut comme un hommage à celle de Meredith et de Derek, le vétéran couchant d'emblée avec la petite nouvelle avant de réaliser que tous deux vont devoir travailler ensemble.

admn : l'image n'est plus disponible

Voyant déjà ses éléments SF lorgner bien plus du côté du Mission to Mars de Brian De Palma que du 2001 de Stanley Kubrick, Defying Gravity serait-elle plus à ranger au rayon des dramas féminins de la chaîne que de ses shows fantastiques ? Pas si sûr. Malgré ses airs de show choral et de drama pour midinettes, Defying Gravity met tout de même son personnage principal et héros déchu au centre de toutes les situations.

admn : l'image n'est plus disponible

Un astronaute perd la boule ? Pas de problème ! Maddux est là pour cogner un patron refusant le sauvetage et débarquer en quatrième vitesse sur son destrier d'acier pour sauver la situation. Une collègue est victime d'un dysfonctionnement qui l'enverra valdinguer dans les étendues glacées et infinies de l'espace ? Là encore Maddux, grâce à un rêve prémonitoire, aura eu la présence d'esprit d'attacher la miss au vaisseau pour ce simple exercice de routine. Oh Yeah. Vous avez dit cowboy de l'espace ?

admn : l'image n'est plus disponible

Alors évidemment, la déception est grande de devoir se contenter d'une Defying Gravity alors que nous rêvions d'une Virtuality. Mais il serait bon de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain tandis que le nouveau show de ABC, s'il fera rager les amateurs de SF révolutionnaire et d'occasions ratées, est loin d'avoir encore délivré tous ses secrets.

admn : l'image n'est plus disponible

Le troisième épisode enverra d'ailleurs un pavé dans la marre qui ne manquera pas d'éclabousser tout ce gentil petit monde, et pourrait satisfaire nos bas instincts d'amateurs de série Z. Donnons donc au vétéran James D. Parriott et à sa série cannibale une dernière petite chance avant de suivre les téléspectateurs américains (moins de quatre millions), et de tourner définitivement la page de cet indigeste « Grey's Anatomy in Space ».

Source article
----------------------------------------------------

Hébergeur : Multi
Qualité : HDTV
Format : XviD
Langue : Anglais
Sous-titres : Français

admn : l'image n'est plus disponible

Back Row, from left: Andrew Airlie, Karen Leblanc, Peter Howitt, Florentine Lahme, Ron Livingston, Laura Harris, Maxim Roy, Eyal Podell, Christina Cox; Front Row, from left: Malik Yoba, Paula Graces, Dylan Taylor, Zahf Paroo, Ty Olsson

Le lien pour télécharger le pilote est cassé.

Pour des sites sur la série:

http://defying-gravity.serieslive.com/


admn : l'image n'est plus disponible
Christina Cox


Frank Mikanowski

Liste des épisodes ici
« Modifié: 26 septembre 2014 à 23:56:32 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Encore une critique facile sur la série, la chaine...

Mais il faut être transparent et se faire sa propre opinion car ce n'est pas à la base un documentaire scientifique ;)

Lapin

admn : l'image n'est plus disponible

 Pour suivre au plus près l’actualité des séries, nous vous proposons la critique des nouveautés américaines dès leur diffusion outre-Atlantique. Aujourd’hui, “Defying Gravity”, mixture molle de “Grey’s Anatomy” et de space opera.

 
Il était temps que les séries prennent quelques vacances. Dernière nouveauté de la saison estivale, Defying Gravity s’inscrit sans conviction dans une tendance « pot de crème glacée » propre aux mois chauds, qui laisse bien souvent coi le critique télé déjà engourdi. A des années lumières de Virtuality, qui tentait récemment de questionner l’impact de l’enfermement spatial sur l’être humain, Defying Gravity, lancée hier soir sur ABC, se contente d’envoyer à travers la galaxie huit cosmonautes – quatre hommes, quatre femmes – tout droit sortis de Grey’s Anatomy (un des gros succès de la chaîne). Séparations « déchirantes », sexe en apesanteur, grossesse secrète, tout y est, y compris la voix off, celle de Maddux Donner (Ron Livingston, vu dans Frères d’Armes), héros maudit – donc sexy – de cette romance en scaphandre.

ABC Defying Gravity Long Trailer

Remplacer un univers anxiogène – l’hôpital – par un autre – l’espace – ne suffit pas à faire une nouvelle série. Dénuée de l’humour et de la légèreté sucrée de Grey’s Anatomy – les blagues volent ici trop près de la ceinture – Defying Gravity ne tient guère longtemps la comparaison avec son modèle terrestre. Cousue de fils blancs, tentant même d’inclure les petits hommes verts dans son récit, la série souffre surtout de son goût pour les clichés de la SF spatiale américaine, ralentis, trompettes, affection virile et héroïsme de spot publicitaire, le tout soigneusement mêlé à une bande-son pop. Plus vains encore que les réflexions pseudo existentialistes de Meredith Grey, les commentaires de Donner ne font rien pour contrer l’impression de vide qui se dégage de cet inoffensif produit d’été. Malgré de jolis effets spéciaux, Defying Gravity reste très loin de nous, dans l’espace, là où personne n’entendra ses héros minauder.



Les séries américaines reviennent le 9 septembre avec le très attendu come-back de Melrose Place. Bonnes vacances.

.
Pierre Langlais

Source télérama
« Modifié: 26 septembre 2014 à 23:50:01 par katchina »
IP archivée

bcd

  • Invité

"Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités

Je ne sais pas encore s'il s'agit du bon endroit (car je n'ai vu qu'un épisode, le pilote) mais au moment où l'on peut s'inquiéter des moyens budgétaires de la NASA (cf fil de Nemo), on peut espérer que cette série donnera le petit coup de pouce budgétaire nécessaire.

Bien que la critique de la série soit moyenne (ci-dessous) et une audience faible (4 millions), je vous invite à regarder le 1er épisode en VOST qui personnellement m'a fait bonne impression :P

Bon je n'ai pas trouvé des images des navettes dans l'espace mais c'est top!

Lapin

Je doute déjà qu'il y ai une saison 2, la critique de Pierre Langlais me semble tout à fait juste, et pour avoir regardé les 3 premiers épisodes, je n'ai plus la curiosité, pour l'instant en tout cas, de regarder le 4ème.

IP archivée

Caprica

  • -
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 63
  • --

Je viens de voir les 2 premiers épisodes, et je crois que je vais continuer, pour l'instant.

Mais je suis très bon public dès qu'il s'agit de SF   :)
IP archivée
Prix Pyjama Jeux cinéma 92 ...

harry

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1076
  • Dready LOVE !

Les 1éres images ont l'air sympa.... et les Nanas qui jouent dedans aussi..... (Ils pourraient pas y mettre autre chose que des spécimens... hum.... attirants et avec des actions moins érotiques ? Ca gâche un peu la SF, même si on aime bien quand même  ;D )

Par contre en Anglais.... Pfffuit !!!   Va falloir stresser pour comprendre !  :D

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

@harry:
Le 1er épisode proposé est en vostfr mais pas les suivants.
Mais sous peu on aura une traduction à associer à notre lecteur préféré (moi perso BS Player car il autorise deux sous-titre : anglais et fr pour travailler mon "faible" niveau d'anglais.

Dès que je trouve les sous-titres fr et anglais, je te les mets en ligne si tu veux!

Lapin
IP archivée

Caprica

  • -
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 63
  • --

Les sous titres en français des 2 premiers épisodes sont disponibles sur :

www.tvsubtitles.net

Qualité moyenne.
IP archivée
Prix Pyjama Jeux cinéma 92 ...

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Merci Caprica,

Lien direct:
http://www.tvsubtitles.net/tvshow-487.html
http://www.tvsubtitles.net/subtitle-487-1-fr.html


Les 5 premiers en sous-titre anglais et les 2 premiers en fr

image invalide

Lien avec l'épisode 2 plus les sous-titres incorporés:

http://forum.downparadise.com/viewtopic.php?f=20&t=109961&hilit=defying+gravity
admn : domaine à vendre

et toujours le 1 qui comprendra au fur et à mesure la traduction des 8 épisodes


« Modifié: 17 octobre 2019 à 23:34:32 par Modération »
IP archivée

harry

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 1076
  • Dready LOVE !

Merci  :)

là et demain

  • Permissions restreintes
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2214

Cette série pourrait être un outil efficace de préparation psychologique à la Divulgation et à l'avènement d'une ère différente.

Edit : je corrige "efficace" : j'aurais choisi d'autres scénarios d'épisodes. Disons "utile".
En fait, j'attends de les voir pour mieux en juger !
IP archivée

Michel-Vallée

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 4564

'Defying Gravity', new TV series. explores space, human beings

Un article de Steve Hammons pour "Ufo Digest", ce 6 octobre 2009: http://www.ufodigest.com/news/1009/defying-gravity.php?
IP archivée
"En ufologie, il faut savoir tout envisager mais surtout ne rien croire"
-Aimé Michel

djeidoane

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 368
Re : "Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités
« Réponse #11 le: 02 décembre 2009 à 03:13:09 »

La serie est devenu vraiment sympa depuis quelques épisodes avec la découverte de "l'objet beta" par l'équipage et le véritable but de la mission antarés.
Ca arrive malheureusement un peu tard,car je ne pense pas qu'il y aura une saison 2...
IP archivée

Peter Pan

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 671
Re : "Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités
« Réponse #12 le: 07 décembre 2009 à 03:19:01 »

En 2052, ma fille aura l'âge de Greer et je serai ailleurs, mais ça fait rêver.

Ou plutôt cela donne une impression de maquette de nos rêves.

Et dire qu'il y en a qui échappent à ça ; savent pas ce qu'ils manquent  :)
IP archivée
...

LEAG

  • Invité
Re : "Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités
« Réponse #13 le: 07 décembre 2009 à 08:00:14 »

J'ai beaucoup aimé cette série, et c'est assez dommage qu'elle s'arrête maintenant !

« Modifié: 08 décembre 2009 à 07:43:19 par LEAG »
IP archivée

djeidoane

  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 368
Re : "Defying gravity" série US se situant en 2052 et traitant des vols habités
« Réponse #14 le: 08 décembre 2009 à 03:10:54 »

J'ai vu les 13 episodes,c'est chiant de se dire qu'on ne connaitra pas la suite.
On finit le voyage par Venus et... j'en dis pas plus pour ceux qui n'ont pas encore vu.
IP archivée