Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Théorie alternative: Graham Hancock, Robert Bauval Le mystère du grand sphinx  (Lu 31948 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Graham Hancock, Robert Bauval Le mystère du grand sphinx

On se situe ici après les travaux de John Antony West et de Robert Schoch et le livre The Mystery of the Sphinx.
Un nouveau duo se forme pour nous proposer une étude supplémentaire.
Lapin



Le Mystère Du Grand Sphinx
A La Recherche Du Patrimoine Caché De L'Humanité


image invalide

Fiche détaillée : Le mystère du grand sphinx
Auteur    Graham Hancock, Robert Bauval
Traduction    Philippe Beaudoin
Editeur    Rocher Eds Du
Date de parution    octobre 1999
Collection    Documents
Format    16 cm x 24 cm
ISBN    2268033945
Illustration    Illustrations noir et blanc
Nombre de pages    392

Quatrième de couverture
Le Grand Sphinx de Gizeh a délivré aux hommes un message depuis longtemps oublié. Grâce à une simulation informatique de la carte du ciel des temps anciens, Robert Bauval a brisé le code astronomique caché dans l'alignement des trois pyramides de Gizeh : elles forment une image précise de la position des étoiles du Baudrier d'Orion en... 10 500 avant J.-C. Or cette révélation va à l'encontre des théories admises par les égyptologues orthodoxes quant à la conception de ces monuments. Robert Bauval et Graham Hancock posent alors des questions troublantes : d'où viennent les marques d'érosion sur le Grand Sphinx ? Quelles preuves a-t-on que ces monuments ont bien été conçus par les pharaons, alors qu'ils exigent des compétences techniques qui les dépassaient ? Que cache la mystérieuse porte tout récemment découverte dans un conduit abandonné de la Grande Pyramide ? Si l'on se réfère aux textes des Anciens relatifs au « Premier Temps » de la civilisation égyptienne, selon lesquels une caste de « gardiens » apporta la connaissance à l'humanité, il faut alors envisager une toute nouvelle hypothèse : le sphinx et les pyramides dessineraient une véritable « carte du trésor » qui devrait nous révéler les secrets des origines.

Images du livre en anglais paru sous deux titres différents en mai et juin 1996:



----------------------------------------------------------------

"Start the book in the early evening and continue uninterrupted till you complete it in the small hours. The effect is wonderful ... Your entire world-view has been shifted a hundred yards to the right. You fall asleep thinking that nothing will ever be the same again."
Sunday Telegraph

Guardian of the ancient mysteries, the keeper of secrets ... For thousands of years the Great Sphinx of Egypt has gazed towards the east, his eyes focussed on eternity, reading a message in the stars that mankind has long forgotten. And today, as our civilisation stands poised at the end of a great cycle, it is a message that beckons insistently to be understood.

All the clues are in place. Geology and archaeo-astronomy have already indicated that the lion-bodied sphinx may be vastly older than Egyptologists currently believe, dating not from 2500 BC, but from 10,500 BC - the beginning of the astrological Age of Leo. We now know, too, that the three pyramids of Giza, standing on high ground half a mile to the west of the Sphinx, are not merely the tombs of megalomaniac Pharaohs but form a precise map of the three stars of Orion's belt in 15 million tons of solid stone.

So is somebody trying to tell us something? And, if so, what?

In Keeper of Genesis/Message of the Sphinx, Robert Bauval (author of the Orion Mystery) and Graham Hancock (author of Fingerprints of the Gods) present a tour de force of historical and scientific detective work, using sophisticated computer simulations of the ancient skies to crack the millennial code that the monuments transcribe, and set out a startling new theory concerning the enigmatic Pyramid Texts and other archaic Egyptian scriptures.

These texts serve as an ingenious treasure trail and, as the authors reveal in their shattering conclusion, a covert treasure hunt has been underway for the last twenty years at the Pyramids and the Sphinx - a hunt bringing together senior Egyptologists, high government officials, wealthy funders, and a strange esoteric organisation lurking behind the scenes.

What are they looking for? What is contained in the rectangular chamber that seismic surveys have located in the bedrock far below the paws of the Sphinx? What lies behind the mysterious door discovered at the end of a previously unexplored shaft deep inside the Great Pyramid? And does mankind have a rendezvous with destiny - a rendezvous not in the future, but in the distant past, at a precise place and time?

The secrets can be kept no longer ...

Source
------------------------------------------------------------

Quand les auteurs hors des chantiers battus se retrouvent lors du CPAK du 2007:


Graham Hancock, John Anthony West, Robert Bauval, Robert Schoch and Walter Cruttende


--------------------------------------------------------------

admn : l'image n'est plus disponible
GRAHAM HANCOCK

Graham Hancock, né en 1950 à Édimbourg, est un écrivain et un journaliste britannique.
Né à Édimbourg, Hancock passe une partie de son enfance en Inde, où son père exerce la profession de chirurgien. Revenu en Grande-Bretagne, il sort diplômé en sociologie de l'université de Durham en 1973.
Hancock collabore ensuite comme journaliste à des titres prestigieux : The Times, The Sunday Times, The Independent, The Guardian.
Il est le correspondant de The Economist en Afrique orientale entre 1981 et 1983.
 
source et suite
Source wiki

Graham Hanick
GRAHAM HANCOCK is the author of the major international bestsellers The Sign and The Seal, Fingerprints of the Gods, and Heaven's Mirror. His books have sold more than five million copies worldwide and have been translated into 27 languages. His public lectures, radio and TV appearances, including two major TV series for Channel 4 in the UK and The Learning Channel in the US - Quest For The Lost Civilisation and Flooded Kingdoms of the Ice Age - have put his ideas before audiences of tens of millions. He has become recognised as an unconventional thinker who raises controversial questions about humanity's past.

Born in Edinburgh, Scotland, Hancock's early years were spent in India, where his father worked as a surgeon. Later he went to school and university in the northern English city of Durham and graduated from Durham University in 1973 with First Class Honours in Sociology. He went on to pursue a career in quality journalism, writing for many of Britain's leading newspapers including The Times, The Sunday Times, The Independent, and The Guardian. He was co-editor of New Internationalist magazine from 1976-1979 and East Africa correspondent of The Economist from 1981-1983.

In the early 1980's Hancock's writing began to move consistently in the direction of books. His first book (Journey Through Pakistan, with photographers Mohamed Amin and Duncan Willetts) was published in 1981. It was followed by Under Ethiopian Skies (1983), co-authored with Richard Pankhurst and photographed by Duncan Willets , Ethiopia: The Challenge of Hunger (1984), and AIDS: The Deadly Epidemic (1986) co-authored with Enver Carim. In 1987 Hancock began work on his widely-acclaimed critique of foreign aid, Lords of Poverty, which was published in 1989. African Ark (with photographers Angela Fisher and Carol Beckwith) was published in 1990.

Hancock's breakthrough to bestseller status came in 1992 with the publication of The Sign and The Seal, his epic investigation into the mystique and whereabouts today of the lost Ark of the Covenant. 'Hancock has invented a new genre,' commented The Guardian, 'an intellectual whodunit by a do-it-yourself sleuth.' Fingerprints of the Gods, published in 1995 confirmed Hancock's growing reputation. Described as 'one of the intellectual landmarks of the decade' by the Literary Review, this book has now sold more than three million copies and continues to be in demand all around the world. Subsequent works such as Keeper Of Genesis (The Message of the Sphinx in the US) with co-author Robert Bauval, and Heaven's Mirror, with photographer Santha Faiia, have also been Number 1 bestsellers, the latter accompanied by Hancock's three-part television series Quest For the Lost Civilisation.

In 2002 Hancock published Underworld: Flooded Kingdoms of the Ice Age to great critical acclaim, and hosted the accompanying major TV series. This was the culmination of years of research and on-hand dives at ancient underwater ruins. Arguing that many of the clues to the origin of civilization lay underwater, on coastal regions once above water but flooded at the end of the last Ice age, Underworld offered tangible archaeological evidence that myths and legends of ancient floods were not to be dismissed out of hand.

Graham's next venture Talisman: Sacred Cities, Secret Faith, co-authored by Robert Bauval, was published in 2004. This work, a decade in preparation, returns to the themes last dealt with in Keeper Of Genesis, seeking further evidence for the continuation of a secret astronomical cult into modern times. It is a roller-coaster intellectual journey through the back streets and rat runs of history to uncover the traces in architecture and monuments of a secret religion that has shaped the world.

In 2005 Graham published Supernatural: Meetings with The Ancient Teachers of Mankind, an investigation of shamanism and the origins of religion. This controversial book suggests that experiences in altered states of consciousness have played a fundamental role in the evolution of human culture, and that other realities - indeed parallel worlds - surround us all the time but are not normally accessible to our senses.

While researching Supernatural Hancock travelled to the Amazon to drink visionary brew Ayahuasca - the Vine of Souls - used by shamans for more than 4000 years. It was his experiences with the vine lead to his latest work, Entangled. Written with the same page-turning appeal that has made his non-fiction so popular Entangled is his first novel. It tells the story of a supernatural battle of good against evil fought out across the dimension of time on the human plane.

Source biographie par Graham Hancock

--------------------------------------------------------------


admn : l'image n'est plus disponible
ROBERT BAUVAL
 
Robert BAUVAL est né le 5 mars 1948 à Alexandrie, Égypte, mais ses parents sont d'origine belge. Il est allé à l'école des garçons britanniques d’Alexandrie et l'université franciscaine de Buckinghamshire, Angleterre. Expulsé d'Égypte pendant le règne de Gamal NASSER, il a passé la majeure partie de sa vie au Moyen-Orient et en Afrique en tant qu'ingénieur de construction.
 
BAUVAL est spécifiquement connu pour sa théorie de corrélation d'Orion (OCT). Celle-ci propose un rapport direct entre les pyramides égyptiennes de la quatrième dynastie du plateau de Gizeh et l'alignement de certaines étoiles dans la constellation d'Orion.
 
Certaines des hypothèses proposées dans ses travaux sont considérées par la plupart des archéologues et historiens classiques comme une interprétation abusive de l’Histoire. Parmi ses controverses les plus connues :
 
L'existence supposée, il y a environ 12 500 ans, d'une civilisation avancée et maintenant oubliée d'ancêtres venus de l’extérieur d’Égypte, pas explicitement appelé en tant que telle mais assimilé de par leur point d’origine supposé, selon le Livre des Morts égyptiens … aux Atlantes.
 
En 1994, parut à Londres le livre « The Orion Mystery – Unlocking the Secrets of the Pyramids » (en français : « Le Mystère d’Orion – Dévoiler les Secrets des Pyramides).
Ce livre est l’œuvre de Robert BAUVAL.
 
Dans cet ouvrage, BAUVAL, se basant sur les travaux de l’archéologue égyptien Selim HASSAN et sur ceux de  Samuel B. MERCER, Virgina TRIMBLE et Alexander BADAWY, établit scientifiquement le lien entre les trois plus grandes pyramides de Gizeh : Kheops, Khephren et Mykerinos, et les trois étoiles du Baudrier d’Orion : Mintaka (Delta d’Orion), Al Nilam (Epsilon d’Orion) et Al Nitak (Zéta d’Orion).
 
C’est Al Nitak qui, il y a quatre mille ans passait quotidiennement dans l’exact prolongement (mesuré par Flinders Petrie selon un angle de 44°30) du conduit sud de la Chambre du Roi de la grande pyramide.
 
Selon Robert BAUVAL et Graham HANCOCK, coauteur de son ouvrage, la véritable justification de la grande pyramide se trouve dans les étoiles.
 
La précession, phénomène dû à la rotation de la Terre, amène les constellations à modifier leur position au cours d'un cycle de 25980 ans. A l'aide de calculs informatiques, déterminant la position des astres au-dessus des pyramides en 4 500 BP, BAUVAL et HANCOCK constatèrent que l'une des galeries sud de la grande pyramide était très exactement orientée vers Sirius, étoile associée à la déesse égyptienne Isis. En revanche, l'axe des autres galeries sud se prolongeait vers la plus proche des trois étoiles du Baudrier d'Orion. Selon l’ancienne religion solaire de la vallée du Nil, cette constellation était censée abriter le dieu Osiris, en une époque lointaine nommée Zep Tepi, ce qui signifie "Au commencement"
 
Pour BAUVAL et HANCOCK, ces orientations ne sont pas fortuites. Selon eux, les bâtisseurs ont délibérément édifié la Grande Pyramide de telle manière que les galeries internes soient alignées sur ces étoiles. La thèse sur la relation entre les pyramides et le Baudrier d'Orion fut renforcée lorsque BAUVAL remarqua que la troisième pyramide, la plus petite, n'était pas parfaitement alignée sur les deux autres.
 
En examinant de près la constellation d'Orion, il constata que les trois étoiles affichaient le même décalage entre elles. Les trois pyramides de Gizeh pouvaient donc constituer une représentation symbolique de ces étoiles.
 
Toutefois, l'angle du baudrier d'Orion ne correspondait pas exactement à la disposition des pyramides de Gizeh. Retournant à leur ordinateur, BAUVAL et HANCOCK s'aperçurent que le seul moment où les étoiles du Baudrier d'Orion coïncidaient parfaitement avec la position des pyramides se situait en 12 500 ans BP. Ils en déduisirent que les plans du site de Gizeh remontent à plus de dix mille années avant la naissance de Jésus-Christ !

Bibliographie:
Le mystère d'Orion, avec Adrian Gilbert, Pygmalion, 1997, ISBN 978-2-85704-428-4
Le Mystère du Grand Sphinx avec Graham Hancock, Éditions du Rocher, 1999 et 2003, ISBN 978-2-268-03394-5
Le code mystérieux des pyramides, Pygmalion, 2008, ISBN 978-2-7564-0140-9

Source wiki

Source des deux biographies
admn : accès impossible

Comme John Antony West, Robert Bauval, ne voit aucune difficulté à communiquer sur son site en 1ère page sur les voyages organisés aux cours desquels il mettra à profit son savoir sur l'Egypte:

admn : l'image n'est plus disponible

Introduction:

Come and discover the great jubilee ceremonies of renewal and spiritual rejuvenation of Ancient Egypt with Robert Bauval, 'rogue' Egyptologist and controversial author of THE ORION MYSTERY, and surprise guest speaker. This dynamic duo will host an awe-inspiring tour of Egypt which offers a unique opportunity to experience the ancient sacred solar events at the stunning sites of the Giza Pyramids, the great solar temples of Abu Simbel, Karnak and Luxor, and staging a wonderful apotheosis at Akhenaten's "Horizon of the Aten" sun city of Tell El Amarna.

As dawn breaks witness the golden light of sunrise flow into the holy of holies of these magnificent temples and bring them back to life in an awe-inspiring display of light and shadow. These solar events only take place from 16 to 26 October depending on the latitude of the site.

So come along and capture the universal life force of the Egyptian sun at dawn and the benevolent influence of the constellations at night as we travel literally along the whole course of the sacred and eternal Nile Valley with your favourite alternative history author and kindred spirits.

source : http://www.dailygrail.com/Hidden-History/2009/6/Sungod-Tour-Egypt

DAY 1: (Thursday 15 October)
Arrival in Cairo and transfer to the beautiful 5-star Cataract Pyramids Resort, a truly lush and peaceful oasis near the Giza Pyramids on half-board. Evening welcome and orientation session in the fully equipped conference room by your hosts Robert Bauval and surprise guest speaker followed by a sumptuous buffet of Egyptian and international cuisine.

DAY 2: (Friday 16 October)
After breakfast lecture by Robert Bauval on the sun festivals and stellar rituals of rejuvenations in ancient Egypt. Full day escorted visits to the step pyramid complex at Saqqara with a combined visit to the wonderful pyramid desert field of Dashur with Robert Bauval. Evening lecture by Robert and/or surprise guest speaker.

DAY 3: (Saturday 17 October)
Watch a spectacular dawn breaking over the Giza Pyramids with a special Egyptian breakfast at Barry's Oriental Restaurant. Visit to the Great Sphinx followed by an exclusive private visit inside the Great Pyramid from 6.00 am to 8.00 am. Half day visit to the Grand Egyptian Museum and Old Islamic and Coptic/Christian areas of Cairo, traditional lunch included at Felfela specializing in down-to-earth Egyptian cuisine. Evening lecture by Robert and/or surprise guest speaker

DAY 4: (Sunday 18 October)
Early breakfast and departure by domestic flight to Abu Simbel. Overnight stay at Hotel Nefertari on full-board.

DAY 5 to DAY 6: (Monday 19 October to Tuesday 20 October)
A fantastic sunrise experience at the great Temple of Ramses II at Abu Simbel followed by coach transfer to Aswan and overnight half-board stay at a 4-star hotel. Guests will enjoy two full days visiting the temple of the goddess Isis at Philae, the temples of Khnum and the goddess Satet on Elephantine Island, and a Felucca sailboat ride to the colourful and friendly Nubian villages. Enjoy plenty of leisure time in Aswan browsing around restaurants/cafes, bookstores and tourist shops in the bustling local market.

DAY 7 to DAY 10: (Wednesday 21 to Saturday 24 October) on a luxury Nile Cruise from Aswan-Luxor
Guests will board the luxury 5-star Cataract Nile Cruise Ship M/S Sobek (or sister vessel) for 4 nights on full-board starting with a welcome lunch. Sailing from Aswan to Luxor guests will enjoy inspiring and peaceful River Nile sceneries with stopover visits at Kom Ombo and Edfu and, of course, visits to the many amazing temple and royal tombs in the Theban (Luxor) region.

Our daytime, afternoon and evening visits during the Nile Cruise include
* Temple of Sobek at Kom Ombo
* Temple of Horus at Edfu
* Temple of Amun-Re at Karnak
* Temple of Luxor (night visit)
* Temple of Hatshepsut at Deir El Bahari
* Temple of Ramses III at Medinet Habu
* Valley of the Kings
* Colossi of Memnon

Daily evening lecture and hosting by Robert Bauval and/or surprise guest speaker.
 
DAY 11: (Sunday 25 October)
After breakfast disembark and departure by coach to Dendera and Abydos (lunch box from cruise ship) and overnight at Minya Mercure hotel on half-board.

DAY 12: (Monday 26 October)
Watch an awe-inspiring display of Sunrise at Akhenaten's solar city of Tell El Amarna. Return to Cairo by coach. Last night stay at the Cataract Pyramids resort in Giza on half-board. Special farewell dinner.

DAY 13: (Tuesday 27 October)

Transfer to Cairo International Airport for departures.
*******************************

Price Schedule:

The price for this tour is: US dollars 2600 for double occupancy (sharing the hotel room/cabin on cruiser) US dollars 3000 for single occupancy

Source
admn : domaine à vendre
« Modifié: 28 novembre 2019 à 12:10:33 par Modération »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Pour aller plus loin avec nos deux auteurs, voici leurs sites personnels:

http://www.robertbauval.co.uk/

image invalide
Since the publication of THE ORION MYSTERY in February 1994 (see books page) much water has flowed under the bridge. In early 1995 Graham Hancock published his blockbuster book, FINGERPRINTS OF THE GODS, which not only changed the style of this type of investigation forever, but opened the debate far and wide across the globe. Graham and I then pursued the quest together with the publication in 1996 of KEEPER OF GENESIS which took us deep into the haunting metaphysical questions of the origins of human intellect and in hot pursuit of what we have come to term 'the quest for the science of immortality'. After that came Graham and Santha Faiia's HEAVEN'S MIRROR in 1998 which applied the tool of archaeo-astronomy to various ancient sites around the world and introduced us to the fascinating world of underwater archaeological exploration.



Robert Bauval



The Orion Mystery | August 1995
by Robert Bauval

This is the story of a secret, hidden for thousands of years, that will forever change our understanding of the meaning and purpose of the most fascinating wonder of the ancient world: the Pyramids of Egypt. What purpose did these massive structures, one of the largest construction projects ever undertaken, serve? Why were they scattered across the desert in a seemingly random pattern? The pyramid mystery deepened when, in 1993, researcher Rudolf Gantenbrink discovered a secret door within the Great Pyramid - a door unopened for 4,500 years. Robert Bauval has spent the last ten years investigating the pyramids themselves and the Pyramid Texts, the oldest writings known to mankind. He and Adrian Gilbert have uncovered, for the first time, the key to the plan that governed the construction of the pyramids. They reveal that, much more than just tombs, the pyramids were nothing less than a replica of Heaven on Earth. With great astronomical precision, they were created to serve as the Pharaohs' gateway to the stars. Dramatic and compelling, The Orion Mystery leads us step-by-step through these remarkable discoveries. It will be hailed as a historic achievement by all who are intrigued by the world's ancient mysteries.



Secret Chamber
by Robert Bauval | 1999

Written in 1999 explored the deeper layers of the Giza quest and made the linkage between the ancient 'magical knowledge' and the Hermetic Tradition that carried it across the ages and into the mainstream of our modern western intellectual and esoteric tradition. This book has been the subject of much press reviews and articles, and prompted major television documentaries which have generated heated debates at the highest of levels. They have flushed out academics from their ivory towers in droves to confront the challenges that we put before them. At long last the debate was pulled upwards to warrant the attention of the international media and, more importantly, forced into the public arena, and the global scientific and academic network of the 'establishment'.





Talisman: Sacred Cities, Secret Faith
by Robert Bauval and Graham Hancock | May 2004

Talisman is a roller-coaster intellectual journey through the back streets and rat runs of history to uncover the traces in architecture and monuments of a secret religion that has shaped the world. The story takes us from Heliopolis to Luxor, Alexandria, Toulouse, Florence, Rome, Paris, London, Washington DC, New York, and finally to the global pandemonium following 9/11/2001. It is a tale filled with romance and intrigue, heroism and faith, peopled by ancient Egyptian astronomer priests, Christian Gnostics, Hermetic sages, learned Jews, Arab savants, Occitan Counts, Cathar "perfecti", Knights Templar, Renaissance magi, Rosicrucian "invisibles", Bavarian Illuminati and Freemasons.




The Egypt Code ...by Robert Bauval

Book release date: 5 Oct 2006


The Orion Mystery published in 1994, introduced the world to a highly original, and now internationally famous, star-correlation theory about the Giza Pyramids in Egypt, and sent a huge shock-wave of controversy throughout the scientific community, the effects of which are still felt today.

The Egypt Code not only develops this pyramid-stars correlation, but also reveals an amazing 'Grand Unified Plan', which involves the wonderful temple of Upper Egypt.

The Egypt Code is unlike any other book before it and covers the whole of Egypt's ancient civilization in a manner never before attempted.

Much has been written as to 'how' the Egyptians might have aligned their monuments with such high precision, but the question that has always remained unanswered is 'why'- why did the ancients put so much emphasis on astronomical alignments? And what could be the function, practical or symbolic, behind these mysterious alignments?

The Egypt Code - Introduction

© Robert G. Bauval 2006


I am writing this from Cairo where I now live with my wife Michele. It's the 25th September 2006 and the second day of the holy month of Ramadan, when Muslims fast from sunrise to sunset. The evening prayer has just been called by dozens of mosques in the neighbourhood (the block of flats where we live has a mosque in the basement, a fairly common practice these days), and the usually very busy highway adjacent to the Pyramids and leading to the Cairo-Alexandria Desert Road, is nearly empty. All over Cairo and elsewhere in Egypt it's "breakfast" time and everyone is having a meal with family or friends or, as is the tradition for the needy and poor, at a so-called "table of mercy" (tables are set in alleyways of yards with food offered by notables and the wealthy).

      The Pyramids of Giza, of which we have a clear view from our balcony, are still very visible in the evening twilight. Soon they will be illuminated with the lights of the "Sound and Light Show" which takes place every evening from dusk to eleven at night. No stars are yet visible, but the planet Jupiter is shinning bright in the west and below it is the golden crescent of the new moon low on the horizon. In the east Sirius will rise much later. This, then, is the setting for my first Website entry regarding the imminent publication of my book The Egypt Code, my sixth since 1994 and the second written 'solo'. The date of launch is set for the 5th Oct 2006.

The Egypt Code is intended to be the final in the sequel started by The Orion Mystery (1994) and Keeper of Genesis (1996) and, as did these books, uses the tool of observational astronomy to investigate the ancient monuments of Egypt and their related religious texts         

It revisits the Pyramid Age and the Old Kingdom and proposes a much vaster and far more ambitious sky-ground "correlation plan" for the Memphite-Heliopolis region, and also explores the possibility of a grand unified plan spanning across the 3000 years of pharaonic civilisation involving not only pyramids but also major temple sites along the Nile. The central idea of the book is that the 'cosmic order' which the ancient Egyptians referred to as 'Maat' was, in greater part, the observable cycles of the sun and stars, in particular the star Sirius, and that the changes that took place due to the precession and the so-called Sothic Cycle are 'reflected', as it were, in the orientation and location of many religious sites.

Among the ancient sites discussed in the book is the small sanctuary at the rear of the Dendera Temple in Middle Egypt. The interest in this sanctuary -which bore the name "Birth of Isis"- is that it has two overlapping alignments that were set more than a millennia apart, one at the time of Rameses II (c.1290 BC) and the other at the time of Augustus Caesar (c. 30 BC). Recently two French researchers have shown that each alignment was aimed at the rising of Sirius taking into account the variation in orientation of the star caused by precession (calculations of orientations are given in the book). Here, then, is a clear example of the tracking the precession of Sirius by the ancient Egyptians over vast periods of time.

Sources des livres et introduction à The Egypt Code


---------------------------------------------------------

http://www.grahamhancock.com/

image invalide

Une initiative sympa chez l'auteur est de proposer sur son site, un forum et une très belle revue de presse à suivre régulièrement:

Introduction by Graham Hancock

I don't want GRAHAMHANCOCK.COM to be exclusively a Graham Hancock site, but a place where ideas and perspectives on the past can be put forward and discussed by other writers and researchers as well -- and indeed by anyone with something interesting to say and the ability to say it. Accordingly I'm offering this section of the site as a FORUM for the excellent writing and thought-provoking ideas of others.

I offer no set guidelines as to what is or is not "relevant". If you think that a piece of your own original writing would fit in well in these pages then please submit it to me for consideration. You should feel completely free to express points of view, opinions, ideas and beliefs with which I may profoundly disagree; all that matters is that you should express them well in a manner which may be of interest or of value to others.

Other than articles specially commissioned for the site (where a separate private agreement exists with an author for solicited material) the following provisos apply: (1) by submitting an item for publication in FORUM you accept and agree that the item may be published here without further consultation with yourself and may remain on display indefinitely on this site; (2) by submitting an item for publication in FORUM you accept and agree that I have the right to edit the item if I feel that this is necessary; (3) by submitting an item for publication in FORUM you accept and agree that my decision as to whether or not the item will be published is final; (4) by submitting an item for publication in FORUM you accept and agree that no payment whatsoever, or any other form of recompense, will be made to you -- whether or not the item is published.

source et suite :
Le lien direct ici


--------------------------------------------------------


Parmi les titres en Fr disponibles (non exhaustif):



Le code mystérieux des pyramides
Robert Bauval
Matthieu Farcot (Traducteur)
Broché
Paru le : 08/02/2008
Editeur : Pygmalion
ISBN : 978-2-7564-0140-9
EAN : 9782756401409
Nb. de pages : 354 pages
Poids : 505 g
Dimensions : 15cm x 24cm x 2,4cm

Tout autant que sur la manière dont les pyramides furent construites, les archéologues s'interrogent depuis des lustres sur leur disposition : fut-elle le fruit du hasard ou obéit-elle à une rigoureuse logique scientifique dont nous aurions perdu le secret ? Il a fallu à Robert Bauval de patientes et minutieuses recherches pour résoudre enfin la question : les Egyptiens bâtirent leurs pyramides de telle sorte que leurs implantations reflètent la carte du ciel en épousant exactement leurs convictions religieuses.

Grâce aux techniques informatiques les plus modernes d'aujourd'hui, il est parvenu à reconstituer les axes dans lesquels se levaient à leur époque le soleil, la lune et les constellations auxquels le peuple vouait un culte. Et sa démonstration éblouissante nous montre combien les plus grands monuments de l'Egypte furent bâtis avec le souci permanent de façonner le pays comme une cosmogonie et une reproduction fidèle des mouvements célestes.

Dans le sillage du Mystère d'Orion, Robert Bauval clôt ici magistralement une enquête qui lui a demandé des décennies de travail et qui prouve, une fois de plus, à quel haut degré scientifique était parvenue la civilisation égyptienne.

-------------------------------------------



L'Empreinte Des Dieux ; Enquete Sur La Nuit Des Temps Et La Fin Du Monde
Auteur : Hancock, Graham
Traducteur : Philippe Babo

Résumé - L'Empreinte Des Dieux ; Enquete Sur La Nuit Des Temps Et La Fin Du Monde

Les immenses dessins au sol de Nazca, les ruines mégalithiques de Tiahuancao, les pyramides d'Egypte ou encore le mythe du Déluge, le Sphynx, les dieux aztèques... Graham Hancock regroupe les grands mystères du monde et propose une nouvelle approche de l'histoire des hommes, qui débuterait par une civilisation primordiale extrêmement développée et sophistiquée.


Auteur : Graham Hancock
Editeur : Pygmalion
Collection :   Enigmes De L'Histoire
Date de parution : 28/09/2007
EAN13 : 9782756401447
Genre : FRANC-MACONNERIE / OCCULTISME / SYMBOLISME
Langue : français
Format : 240x152
Poids : 730g

---------------------------------------------
« Enquête sur la nuit des temps et la fin du monde » !
Quel programme !


La première fois que j'ai vu ce titre dans une librairie, je me suis dit encore un auteur qui veut se faire du fric avec les peurs et les terreurs des humains, encore un exploiteur de malheur.

Je ne sais pas s'il n'y a que moi, qui voit cela, mais le nombre d'ouvrages vendus en librairie qui ne servent à rien d'autre que d'alimenter savamment et copieusement nos peurs est proprement époustouflant. Ça en est écœurant.

Mais, en couverture il y avait le Sphinx… Dur, très dur pour moi, de résister au Sphinx, à l'Egypte.

Justement cet ouvrage, parle de tous les sujets historiques qui me passionnent depuis l'école primaire : Les Andes, le Pérou, la Bolivie avec les Incas et pré Incas, le Mexique avec les Mayas et enfin les Egyptiens des Pyramides.
A croire qu'il a été écrit exprès pour moi.
Non, ok, mais franchement il me va comme un gant !

Ce livre avec beaucoup de pertinence et de sérieux passe en revue sous un regard nouveau sur tous les vestiges les plus anciens et les plus mystérieux qu'il nous est donné de visiter sur cette terre encore aujourd'hui.

Bon nombre d'entre eux sont relativement faciles d'accès, mais il y a en a certainement au moins autant qui gisent loin de nos regards sous les sables et sous les océans, ou ensevelis sou la lave des volcans.

Le livre de Graham Hancock est le fruit d'un travail de recherche colossal et très sérieux car il est allé personnellement sur place à chaque fois. Ces investigations ne sont pas des élucubrations d'illuminé mais la synthèse des renseignements recueillis et vérifié sur chaque sujet.

Le titre est accrocheur, certes, mais basé sur un calendrier maya trouvé à Palenque dans la tombe d'un prêtre : Pacal Votan qui indique clairement la date du 23 décembre 2012 comme la fin du monde dans lequel il vivait.

Dans cet ouvrage, Graham Hancock passe en revue les sites les plus énigmatiques de la terre : les immenses dessins sur le sol aride de Nazca au Pérou, les ruines mégalithiques de Tiahuanaco en Bolivie, les énigmatiques cartes médiévales ou l'Antarctique était libre des glaces, les pyramides d'Egypte et d'Amérique centrale et leurs corrélations mathématiques (et les points communs étonnants de ces constructions qu'on pensait jusqu'ici édifiées à des périodes historiques très éloignées), les dieux blancs des Aztèques et des Incas, les troublantes et nombreuses versions du mythe du Déluge à travers les « textes sacrés » de l'humanité, l'âge multi-millénaire du Sphinx… pour ne citer que les plus marquants…

Le récit est captivant, il est difficile de lâcher l'ouvrage, tant il suscite de questions de la part du lecteur. Car l'auteur propose une nouvelle et très convaincante approche de l'histoire des hommes depuis les commencements. Pour cela il a fouillé tous les documents possibles venant d'historiens et archéologues de l'antiquité, du moyen-âge jusqu'à nos contemporains.

Battant en brèche le dogme selon lequel « la civilisation » aurait émergé au Proche-Orient - entre le Tigre et l'Euphrate, il y a cinq mille ans... Hancock se lance littéralement sur la trace des « Dieux », rescapés d'une civilisation originelle dont ce que nous appelons « l'Antiquité », dans l'Ancien comme dans le Nouveau Monde, serait l'héritière.

Il y aurait eu une civilisation primordiale d'un niveau scientifique et culturel très élevé. Civilisation qui aurait été anéantie des milliers d'années avant la construction des pyramides d'Egypte dans une catastrophe apocalyptique appelée, si l'on en croit la périodicité fixe des cycles cosmiques, à se reproduire le 23 décembre 2012...

Ce livre n'est pas le résumé des fantasmes ou des croyances de l'auteur, comme malheureusement le titre trop accrocheur pourrait le laisser craindre.

Non, au contraire, il met côte à côte, au fur et à mesure les éléments d'un puzzle et il propose une autre lecture, un autre regard que celui porté jusqu'ici sur ces lieux, ces sculptures…
Il part de fait et de description de ce qui est là sous nos yeux.
.
Il met en corrélation des évidences dont il n'a pas toujours été tenu compte.

Je laisse aux amateurs d'Histoire et d'histoires la découverte de cet ouvrage passionnant.

Source de l'avis du lecteur
« Modifié: 28 novembre 2019 à 12:11:50 par Modération »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille
Le mystère du grand sphinx par robert bauval et graham hancock
« Réponse #2 le: 26 août 2009 à 00:30:20 »

Le mystère du grand sphinx par robert bauval et graham hancock

Les géologues ont prouvé que le corps du sphinx a été sculpté voilà plus de 12000 ans.

Face à des égyptologues bornés voire menaçants, des centaines de scientifiques indépendants étudient les monuments de l’Égypte pharaonique. Robert Bauval et Graham Hancock font partie des plus audacieux. Ils nous parlent ici des plus récentes découvertes sur le Sphinx grâce aux recherches d’équipes internationales.

Jadis, on le considérait comme un dieu. Puis, l’amnésie l’a pris dans ses filets et, sous l’effet d’un sortilège, il a sombré dans le sommeil. Le temps s’est écoulé. Des milliers d’années. Les climats, les cultures, les religions, les langues et même la configuration des étoiles dans le ciel ont changé. Mais la statue est restée, imposante, songeuse, drapée dans le silence. Les dunes l’ont engloutie plus d’une fois. Les siècles se sont succédé et, parfois, des souverains bienveillants l’ont fait désensabler. Certains ont tenté de la restaurer en apposant des blocs de maçonnerie sur plusieurs parties de son corps de pierre. Longtemps, elle a été peinte en rouge. A l’époque islamique, le désert l’avait ensevelie jusqu’au cou et elle avait reçu un nom nouveau, ou peut-être très ancien : « Abou lhaul », « Père la Terreur ». Une imposante fosse en forme de fer à cheval est creusée dans le soubassement rocheux. Sculptée dans la même pierre, la statue qui y repose a l’air bien vieille. Le sphinx est plus haut qu’un immeuble de cinq étages et aussi long qu’un pâté de maisons. Ses flancs minces sont profondément entaillés par l’érosion. Ses pattes, aujourd’hui restaurées et couvertes de briques, se sont en grande partie effritées. Pour obturer une fissure apparue â son cou, on l’a affligée d’un collier de ciment qui maintient son vénérable chef en place. Bien que blessé et raviné, son visage paraît serein et intemporel. Il offre au regard des expressions qui varient brusquement, selon l’heure et la saison. Couvert du némès, l’élégante coiffe des pharaons, le sphinx garde patiemment les yeux braqués sur l’Orient. Figé en position d’attente et d’observation, perdu dans son «Immobilité» et son «silence», il fixe pour l’éternité le point de lever du soleil équinoxial. Depuis quand se dresse-t-il là, à scruter l’horizon ? De qui reproduit-il les traits ? Quelle est sa fonction ? Pour trouver les réponses à ces questions, nous avons entrepris des recherches qui nous ont ouvert des champs d’investigation aussi étranges que surprenants. Selon une idée communément admise, le Grand Sphinx de Gizeh aurait été sculpté au cours d’une période de l’histoire d’Egypte appelée «Ancien Empire» et sur ordre de Khâfrê. Connu des Grecs sous le nom de Khéphren, ce pharaon a régné sous la IVe dynastie, de 2520 à 2494 av. J.-C. Les lecteurs se verront proposer cette version officielle dans les textes consacrés à l’égyptologie, les encyclopédies, les revues d’archéologie et la littérature de vulgarisation. Toutes ces sources affirment également que le sphinx est conçu à l’image du souverain. A vrai dire, au cours des siècles qui se sont succédé depuis l’apparition du sphinx dont, souvent, seule la tête émergeait du sable, n’importe qui a pu remodeler son visage à tout moment. En outre, la tête du sphinx est trop petite par rapport à son corps : jadis, la tête était beaucoup plus volumineuse, peut-être même avait-elle un aspect léonin, et on l’a retouchée pour lui donner sa taille actuelle. Une observation vient corroborer cette théorie : il existe une subtile discordance entre l’axe de la tête du sphinx et celui des traits du visage. En effet, la tête est orientée plein est, alors que ses traits dévient légèrement vers le nord. Ce défaut est, lui aussi, compatible avec l’idée selon laquelle une statue beaucoup plus ancienne et fortement érodée a pu être retouchée. Comme nous le verrons plus loin, il concorde également avec de nouvelles preuves géologiques relatives à l’âge du monument.


Pourquoi le monument antique le plus connu et le plus étudié au monde suscite-t-il des prises de position diamétralement opposées ? En 1992, l’archéologue Mark Lehner a formulé deux avis passablement contradictoires, qui laissent entrevoir la réponse à cette question :

* invité à la réunion annuelle de l’American Association for the Advancement of Science, il déclarait: « Il n’y a aucun moyen de dater le sphinx, car il est directement sculpté dans la roche naturelle »;
* dans le Cambridge Archaeological Journal, il affirmait : « Nous avons la certitude que le sphinx date de la IVe dynastie, mais sommes confrontés à une absence totale de textes de l’Ancien Empire où il soit mentionné. » Pour ce qui est du premier point, c’est un fait, il n’existe actuellement aucun test permettant de dater à coup sûr un monument taillé dans la pierre. D’aucuns croient que la technique de datation au carbone 14 est efficace, alors qu’il n’en est rien. Elle ne s’applique qu’aux matières organiques. Le sphinx étant sculpté dans le roc, il ne peut s’analyser de cette façon.

invité à la réunion annuelle de l’American Association for the Advancement of Science, il déclarait: « Il n’y a aucun moyen de dater le sphinx, car il est directement sculpté dans la roche naturelle »;
dans le Cambridge Archaeological Journal, il affirmait : « Nous avons la certitude que le sphinx date de la IVe dynastie, mais sommes confrontés à une absence totale de textes de l’Ancien Empire où il soit mentionné. » Pour ce qui est du premier point, c’est un fait, il n’existe actuellement aucun test permettant de dater à coup sûr un monument taillé dans la pierre. D’aucuns croient que la technique de datation au carbone 14 est efficace, alors qu’il n’en est rien. Elle ne s’applique qu’aux matières organiques. Le sphinx étant sculpté dans le roc, il ne peut s’analyser de cette façon.

A la fin des années 70, John Anthony West, un chercheur indépendant nord-américain, s’est penché sur l’oeuvre du Français R. A. Schwaller de Lubicz. Symboliste et mathématicien de génie, celui-ci est surtout célèbre pour son travail sur le temple de Louxor. Mais dans " Le Roi de la théocratie pharaonique ", un texte plus général publié en 1961, il commentait les implications archéologiques des conditions climatiques et des inondations qui ont frappé l’Egypte il y a plus de douze mille ans. « Nous pouvons admettre qu’une grande civilisation a dû précéder les vastes mouvements d’eau qui ont passé sur l’Egypte, ce que laisse supposer l’existence du Sphinx sculpté dans la roche de la falaise Ouest, à Guizeh, ce Sphinx dont tout le corps léonin, à l’exception de la tête, montre une indiscutable érosion aquatique. » Manifestement passée inaperçue jusqu’alors, cette simple observation remettait en question le consensus qui attribuait le sphinx à Khâfrê, tout en fixant la date de sa création à 2500 av. J.-C. A la lecture de ces lignes, West s’est aperçu que, grâce à la géologie, Schwaller avait ouvert une voie « permettant de prouver l’existence éventuelle d’une civilisation différente, antérieure de plusieurs millénaires à l’Egypte dynastique, et peut-être plus grande qu’elle (ou que toute autre civilisation connue) ». Si l’on peut prouver que l’usure du sphinx est due à l’eau, et non au vent ou au sable, comme le soutiennent les égyptologues, on soulèvera un vrai problème quant à la fiabilité de la chronologie établie. Pour le comprendre, il suffit de se souvenir que le climat de l’Egypte n’a pas toujours été aussi aride qu’aujourd’hui, et que les formes d’érosions sur lesquelles West et Schwaller attirent notre attention sont spécifiques de l’ensemble architectural du sphinx (le monument lui-même dans sa fosse, le Temple du sphinx et le Temple bas). Il est évident que les structures composant cet ensemble ont été édifiées à la même époque. Mais à quelle époque ? West s’exprime ainsi : « La crue ou les crues ne peuvent avoir engendré l’usure apparente sur le sphinx. Le problème, c’est que le sphinx est très endommagé jusqu’à hauteur du cou. Il faudrait donc que les eaux de crue se soient élevées d’au moins dix-huit mètres au-dessus de la vallée du Nil. On imagine difficilement des inondations de cette ampleur. Or, les blocs de calcaire qui forment la maçonnerie du temple dit "funéraire" sont également érodés par l’eau. Si cette théorie était correcte, la crue aurait dû atteindre la base des pyramides. Il faudrait alors ajouter une trentaine de mètres à l’élévation des eaux de crue. C’est pourquoi le sphinx ne peut avoir été endommagé par cet agent. » Alors, par quoi ? En 1989, John West a contacté Robert Schoch. Géologue, stratigraphe et paléontologue très respecté, ce professeur à l’université de Boston est spécialiste de l’érosion de roches tendres très semblables au calcaire du plateau de Gizeh. Il a confirmé que le monument avait visiblement souffert d’une érosion par l’eau. A son avis, il était évident que les causes de ce phénomène n’étaient pas les inondations, mais les "précipitations". Dès son retour à Boston, Schoch s’est enfermé dans son laboratoire. Quelques mois plus tard, les résultats de ses travaux étant concluants, il a remis le nez dehors. Au grand ravissement de West, il était désormais prêt à soutenir que le sphinx avait subi une érosion par la pluie et à assumer les implications historiques considérables de cette affirmation. En bref, son argumentation, à laquelle les paléoclimatologues adhèrent pleinement, s’appuie sur le fait que les intenses précipitations capables d’engendrer les formes d’érosion caractéristiques du sphinx ont cessé de s’abattre sur l’Egypte plusieurs millénaires avant 2500 av. J.-C., l’époque où, au dire des égyptologues, le sphinx serait apparu. En conséquence, ces preuves géologiques indiquent que, selon une estimation extrêmement modérée, le sphinx aurait été sculpté entre 7000 et 5000 av. J.-C. "au bas mot".

En ce temps-là, s’il faut en croire les spécialistes, la vallée du Nil n’était occupée que par des peuplades néolithiques primitives, qui pratiquaient la chasse et la cueillette, et n’avaient pour "outillage" que des bâtons et des silex taillés. Si Schoch a raison, le sphinx et les temples voisins, qui sont formés de centaines de blocs de calcaire pesant 200 tonnes, doivent être l’oeuvre d’une civilisation antique avancée et encore non identifiée. Comment ont réagi les égyptologues ? « Ridicule ! », s’est écrié Peter Lecovara, assistant conservateur du Département égyptien du Museum of Fine Arts de Boston. «Des milliers de savants étudient la question depuis des siècles et la chronologie est pratiquement fixée. Aucune surprise de taille ne nous attend [...]. » Soucieux d’aller plus loin que Schoch et sentant que celui-ci s’était montré trop modéré, voire frileux, en établissant l’apparition du sphinx entre 7000 et 5000 av. J.-C. "au bas mot", West déclarait : « A ce stade, Schoch et moi sommes en désaccord, ou plutôt nous interprétons les mêmes données assez différemment. II préfère opter pour l’opinion la plus conservatrice [...]. Mais je reste convaincu que le sphinx est antérieur à la fin de la dernière période glaciaire. » Ce qui signifiait concrètement : à une époque antérieure à 15 000 av. J.-C. Sur avis des égyptologues occidentaux, le gouvernement égyptien s’oppose à toute recherche géologique ou sismographique aux abords du sphinx depuis 1993... Le Grand Sphinx garde les yeux fixés sur le point immuable où le soleil se lève lors de l’équinoxe. Cette orientation nous procure une base astronomique en fonction de laquelle nous pouvons dater le monument.

Nous savons que les astronomes de l’Antiquité prêtaient une attention toute particulière à la constellation zodiacale qui apparaissait à l’est, juste avant le soleil, à l’aube de l’équinoxe de printemps et qui donnait son nom à un "Age" astrologique. Non content de jouer sur la hauteur des étoiles lors de leur passage au méridien, le phénomène de la précession axiale de la terre affecte aussi ces célèbres constellations (le Lion, le Cancer, les Gémeaux, le Taureau, le Bélier, le Poisson, le Verseau, etc.), dont les coordonnées, par rapport au point de lever du soleil équinoxial, connaissent des modifications lentes, mais constantes. Appelé "précession des équinoxes", le phénomène astronomique qui en résulte est difficile à observer. Il se manifeste par le déplacement graduel du point d’équinoxe à travers les douze "maisons" du zodiaque. Voici ce qu’en disent les historiens des sciences Giorgio de Santillana et Hertha von Dechend, dont l’essai Hamlet’s Mill se présente comme une magistrale étude de la mythologie précessionnelle archaïque : « La constellation qui se levait à l’est, juste avant le soleil (on parle alors de son "lever héliaque"), indiquait le "lieu" où résidait l’astre [...]. Elle était connue pour être la "porteuse" du soleil et le principal "pilier" du ciel [...]. La position du soleil parmi les constellations au point vernal (lors de l’équinoxe de printemps) était une aiguille qui marquait les "heures" du cycle précessionnel. Heures fort longues, à vrai dire, car le soleil d’équinoxe occupait chaque constellation du zodiaque pendant un peu moins de deux mille deux cents ans. » De nos jours, comme depuis presque deux millénaires, le soleil de l’équinoxe de printemps se lève avec la constellation des Poissons en arrière-plan. Mais "l’ Age des Poissons" approche de son terme, et le soleil équinoxial ne va pas tarder à quitter ce secteur pour se lever devant le Verseau. Pour que le point vernal glisse d’une constellation, ou d’une "maison", du zodiaque à une autre, il lui faut très exactement deux mille cent soixante ans. Ce schéma en tête, prenons "l’horloge précessionnelle" de Santillana et Dechend, et faisons-la fonctionner à rebours. Nous traversons l’Age des Poissons, puis l’Age du Bélier qui l’a précédé, pour découvrir qu’en 2500 av. J.-C., date à laquelle la convention fixe l’aménagement du Sphinx, c’était la constellation du Taureau qui abritait le soleil lors de l’équinoxe de printemps. Nous voilà au coeur du problème. Résumons-nous :

* Comme nous l’avons vu, le sphinx est un indicateur, ou une "aiguille" équinoxiale;
* Sur un site comme Gizeh, dont la dimension astronomique est si importante, un monument équinoxial datant de l’Age du Taureau devrait représenter cet animal ou son symbole. Or, le sphinx est incontestablement sculpté à l’image d’un lion;
* Si nous voulons obtenir la bonne corrélation entre ciel et terre, la précession nous ramène à l’Age du Lion, qui a débuté vers 10500 av. J.-C. Il se trouve que cette époque est la seule où le sphinx, orienté plein est, a bénéficié du bon alignement symbolique au jour dit, car il regardait le soleil équinoxial se lever dans le ciel de l’aube, avec son pendant céleste en arrière-plan.

Pour clarifier ce dernier point, observons une simulation informatique du ciel de Gizeh en 10500 av. J.-C. Demandons au programme de retrouver la position occupée par le soleil et les étoiles juste avant l’aube de l’équinoxe, et visons le plein est, dans l’axe du regard du sphinx. Mieux encore, grâce à un soupçon de réalité virtuelle et de licence poétique, imaginons-nous placés entre les pattes de la statue, telle qu’elle se présentait à cette date (qui, nous le savons, correspond assez bien aux caractéristiques géologiques du monument). Dans la partie du ciel où le soleil va se lever, nous voyons alors apparaître la splendide constellation zodiacale du Lion, dont l’aspect est très semblable au fauve qui lui a donné son nom, donc au sphinx lui-même. Les minutes s’égrènent et le ciel commence à s’éclaircir. Au moment précis où le disque solaire point à l’horizon, juste devant nous, faisons un quart de tour à droite pour nous retrouver face au plein sud. Là, culminant au méridien à la hauteur de 9°20, nous découvrons les trois étoiles du Baudrier d’Orion, dont la configuration au ciel est identique à celle des pyramides sur terre. La nécropole de Gizeh, qui nous vient des ténèbres de l’Antiquité, reste dominée par l’énorme statue équinoxiale d’un lion, allongé à l’est de son "horizon", et par trois gigantesques pyramides, disposées par rapport à son méridien comme les trois étoiles du Baudrier d’Orion en 10500 av. J.-C. La question se pose désormais plus simplement : est-ce là pure coïncidence ?

Copyright Editions Du Rocher / Robert Bauval et Graham Hancock
admn : domaine à vendre

SOURCE DE REMPLACEMENT : http://www.lousonna.ch/999/tsphinx.html
« Modifié: 28 mars 2014 à 16:07:49 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Voici les éléments concernant:

1-  la stèle de l'inventaire découverte dans la pyramide de la reine Hénoutsen. Celle-ci a été la femme de Khéops avec lequel elle engendra Khéphren et Khoufoukhaf],
2 -  et le contexte de la IV ème dynastie.

Histoire de l'Egypte antique

CHAPITRE TROISIÈME : L’Ancien Empire
(XXVII° - XXII° siècles avant Jésus Christ)
II : La IV° dynastie (XXVI° à XXV° siècles avant Jésus Christ)

           
  La IV° dynastie reste aujourd’hui une des dynasties les plus célèbres de l’histoire de l’Egypte. En effet, c’est par son architecture et son art que cette dernière laissa son empreinte pour les siècles à venir. En effet, c’est à cette époque que furent construits les plus célèbres monuments de l’Egypte antique : les pyramides de Gizeh, la pyramide rhomboïdale, le sphinx, etc.
 


Toutefois, malgré la profusion de monuments érigés à cette période, cette dynastie nous est toujours très mal connue.

1° Snefrou, premier souverain de la IV° dynastie (vers 2575 à 2550 avant Jésus Christ)   – Houni, dernier pharaon de la III° dynastie, avait eu comme successeur son fils Snefrou (son nom de Nesout Bity signifie « celui qui rend parfait. »), fruit de son union avec sa concubine Meresânkh I°.

Montant sur le trône vers 2575 avant Jésus Christ, Snefrou décida de légitimer son pouvoir en épousant sa demi sœur Hetepheres I°, fille d’Houni et de son épouse officielle.

a) Expéditions militaires et politique intérieure : se distinguant d’un point de vue militaire en menant des opérations militaires en Nubie, dans le sud du pays (le pharaon aurait alors rapporté 7 000 prisonniers et 200 000 têtes de bétail.), Snefrou fit aussi quelques incursions en Libye (contre les remuants bédouins.) et dans le Sinaï (cette région fut alors exploitée par les Egyptiens en raison de ces mines de turquoise et de cuivre.). Une nouvelle expédition, cette fois ci contre la Syrie, aurait eu pour objectif de rapporter en Egypte du bois de Cèdre, si précieux pour les constructions.

Par ailleurs, il créa officiellement la charge de Tâty (il s’agissait d’une sorte de premier ministre.). Il confia d’ailleurs ce poste à Nefermaât, un de ses fils.

b) Les pyramides de Snefrou : Snefrou fit néanmoins construire plusieurs pyramides. En effet, ce dernier fit ériger la pyramide rhomboïdale, la pyramide de Meidoum, la pyramide rouge, ainsi que la pyramide Seïloum (cette dernière est attribuée à Snefrou bien que les archéologues ne soient pas sûrs qu’elle fut érigée sous son règne.).

L’érection de la pyramide de Meidoum débuta sous le règne du pharaon Houni, mais ce dernier mourut avant la fin de travaux. Snefrou décida donc d’achever la construction de cet édifice. Cependant, le revêtement de la pyramide s’effondra suite à la fin des travaux (certains égyptologues pensent au contraire que la pyramide n’aurait jamais été achevée.).


La pyramide de Seïlah est une petite pyramide haute de 7 mètres. Elle ne contient pas de sarcophage non plus.

La pyramide rouge, haute de 104 mètres de haut, est aujourd’hui la troisième pyramide la plus haute d’Egypte (à noter qu’il s’agit de la première pyramide à face lisse.). Fabriquée grâce à des pierres rouges en provenance d’une carrière locale, cet édifice ne renferme cependant pas de sarcophage. Elle se trouve à Dahchour, au sud de Saqqarah.

La pyramide de rhomboïdale, située à Daschour, au sud de Saqqarah, est quant à elle dotée d’une architecture très particulière. A l’origine, cet édifice devait être à face lisse. Cependant, suite à un affaissement lors de la construction, les architectes durent modifier les plans de la pyramide.

Snefrou, a sa mort, se fit enterrer dans cet édifice.

2° Kheops (vers 2550 à 2525 avant Jésus Christ)  – Khoufou (son nom de Nesout Bity signifie « qu’il me protège. ») monta sur le trône suite à la mort de son père Snefrou. A noter toutefois que nous avons coutume de donner à ce pharaon le nom de Kheops, à l’instar de l’historien grec Hérodote.


Statuette à l'effigie de Khéops, musée du Caire.
 
Bien que nous ne connaissions que peu le règne de ce souverain, ce dernier est cependant entré dans l’Histoire grâce à la construction de la pyramide de Kheops.

Haute de 137 mètres de haut (146 mètres à l’origine.), cet édifice reste aujourd’hui la seule merveille du monde encore intacte (même si le temps et les hommes l’ont considérablement endommagée.). Il s’agit de la plus haute pyramide d’Egypte.

Les travaux débutèrent dès l’arrivée de Kheops au pouvoir, et durèrent pendant près de vingt années (30 selon certains chercheurs.).

La pyramide de Kheops.

Toutefois, si l’on s’imagine de nos jours que la pyramide fut construite par des esclaves maltraités, les récentes fouilles archéologiques nous ont appris que la réalité était bien différente. En effet, la construction de la pyramide étant considéré comme un acte spirituel et fédérateur, de nombreux villages d’Egypte se seraient relayés afin d’envoyer des vivres et des hommes pour prêter main fortes aux ouvriers déjà sur place.

Hérodote, pensant que Khéops était un roi vil et cruel, raconta dans ses écrits que le pharaon, par manque d’argent, aurait alors décidé de prostituer sa jolie fille, afin de financer le coût de fabrication de la pyramide.


A noter que nous ne savons toujours pas aujourd’hui de quelle manière furent fabriquées les pyramides, à fortiori celle de Kheops.

Selon certains, les pierres étaient trainées le long d’une longue rampe collée contre une des façades de la pyramide, puis ensuite assemblées. Toutefois, le problème provient de l’inclination de la rampe lorsque l’édifice est quasiment terminé. En effet, afin d’avoir une ligne droite en pente douce, si la pyramide mesure 100 mètres, il aurait fallu construite une rampe de plusieurs kilomètres de long.

Deuxième théorie, celle des rampes « en colimaçons », collées contre les façades de l’édifice. Nouveau problème avec cette technique : comment faire pour que les rebords ne s’écroulent pas lorsque les ouvriers passent dessus avec un bloc de pierre pesant plusieurs tonnes ?

Enfin, la dernière théorie est aujourd’hui la plus récente dans le milieu des Egyptologues. Certains d’entre eux avancent que les blocs n’auraient pas été extraits de carrières de pierre, puis transportés jusqu’à Gizeh, mais simplement moulés à même la pyramide.

A sa mort, Kheops fut inhumé dans la pyramide qu’il avait fait bâtir.

3° Le règne méconnu de Djedefrê (vers 2525 à 2520 avant Jésus Christ)  – Suite à la mort de Kheops, ce fut Djedefrê qui monta sur le trône (son nom de Nesout Bity signifie « Râ est stable. »), le fils que le défunt pharaon avait conçu avec sa quatrième épouse Noubet.

Certaines sources laissent à penser que Djedefrê aurait éliminé son demi-frère Kouab I° (fils de Kheops et de sa première épouse Meritites I°.), afin de pouvoir monter sur le trône.

Toutefois, afin d’apaiser les tensions, le nouveau pharaon décida de distribuer de postes à responsabilité élevée à tous les membres de sa famille, mettant ainsi en place une sorte d’oligarchie familiale (En effet, le défunt souverain avait eu quatre épouses et près d’une dizaine d’enfants.).

Aujourd’hui, le règne de Djedefrê reste mal connu, les sources lui donnant un règne court et agité.

A sa mort, ce pharaon fut inhumé dans la pyramide de Djedefrê. Cet édifice, mesurant à l’origine 106 mètre de hauteur, a considérablement souffert des ravages du temps. En effet, utilisée comme carrière de pierre sous l’Empire romain, la pyramide de Djedefrê ne mesure plus que 12 mètres de hauteur.

Avec sa sœur et épouse Hetepheres II, Djedefrê conçut plusieurs enfants. Cependant, ce fut Khephren, un des fils de Kheops, qui s’empara du pouvoir suite à la mort de son frère.

4° Khephren (vers 2520 à 2495 avant Jésus Christ)  – Suite à la mort de Djedefrê, les enfants de Kheops se disputèrent à nouveau pour monter sur le trône.

Ce fut finalement Khafrê (son nom de Nesout Bity signifie « Râ apparait. ») qui monta sur le trône (il était issu de l’union de Kheops et sa seconde épouse Henoutsen.). Certains égyptologues pensent même que c'est Khephren, et non Djedefrê, qui aurait fait assassiner Kouab I°.
Le nouveau pharaon, à l'instar de son prédécesseur, confia lui aussi aux membres de sa famille des postes à responsabilité élevée.

A noter que le nom de Khafrê fut hellénisé en Khephren par l’historien grec Hérodote.

Khephren, à l’image de son père, décida de se faire construire une pyramide. Située à Gizeh, cette dernière est plus petite (114 mètres de haut dont 136 à l’origine.) mais a mieux résisté aux ravages du temps.

Certains égyptologues pensent que Khephren aurait aussi fait construire le sphinx de Gizeh, mais nous n’avons à ce jour rien trouvé nous permettant de confirmer ou d’infirmer cette thèse (les avis divergent aussi sur le visage du sphinx : représente il Khephren ou Kheops, ou bien quelqu’un d’autre ?).

 
Source et suite : http://www.histoire-fr.com/egypte_ancien_empire_2.htm



-------------------------------------------------------------
   
La grande Pyramide de Guizèh


  Après son prédécesseur et père Snéfrou (2575-2551), qui avait choisi Dahshour, sur la partie la plus au Sud de la nécropole Memphite, pour construire ses pyramides, Khoufou (ou Khéops, 2551-2528) choisi lui, de se déplacer au Nord, à Guizèh (À proximité du Caire), pour ériger son propre monument funéraire. Ce sera le premier des trois complexes de pyramide à cet emplacement. Son fils et successeurs Khafrê (ou Khéphren, 2518-2492) et le fils de celui-ci et de la Reine Khâmerernebty I, Menkaourê (ou Mykérinos, 2492-2472) vont marcher sur ses traces. Beaucoup de matériaux qui furent utilisés pour construire les pyramides de Guizèh, furent extraits sur place, rendant cet emplacement idéal pour un projet aussi ambitieux que la pyramide de
 
   Les ressources de Dahshour étaient peut-être épuisées, ce qui serait une explication du changement de site. Le complexe funéraire de Khoufou était beaucoup plus qu'un monument funéraire, ou un témoignage de sa mégalomanie, comme il a été souvent supposé. C'était également un centre économique important, logeant des Prêtres et des domestiques, il régulait également l'écoulement des marchandises des nombreux domaines royaux. La pyramide de Khoufou est la plus grande des pyramides d'Égypte. Elle est considérée, comme une des sept merveilles du monde et les savants du XIXe siècle avaient déclaré qu'ils étaient incapables de reproduire les prouesses techniques d'une telle construction. Afin de tenter d'en percer les mystères, elle a fait l'objet de beaucoup de théories pseudo-scientifiques, mystiques, de farfelus inspirés par la magie des nombres ou issues de l'imagination de pseudo-explorateurs. .


SOURCE ET SUITE :
http://antikforever.com/Egypte/Pyramides/Khoufou.htm


------------------------------------------------------

Khéops (Koufhou)  -  Chéops

Naissance : Egypte -
Roi : Egypte approx. de 2665 à 2626 avant J.C.

IVème dynastie
Fils de Snéfrou et Hétèphérès Ière

Nom Nebty : Koufhou
Nom grec : Chéops
Nom du Papyrus de Turin : Khoufou


Le règne de Chéops, en égyptien Khoufou, abréviation de Khnoum-koue-foui (Khnoum me protège) est peu connu. La tradition littéraire de la première Période Intermédiaire ne lui accorde pas une bonne réputation. Il donnera naissance à deux fils, Djedef Rê (Didoufri) qui lui succède et Kaouâb, le prince héritier qui disparaîtra avant son frère et n'accèdera pas au trône.



Naissance : Egypte -
Reine : Egypte

IVème dynastie
 Filiation     
Mariée à Khéops (Koufhou)
- Enfant : Khéphren (Khâef Rê)


source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_G1C

-------------------------------------------------
Complexe funéraire de Khéops

Le complexe funéraire de Khéops fut érigé sous la IVe dynastie (v. 2650 av. J. C.). Composé d'un temple funéraire, de pyramides subsidiaires, d'annexes et d'une vaste nécropole de fonctionnaires contemporains de Khéops, le complexe est toutefois dominé par la pyramide de Khéops, la plus grande des pyramides d'Égypte qui fut, jusqu'au début du xxe siècle, le plus volumineux et le plus massif monument jamais construit. Elle a détenu le record de la hauteur durant 4 000 ans1. Elle est considérée, depuis au moins 2 000 ans, comme une des sept merveilles du monde. Les savants du xixe siècle se jugeaient incapables de reproduire les prouesses techniques de la pyramide. Des théories pseudo-scientifiques, mystiques, voire farfelues sont alors apparues afin de tenter d'en percer les mystères. Mais la pyramide est avant tout un tombeau faisant partie d'un vaste complexe pyramidal classique de l'Ancien Empire, représentant une des plus pures et des plus abstraites œuvres d'art jamais conçues.



Carte des pyramides de Gizeh


SOURCE ET SUTIE :
Source

-----------------------

Auguste Mariette

Ses chantiers de fouilles :


Lors de sa première mission en Égypte en 1850, Mariette installe son camp au pied de la Grande Pyramide. Il n'entreprend pas réellement de fouilles mais fait désensabler quelques tombes civiles : les mastabas de Ptah-baou-nefer, de Snedjemib, de Khaef-snefrou et de Khaefrêankh.

En 1853, il est chargé par le duc de Luynes de vérifier les propos de Pline selon lesquels le sphinx serait construit (et non monolithique) et serait le tombeau d'un roi, Armaïs. Mariette commence alors le dégagement des pattes antérieures et du pourtour du sphinx. Il poursuit ce travail en 1854 avec des fonds français et l'achève en 1858 grâce au financement du gouvernement égyptien.

Lors de la fouille de 1853, il découvre le temple de la vallée du complexe funéraire de Khéphren. Mariette devra attendre 1860 pour en achever le dégagement. C'est à cette époque qu'il exhume la splendide statue de Khephren assis, un faucon lui entourant la nuque.

En 1858, alors qu'il prépare le voyage en Égypte du prince Napoléon, Mariette revient à Gizeh et fouille le mastaba de Nefer. Le produit de ses recherches fera partie des collections offertes au prince puis reviendront au musée du Louvre.

La même année, il ouvre un chantier non loin de la pyramide de Khéops et travaille sur une pyramide satellite attribuée à la princesse Hénoutsen. Ce lieu deviendra au Ier millénaire avant notre ère le sanctuaire d'Isis, "Dame des Pyramides". Il y découvre une stèle dite "de la fille de Khéops" ou "de l'inventaire" que Mariette date tout naturellement de la IVe dynastie. Il s'agit en fait d'un inventaire d'objets (accessoires et statues dont une représentation du sphinx de Gizeh) effectué lors de la remise en état du temple d'Isis et remontant probablement à la XXVIe dynastie.

Source

------------------------------------------------------


Autre mention de la stèle dite "de la fille de Khéops" sur ce texte sauvegardé sous scrid:

"Les fouilles de Salim Hassan à Gîza en 1938 et le temple d’Osiris de Ro-Sétaou au Nouvel Empire"

Extrait:

Lorsqu’il évoque les fouilles qu’il dirigea au sud et à l’ouest du temple de la vallée de Khéphren en 1938 lors de sa 9e campagne à Gîza, S. Hassan donne la précision suivante :

« Here there was a great mound of sand, partly composed of the dump of earlier excavations of Mariette and others in the aforementioned Valley Temple (i.e. celui de Khéphren [N.D.A]). On investigating this, we found that it covered the very denuded remains of a large temple, which, from ancient documents, and particularly the information given on the so-called “Inventory Stela” found by Mariette (i.e. la stèle dite de la fille de Khéops [N.D.A]) in the neighbouring Temple of Isis I feel should be identified as the temple of Osiris, Lord of Rostaw  »3.

Celui-ci mentionne également cette trouvaille dans le volume précédent de la publication de ses fouilles, à propos du célèbre passage « topographique » de la Stèle de la fille de Khéops qui situe le temple d’Osiris de Ro-Sétaou au SE du temple d’Isis souveraine des Pyramides  4 :
« In our ninth season’s excavations, we unearthed the remains of this temple (i.e. le temple d’Osiris de Ro-Sétaou [N.D.A]), and its position corresponds exactly with the disposition of the monuments as given in the text of this stela »5.


Notes de renvois:

3 S. Hassan, The Mastabas of the Eighth Season and Their Description, Excavations at Giza IX, Season 1936-37-38, Le Caire, 1960, p. III (préface).

4 On lit sur l’encadrement de cette stèle : « Il a trouvé le domaine d’Isis souveraine des Pyramides à coté du domaine d’Houroun et au nord-ouest du domaine d’Osiris seigneur de Ro-Sétaou » cf. Chr. Zivie-Coche, Giza au premier millénaire. Autour du temple d’Isis Dame des Pyramides, MFA, Boston, 1991, p. 219. Il est aussi précisé, aux deux premières lignes de texte du même monument : « Le temenos d’Houroun-Harmachis est au sud du domaine d’Isis souveraine des Pyramides et au nord d’Osiris seigneur de Ro-Sétaou » cf. op. cit., p. 239-240. 5 S. Hassan, The Great Sphinx and Its Secrets, Excavations at Giza VII, Season 1936-1937, Le Caire, 1953, p. 113 n. 3.

Le même texte que sous scribd, à télécharger en pdf:

http://www.gizapyramids.org/pdf%20library/pasquali_gm_216_2008.pdf

------------------------------------------------------


Un peu d'humour de la part du Lapin.

Un recherche longue pour retrouver cette stèle et que vois-je ici, celle-ci a été prêtée par un musée en 2004 et a fait l'objet d'une exposition à Boulogne sur Mer dans le 62.



Expositions : Boulogne-sur-Mer, 2004
Des dieux, des tombeaux, un savant.
En Égypte sur les pas de Mariette Pacha
"Boulogne-sur-Mer accueille les pharaons".



Auguste Mariette deviendra pour tous, Mariette Pacha


"Je suis entré dans l’Egypte par la momie du musée de Boulogne", déclarera plus tard Auguste Mariette.
© Château-Musée - ville de Boulogne-sur-Mer. Détail du sarcophage médian de Nehemsimontou, XXVe dynastie, bois polychrome.

Enfant du pays boulonnais, Auguste Mariette Pacha est incontestablement l'un des pères fondateurs de l'Egyptologie en France. C'est pour promouvoir le fond égyptien, richesse patrimoniale qui fait écho ou qui est issu des aventures du Boulonnais que la région Nord-Pas de Calais, la Ville de Boulogne-sur-Mer et l'Association Boulogne 2004, en partenariat avec les Musées du Louvre, le Musée du Caire, les Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles, le Musée de Berlin et le British Museum de Londres, organisent une exposition sur le thème de cet égyptologue de renom.

En mission au Caire de 1850 à 1854, Mariette découvre le Serapeum à Saqqarah qui présente dès lors les aspects de ce que seront les grandes fouilles modernes. Conservateur-adjoint au musée du Louvre, il retourne en Egypte en 1858 où il est nommé "maamour" (directeur) des travaux d'Antiquité et fonde le musée de Boulaq, noyau de l'actuel musée du Caire.

L'exposition évoque l'activité pionnière de Mariette Pacha en Egypte, en puisant dans de nombreux fonds d'archives aujourd'hui dispersés. La trame est à la fois chronologique & géographique afin de suivre la carrière du français. En alliant le didactisme et le ludisme, l'exposition utilise l'ensemble de l'espace muséographique du Château-musée.

La trame fait appel à la reconstitution et au multimédia ( bornes interactives dispersées le long du parcours ) pour souligner la qualité et l'importance des pièces présentées. En effet, un chantier de fouilles, avec le concours de l'Institut de Papyrologie et d'Egyptologie de Lille et du Service Archéologique de la Ville de Boulogne-sur-mer a été recréé ainsi que la célèbre paroi peinte de la chapelle funéraire d'Atet ( site de Meïdoum )

Au total, près de cent cinquante pièces sont à découvrir, représentatives à la fois des découvertes marquantes de l'Égyptologue et des diverses périodes de la civilisation égyptienne. Aux pièces du Musée du Louvre et du Caire s'ajoutent des chefs d'œuvres d'autres musées prestigieux tels que le British, les Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles, les musées d'Anvers, de Munich,  de Picardie, d'Autun, de Rennes, de Besançon, de Roanne,  de Strasbourg, de Varzy et de Guéret. Cette présentation a été inspirée par l'œuvre écrite de Mariette, en particulier son "Voyage dans la Haute Égypte" de 1878. Ce baroudeur passionné mit fin, comme tant d'autres égyptologues, à quatorze siècle de silence et de mystère, an amenant au jour les nécropoles royales enfouies dans le sables de l'oubli. Il est le grand pacha de cet événement international qui réunit avec le concours des plus grands musées du monde des oeuvres aussi prestigieuses que rares.

SOURCE : http://www.nordmag.com/culture/expo_boulogne/expo_egypte.htm
-------------------------------------------------------

Un petit tour de la ville avant de visiter l'exposition ne laisse aucun doute sur cette affirmation : obélisque découvert par hasard en revenant de Nausicaa, statue de Mariette perché au sommet d'une pyramide, barque reconstituée le long des remparts de la vieille ville, étendards à l'image de dieux égyptiens…voilà de quoi se mettre en condition avant d'entrer dans le château-musée qui abrite une exposition exceptionnelle.

L'exposition est centrée sur la carrière d'Auguste Mariette :

- La première salle évoque le Musée du Caire dont Mariette est le fondateur puisque c'est lui qui mit en place le Musée de Boulaq, ancêtre du Musée égyptien. Parmi les œuvres présentées : un buste monumental d'Akhenaton et la statue du vizir Paremessou. Sur les murs sont projetées des photographies des rives du Nil.

- Dans la salle suivante, on découvre la reconstitution d'un chantier de fouilles tel qu'il devait être à l'époque de Mariette. Des photographies d'époque sont projetées en arrière-plan. Un regret, cette reconstitution ne figure pas dans le catalogue de l'exposition.

- Suit un aperçu de la collection égyptienne du musée de Boulogne-sur-Mer, avec en cadeau deux pièces inédites : une statuette d'Anubis de la Basse Époque et le montage en pectoral d'un ensemble d'amulettes.

- Vient ensuite une salle consacrée à la biographie d'Auguste Mariette : une pendule monumentale lui ayant appartenu, un portrait, quelques moulages anciens et la copie en bois du Cheikh el-Beled évoquent quelques étapes de sa carrière.

Comme j'avais mis en poche sans le consulter le livret acquis à l'entrée, j'ai d'abord été un peu déroutée par la suite de l'exposition dont je ne percevais pas la ligne directrice. En fait les pièces sont présentées en fonction de leur provenance géographique : les différents chantiers de fouilles dirigés par Mariette :

- Éléphantine

- Thèbes (avec entre autre le cercueil intérieur de Néhemsimontou de la collection boulonnaise et le Livre des morts de Tchahapiimou du Louvre)

- Dra Aboul Nagga (cercueil du roi Kamose, quelques pièces du magnifique trésor de la reine Ahhotep…)

- Deir el-Bahari (quelques fragments de reliefs du temple d'Hatchepsout,…)

- Karnak (statue de Senmout sistrophore, …)

- Denderah (moulage en plâtre du zodiaque, chapiteau hathorique, claustra,…)

- Abydos (biographie d'Ouni,…)

- Memphis

- Meïdoum (reconstitution de la paroi du mur nord du corridor de la chapelle d'Atet où figurent les oies que tout le monde connaît mais qu'on est pas habitué de voir dans l'ensemble d'origine)

- Saqqara : évocation de la nécropole de l'Ancien Empire, celle de la Basse Époque (estampage de la tombe d'Ounnefer, nombreux oushebtis de la même tombe) et, évidemment, le Sérapéum.

- Gizeh (stèle dite "de la fille de Khéops" sur laquelle figure une représentation du sphinx de Gizeh,…)

- Athribis (buste de Tétrarque)

- Tanis (buste de Ramsès II, …)

Impossible de tout citer. Il faut dire qu'il y a 120 pièces prêtées par le Musée du Louvre, 30 pièces venant du Musée égyptien du Caire, quelques pièces du British Museum et d'autres provenant d'Anvers, Bruxelles et de musées régionaux (Amiens, Besançon, Renne, Roanne…) ainsi qu'une partie de la collection de Boulogne-sur-Mer.

SOURCE ET SUITE : http://www.bubastis.be/expo/boulogne_04.html
« Modifié: 31 mars 2014 à 23:54:23 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Petit rappel sur l'état du Sphinx et le visage de Khefren:


Statue de Khéphren (Musée égyptien du Caire).

Khéphren  (vers 2558-2533 av. J.-C.)

Fils de Khéops et Henoutsen, Khéphren (Khâef Rê en égyptien) est le quatrième pharaon de la IVe dynastie.

 Il succède à Didoufri, son demi-frère.


Le Sphinx était considéré comme une image du dieu solaire Rê-Horakhty ou Hor-em-Akhet (Horus dans l'Horizon, Harmakhis en grec). Mais son prestige devint tel que d'autres divinités lui furent assimilées et qu'il reçut rapidement un culte important pour lui-même (d'où la construction de temples, tout proches, qui n'ont rien à voir avec les complexes des pyramides).

 
Le Sphinx érodé avec entre ses pattes la stèle de Thoutmosis IV.
 
Un évènement important qui lui est attaché est commémoré sur une stèle déposée par Thoutmosis IV (1396-1386 av. J.-C.) entre ses pattes de lion. Cette stèle raconte qu'un jour, alors que le roi chassait dans les environs, il était venu se reposer au pied de la statue, très ensablée à cette époque. Le dieu lui était alors apparu en songe et lui avait demandé de procéder au désensablement, en échange de quoi il lui assurerait la royauté de l'Égypte, ce qui fut effectivement accompli.


Le Sphinx ensablé devant la pyramide de Khéops en 1870 (photo F. Frith).
 
Plusieurs fois, le Sphinx "à la face camarde" (Théophile Gautier) dut être dégagé des sables envahissants; Mariette entreprit de le dégager en 1853 et le dernier désensablement date de 1925.

Aujourd'hui la pollution et l'érosion éolienne dégradent la pierre; de plus le calcaire marneux est très sensible à l'humidité et la nappe phréatique est menaçante. Une partie de l'épaule droite s'étant effondrée en 1988, son cou étant fragile. Des travaux pour sauver le Sphinx furent entrepris dès 1989 et durèrent huit ans.

 
Le Sphinx fait face à l'est (et aujourd'hui à la ville toute proche).


Actualités

Début avril 2006, sous l'égide du Conseil Suprême des Antiquités, des scientifiques ont commencé la restauration du grand sphinx, espérant rectifier des erreurs des précédentes restaurations du monument. Zahi Hawas, directeur du Conseil Suprême des Antiquités, a indiqué que le sphinx avait subi les plus grands dommages quand les ouvriers avaient utilisé le ciment pour reconstituer la statue dans les années 80. "Le sphinx est comme un être humain. Quand vous mettez du ciment sur son corps, cela arrête la respiration du calcaire", a-t-il dit. Le travail doit se concentrer sur le cou et la poitrine du sphinx qui ont souffert de l'érosion et des vents de désert.

Source: http://www.passion-egyptienne.fr/Gizeh%20Sphinx.htm


-------------------------------------------------------

v. 2520-2494  avant JC:  Khephren règne durant 25 ans.

Il édifie une pyramide à Gizeh dite Deuxième Pyramide de Gizeh (au centre). Elle est haute de 143 mètres mais moins large 215 m.

La base du revêtement était en granit, le sommet en calcaire. C’est la seule pyramide a avoir conservé son revêtement au sommet.

Khephren est le représentant sur terre du dieu Horus, le faucon aux ailes déployées, qui le protège en l'enveloppant de ses ailes.

La chambre funéraire est à fleur du sol. La voûte est à chevrons.

L'ensemble funéraire est le mieux conservé, avec un temple funéraire haut, et une rampe de 494 m. Qui mène au temple bas de la vallée.

On trouve aussi une pyramide secondaire et cinq fosses en forme de bateau.

Statue en diorite de Khephren, assis sur un trône orné de lions. Elle traduit parfaitement la toute-puissance du monarque.

Le Sphinx est le plus gros colosse de pierre jamais construit : une des Sept Merveilles du monde selon les Anciens.

Son nom signifie "Père de la terreur" en arabe. Il est le portrait de Chéphren, coiffé du némés et orné de l'uraeus frontal (qui a disparu). Il symbolise l'apparence divine du pharaon, Horus sur terre. [Lapin ??? - sujet à polémique]

Il se trouve entre la pyramide de Chéops et celle de Chéphren.
Il est orienté vers le soleil levant et a été sculpté directement dans un promontoire calcaire friable du plateau qui supporte les pyramides. Cette roche alterne les couches dures et les couches tendres.

Il mesure 20 m de haut et la bête a une longueur de 72,5 m. Le corps est disproportionné, trop grand d’environ 50 % par rapport à la tête. Rien que le visage mesure 5 m. de haut.

Son nez a été brisé à coups d’outils. Peut-être les premiers Chrétiens ou les Arabes au Moyen Age... Ou alors, un émir, au XVe siècle, aurait détruit d’un coup de canon son nez, la religion musulmane interdisant toute représentation divine...

La barbiche du Roi, longue de 7 m., a été cassée. On a retrouvé les fragments entre les pattes de l'animal.

Il a passé la plus grande partie de son histoire enfoui jusqu’au cou dans le sable.

Vers 1300 av. J.C., il est désensablé, repeint et consolidé. Baptisé Horemakhet (Horus-dans-l'horizon), le Sphinx est alors vu comme une divinité à part entière, non plus comme l'image d’un pharaon. Il devint un lieu de pèlerinage très populaire et sera régulièrement entretenu jusqu’à l'époque romaine.

Thoutmosis IV vers 1400 ans av. J.C., rêva qu’il devait le désensabler en échange du trône d’Egypte. Une stèle en granit rose (3,6 m de haut, 15 tonnes) érigée devant le sphinx commémore son rêve : la "Stèle du Rêve".

Il fut désensablé sous les Grecs puis englouti par le sable et oublié jusqu’au début du XIXe siècle. Il n’est entièrement déblayé que depuis 1925.

Le calcaire a durement souffert de l'érosion du vent du désert chargé de sable, sa destruction s’accélère avec les remontées d’eau de la nappe phréatique et la pollution venue de la ville voisine, Le Caire.

En 1960, on a découvert un petit temple devant le Sphinx qui aurait abrité des séries de 12 (comme les mois) et de 24 (comme les heures) statue colossales. Sa cour aurait été pavée d’albâtre à la réverbération aveuglante.

Aux équinoxes, son axe est-ouest s’aligne avec le point où se lève le Soleil, juste au-dessus de l'épaule du Sphinx. Ces éléments ont amené quelques égyptologues à croire que le Sphinx jouait un rôle dans le culte rendu au dieu solaire.

Des travaux de restauration ont été effectuées et terminés en 1998. Les pattes avant avaient déjà été recouvertes d’un parement de pierre à l'époque romaine ; celui-ci a été restauré.
 
Source: http://cborzeix.club.fr/Egypte/Ancien_Empire3.htm
admn : page introuvable
------------------------------------------------

Le sphinx

Le sphinx, situé à 500m à l'est de la pyramide de Khephren, a  été sculpté dans le calcaire du plateau. Le terme sphinx est dérivé de l'égyptien “shesepankh” qui signifie “statue vivante”. On pense qu'il assumait une fonction de gardien du site, plus précisément du temple solaire édifié à côté de la pyramide de Khéops. La tête humaine du sphinx porte le némès, l'uraeus et la barbe postiche (atributs royaux). Le corps du sphinx est celui d'un lion assis, symbole du pouvoir royal. Le visage du sphinx serait celui de Khéphren lui même. Le sphinx fut la proie de tirs de canons lors de l'invasion de Mamelouks, son nez de 2m tomba à terre et fut ramassé par les anglais après la défaite de Bonaparte, pour être exposé au British Museum.

Ses pattes renferment une stelle potant le nom de Touthmosis IV, ajoutée par ce dernier, pour commémorer un rêve prémonitoire selon lequel il monterait sur le trône s’il fesait dégager le sphinx, qui avait été plusieurs fois enseveli sous le sable. Touthmosis n’était pas l’héritier du trône et utilisa le sphinx pour rendre légitime son accession au pouvoir. Le texte de la stelle est le suivant:

« Un jour il advint que le fils royal Thoutmôsis, qui allait se promener à l’heure de midi, se reposa à l’ombre de ce grand dieu ; la torpeur du sommeil le saisit, au moment où le soleil était à son zénith. Il s’aperçut alors que la Majesté de ce dieu auguste lui parlait, de sa bouche même, comme un père parle à son fils, disant : regarde-moi, contemple-moi, ô mon fils Thoutmôsis ; je suis ton père, Horakhéty-Khépri-Râ-Atoum ; je te donnerai la royauté sur terre, à la tête des vivants, tu porteras la couronne blanche et la couronne rouge sur le trône de Geb, le prince (des dieux). La terre t’appartiendra en sa longueur et sa largeur, et tout ce qu’illumine l’œil brillant du maître de l’Univers. (…) Voilà que maintenant le sable du désert me tourmente, le sable au-dessus duquel j’étais autrefois ; aussi hâte-toi vers moi, afin que tu puisses accomplir tout ce que je désire. »

Source: http://historia.unblog.fr/egypte/
« Modifié: 02 avril 2014 à 19:28:10 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

Les premiers à  décrire la pyramide de Kéops sont des auteurs grecs et latin comme Hérodote qui l'a visité 22 siècles plus tard, Pline l'ancien, Strabon. Puis des auteurs arabes relatent les recherches du Calife Al-Mamoun . Au XIIème siècle on trouve Kaisi, l'historien, au Xème siècle Maçoudi.

Pour mesurer un peu comment les pharaons de la IVème dynasties étaient appréciés, voici le récit fait par Hérodote:

Extrait d’Histoires d’Hérodote ( Livre II - Euterpe)

CXXIV. Les prêtres m’ont dit encore que, jusqu’à Rhampsinite, l’équité prévalait en Egypte et que la prospérité du pays était grande ; mais après lui Chéops régna et l’on eut à souffrir toute espèce de misère.  D’abord, il ferma tous les temples et défendit d’offrir des sacrifices ; ensuite, il força les Egyptiens de travailler pour lui. A quelques-uns, il donna pour tâche de tirer, jusqu’au Nil, des pierres qu’ils extrayaient de la montagne arabique ; à d’autres il prescrivit de passer en barques ces pierres et de les conduire à la montagne libyque. Ils travaillaient sans relâche, au nombre de cent mille hommes, que l’on relevait tous les trois mois.

Le peuple accablé employa dix ans à construire le chemin par lequel on transportait les pierres, œuvre, à ce qu’il me semble, à peine moindre que la pyramide, car sa longueur est de cinq stades, sa largeur de dix brasses et sa grande hauteur de huit brasses ; il est fait de pierres de taille, ornées de figures sculptées. A ce chemin on employa donc dix années, pendant lesquelles on fit, en outre, les chambres souterraines, creusées dans la colline où sont les pyramides. Ces chambres, destinées à la sépulture de Chéops, se trouvèrent le dans une île, au moyen de canaux alimentés par l’eau du fleuve. 

Il fallut vingt années pour la pyramide elle-même ; elle est quadrangulaire, chacune de ses faces a huit plèthres à la base ; sa hauteur est pareillement de huit plèthres ; elle est toute en pierres de taille parfaitement ajustées ; nulle des pierres n’a moins de trente pieds.

CXXV. Cette pyramide a été faite comme je vais dire, en gradin, que les uns nomment échelons, et d’autres petits autels. Lorsque l’on eut construit la base, on éleva le reste des pierres, à l’aide de machines fabriquées avec de courtes pièces de bois ; la force d’une machine agissait d’abord depuis le sol jusqu’au plateau du premier gradin ; on y transportait la pierre que l’on posait sur une seconde machine, qui s’y trouvait fixée.

De là elle était montée sur le second gradin, et sur une troisième machine. Autant il y avait de rangées de gradins, autant il y avait de machines. Il est possible cependant qu’il n’y eût qu’une seule machine portative : en ce cas, on la montait de gradin en gradin, après y avoir élevé la pierre. Car il faut que je rapporte les deux procédés, comme ils m’ont été dits. Le sommet de la pyramide fut achevé avant le reste ; on donna ensuite la dernière main au gradin suivant, et l’on termina par le plus bas, par celui qui touchait au sol. On a marqué en caractères égyptien, sur la pyramide, pour combien les ouvriers ont consommé d’aulx, d’oignons et de persil. Autant que je puis m’en souvenir, l’inscription, que l’interprète m’a expliquée, signifie que la la somme s’élève à seize cent talents d’argent. Si ces choses ont autant coûté, que n’a-t-on pas dépensé en outils de fer, en vivres et en vêtements, durant le temps employé à bâtir, qui a été ce que j’ai dit, outre, comme je le pense, celui, non médiocrement long, qu’il a fallu pour tailler les pierres, les conduire et faire sous terre les excavations ?

CXXVI. Chéops en vint à un tel degré de dépravation, que, manquant d’argent, il fit, dit-on, entrer sa fille dans une maison de débauche, lui ordonnant de gagner une certaine somme ; les prêtres ne m’ont pas dit combien.

Elle obéit ; elle amassa la somme fixée par son père ; et de plus, elle eut l’idée de laisser un monument à elle propre ; elle demanda donc, à chacun de ceux qui l’approchaient, le don d’une pierre. De ces pierres, on prétend que fut bâtie celle des pyramides qui est au milieu des trois, un peu en avant de la plus grande, et qui a, sur chaque côté, un plèthre et demi à la base.

CXXVII. Chéops, au rapport des Égyptiens, régna cinquante ans ; après sa mort son frère Chéphren hérita de la royauté et se comporta comme lui en toutes choses ; il bâtit une pyramide moindre, par ses dimensions, que celle du feu roi ; je l’ai moi-même mesurée ; elle n’a ni chambres souterraines, ni canaux qui conduisent jusqu’à ses pieds l’eau du fleuve, comme cela a lieu pour l’autre, où des dérivations du Nil forment une île dans laquelle on dit que gît le corps de Chéops. Après avoir élevé le premier gradin en pierres marbrées d’Ethiopie, il donna à la pyramide quarante pieds d’élévation de moins qu’à la première, dont elle est peu éloignée ; toutes les deux sont sur le même plateau, dont la hauteur est d’environ cent pieds. Selon les prêtres, Chéphren a régné cinquante-six ans.

CXXVIII. On compte donc cent six ans pendant lesquels les Egyptiens souffrirent toute espèce de misère ; les temples, durant tout ce temps, furent fermés, on ne les ouvrit pas un seul instant. Le peuple, dans sa haine pour ces rois, évite de les nommer : il appelle les pyramides, pyramides de Philition ; c’est le nom d’un pâtre qui alors paissait en cet endroit ses troupeaux.

Source: http://www.egypte-antique.org/spip.php?article18
admn : page introuvable
« Modifié: 02 avril 2014 à 19:40:35 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille
Documentaire: Civilisation perdue - Gizeh
« Réponse #6 le: 26 août 2009 à 22:16:22 »

Documentaire: Civilisation perdue - Gizeh

Theorie de : GRAHAM HANCOCK & ROBERT BAUVAL d'une civilisation pré-Egyptienne.

Que du bonheur!!!

Un documentaire très très intéressant, passionnant même, où l'on voit s'affronter deux sortes de chercheurs. Les Egyptologues patentés qui ne cherchent nullement à découvrir la vérité au travers des signes et des symboles et n'y voient pas plus loin que le bout de leur nez et les chercheurs sortant des sentiers battus qui, eux, sont mis au ban par leurs confrères parce qu'ils osent émettre d'autres thèses, à savoir que les premiers disent que le Sphynx daterait de Kephren mais les seconds nient cette hypothèse. Le Sphynx serait beaucoup plus ancien et son visage ne représente pas Kephren.


Dans ce documentaire, quatre chercheurs et historiens remettent en cause les thèses du passé en fournissant des preuves irréfutables, il s'agit de Frank Domingo, John West, Graham Hancock et Robert Bauval. Pour eux, les Egyptiens étaient les héritiers d'un antique Savoir, une antique Sagesse, ce que nous cherchons nous aussi à démontrer d'ailleurs dans un vieux livre que nous avons commencé à poser ici

Les Antédiluviens précurseurs de la Science des Egyptiens et de Moïse



Nos quatre chercheurs et historiens disent donc qu'il est absurde de croire que le Sphynx et les pyramides de Gizeh datent de la genèse d'une civilisation. Pour eux, ces monuments signifient la fin de quelque chose plutôt que le début de quelque chose. Déjà les Egyptologues patentés ne tiennent pas compte du Savoir antique dont se servait les Anciens. Ils construisaient tous leurs monuments d'après des données astronomiques poussées. La position des Pyramides, l'alignement stellaire des puits, tout laisse penser que la réponse aux nombreuses questions n'est pas ici-bas, mais là-haut.

Contrairement aux égyptologues patentés et chèrement payés, nos quatre hommes ne fouillent pas le sol pour y trouver des objets du temps passé. Ils utilisent un ordinateur et essaie de reconstituer le ciel du temps passé. Très intéressant. Or, que voient-ils ? Que la date de la construction est 10 500 av. JC. John West a, lui, utilisé la géologie pour en arriver à la même conclusion. Cette science indique que le Sphynx a été arrosé pendant de nombreux siècles par de fortes pluies. Quand ces pluies sont-elles tombées pour la dernière fois en Egypte ? Elles ne sont plus tombées depuis 12 000 ans. Les Egyptologues, bien évidemment, ne sont pas d'accord.

Le journaliste Paul Roberts a couvert les débats.

Il dit que West est un véritable cauchemar pour les experts. West est un homme qui sort de l'ombre avec des théories bien pensées, bien présentées, décrites avec cohérence et bien expliquées, regorgeant de données irréfutables et ils lui coupent l'herbe sous le pied. Les experts patentés l'ignorent et ignorent son point de vue en espérant qu'il va s'en aller mais ce n'est pas le cas. On voit là ce qui règne sur la Recherche et ce qui veille surtout à ce que la Vérité ne voit jamais le jour.

Ce phénomène d'érosion a toujours été bien visible, pourquoi personne n'y avait fait attention avant ? Personne ne cherchait à le voir. C'est un peu comme quand vous cherchez des pommes de terre et que vous traversez un champ de diamants sans les voir. Les experts considèrent la géologie comme secondaire. Personne ne cherchait les traces d'érosion. Personne ne les trouvait.
 
La civilisation pourrait-elle être beaucoup plus ancienne que nous le pensons ?
Les implications de cette théorie sont déroutantes.
Y-a-t-il eu une civilisation inconnue et avancée à l'âge de la pierre ?
Quand tout cela a-t-il commencé ?


Les Egyptologues fixent le début soudain de l'Histoire de l'Egypte à environ 3000 av. JC. Avant cela, disent-ils, la vallée du Nil n'était peuplée que d'immigrés primitifs venus du désert du Sahara.

Robert Bauval dit que les égyptologues n'ont que peu de moyens à leur disposition pour établir la chronologie de l'Egypte ancienne.

En voici un : la liste des rois d'Abydos.

Il montre sur une fresque que nous voyons le pharaon Seti qui dit à son fils Ramsès II "regarde mon fils, voici la lignée de tous les rois d'Egypte" en partant de Ménès, le premier roi de l'Egypte dynastique. Mais les égyptologues s'arrêtent ici, à trois mille avant JC.

Ils ne tiennent pas compte de l'autre côté du mur, là où Seti dit à Ramses, "voici ce qui s'est passé bien avant le règne de Ménès, il y a des milliers et des milliers d'années quand la terre d'Egypte était gouvernée par les dieux et les demi-dieux"

admn : les sites à inscription préalable ne sont pas autorisés sur ce forum


Civilisation perdue-gizeh 1/6
la suite sur dailymotion
« Modifié: 02 avril 2014 à 22:53:21 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille
La Corrélation d'Orion - Robert Bauval - La précession
« Réponse #7 le: 26 août 2009 à 23:20:23 »

La Corrélation d'Orion
[/color]
Source
admn : source inaccessible

Selim Hassan - archéologue égyptien

C’est le grand archéologue égyptien Selim Hassan qui, le premier, rompit le carcan darwiniste dont était entourée l’égyptologie depuis Champollion et émit l’hypothèse selon laquelle il existerait un lien entre certaines étoiles et les pyramides.

Samuel B. Mercer, Virgina Trimble, Alexander Badawy et plusieurs autres archéologues s’engouffrèrent dans cette brèche au cours des décennies qui suivirent.

Alexander Badawy

Alexander Badawy affirmait notamment que les soi-disant conduits d’aération de la chambre du Roi dans la pyramide de Kheops avaient en réalité été construits de façon à être orientés vers les étoiles circumpolaires pour le conduit nord, et vers les étoiles du Baudrier d’Orion lors de son passage au méridien pour le conduit sud. Selon lui, le passage nord était destiné à favoriser la transmigration de l’âme des pharaons vers les immuables étoiles circumpolaires, et le passage sud était destiné à rejoindre Orion.


admn : l'image n'est plus disponible

Alexander Badawy effectua en 1964 les premiers calculs de précession des équinoxes pour savoir quelles étoiles exactement visaient les prétendus conduits d’aération à l’époque des pyramides.

Mais tous les adeptes de l’archéologie « stellaire » furent soit ridiculisés soit cloués au pilori par les tenants de l’archéologie traditionnelle. Le lien des Égyptiens avec les étoiles peut pourtant difficilement être plus explicite que sur cette paroi de la chapelle renfermant la momie de Toutankhamon

admn : les images ne sont plus disponibles

The Orion Mystery – Unlocking the Secrets of the Pyramids - Le Mystère d’Orion – Dévoiler les Secrets des Pyramides. 1994 - Robert Bauval

admn : les images ne sont plus disponibles

En 1994 parut à Londres « The Orion Mystery – Unlocking the Secrets of the Pyramids », en français : « Le Mystère d’Orion – Dévoiler les Secrets des Pyramides. » Ce livre était l’œuvre de Robert Bauval, ingénieur en travaux publics d’origine belge, mais né à Alexandrie et passionné à la fois d’égyptologie et d’astronomie.

Dans cet ouvrage, Bauval établit scientifiquement le lien entre les trois plus grandes pyramides de Gizeh : Kheops, Khephren et Mykerinos, et les trois étoiles du Baudrier d’Orion : Mintaka (Delta d’Orion), Al Nilam ((Epsilon d’Orion) et Al Nitak (Zéta d’Orion). C’est Al Nitak qui, il y a quatre mille ans passait quotidiennement dans l’exact prolongement (mesuré par Flinders Petrie selon un angle de 44°30) du conduit sud de la Chambre du Roi de la grande pyramide.

Selon Robert Bauval et Graham Hancock, coauteur de son ouvrage, la véritable justification de la grande pyramide se trouve dans les étoiles.

La précession

La précession, phénomène dû à la rotation de la Terre, amène les constellations à modifier leur position au cours d'un cycle de 25980 ans. A l'aide de calculs informatiques déterminant la position des astres au-dessus des pyramides en 2 500 av. J.C., Bauval et Hancock constatèrent que l'une des galeries sud de la grande pyramide était très exactement orientée vers Sirius, étoile associée à la déesse égyptienne Isis. En revanche, l'axe des autres galeries sud se prolongeait vers la plus proche des trois étoiles du Baudrier d'Orion.

Selon l’ancienne religion solaire de la vallée du Nil, cette constellation était censée abriter le dieu Osiris, en une époque lointaine nommée Zep Tepi, ce qui signifie "Au Commencement".

Pour Bauval et Hancock, ces orientations ne sont pas fortuites. Selon eux, les bâtisseurs ont délibérément édifié la Grande Pyramide de telle manière que les galeries internes soient alignées sur ces étoiles. La thèse sur la relation entre les pyramides et le Baudrier d'Orion fut
En examinant de près la constellation d'Orion, il constata que les trois étoiles affichaient le même décalage entre elles. Les trois pyramides de Gizeh pouvaient donc constituer une représentation symbolique de ces étoiles.

Toutefois, l'angle du baudrier d'Orion ne correspondait pas exactement à la disposition des pyramides de Gyzeh. Retournant à leur ordinateur, Bauval et Hancock s'aperçurent que le seul moment où les étoiles du Baudrier d'Orion coïncidaient parfaitement avec la position des pyramides se situait en 10 500 av. J.C.. Ils en déduisirent que les plans du site de Gizeh remontent à plus de dix mille années avant la naissance de Jésus-Christ !

Par ailleurs, Bauval et Hancok ont établi une série de liens troublants :

PYRAMIDES DE GIZEH
1. Elles sont orientées le long d’un méridien et alignées en diagonale vers le sud-ouest
2. La pyramide de Mykerinos est légèrement décalée vers l’est par rapport à la diagonale des deux autres.
3. La pyramide de Mykerinos est plus petite que les deux autres.
4. La pyramide de Khephren est équidistante des deux autres.
5. Les trois pyramides sont situés sur la rive ouest du Nil.

BAUDRIER D’ORION
1. Lors de leur passage au méridien, les trois étoiles sont orientées vers le sud-ouest.
2. Delta d’Orion (Mintaka) est légèrement décalée vers l’est par rapport aux deux autres.
3. Mintaka est moins brillante que les deux autres étoiles.
4. Epsilon d’Orion (Al Nilam) est équidistante des deux autres.
5. Le Baudrier d’Orion est directement à l’ouest de la Voie Lactée, à distance proportionnellement équivalente à celle Gizeh par rapport au Nil.

Selon différents médiums capables de lire dans les Archives Akhashiques (Edgar Cayce, Franz Bardon et Barbara Marciniak notamment)

Les trois pyramides de Gizeh auraient en effet été conçues pour permettre le voyage interdimensionnel à destination d’Orion. Cons-truites après l’engloutissement de l’Atlantide (il y a plus de 10000 ans, soit plus du double de l’âge que leur concèdent habituellement les scientifiques), elles auraient également servi de relais aux signaux émis sur les hyperfréquences par les habitants d’Orion.

Le fait que l’on retrouve ces analogies entre les trois pyramides de Gizeh et les trois étoiles du Baudrier d’Orion, semble démontrer la maîtrise d’une technologie fondée sur l’effet de résonance ; elle s’apparenterait à bien des égards à la méthode connue et pratiquée depuis la nuit des temps par certains sorciers et chamans, qui consiste à agir sur un individu à travers une statuette ou une figurine sensée le représenter en réduction et grâce à laquelle ils réussissent à agir sur ses corps subtils.

admn : cette image n'est plus disponible

Cette très belle illustration tirée du livre :"Le langage Secret des Étoiles et des Planètes" de Geoffroy Cornelius et Paul Devereux, (Éditions Solar), montre la projection parfaite des étoiles d’Orion et des Hyades sur les pyramides du site de Gizeh. Dans 6 cas sur 7, la dimension des pyramides est en relation directe avec la magnitude des étoiles. En outre, la Voie Lactée se projette également sur le Nil de manière remarquable.

Les bâtisseurs des pyramides furent vraisemblablement, comme les Agarthiens, les descendants d’un groupe d’habitants de l’Atlantide qui s’étaient opposés aux pratiques de magie noire des derniers chefs atlantes et étaient restés fidèles aux recommandations des Frères d’Orion avec lesquels ils furent en contact jusqu’à l’engloutissement du continent.

Avertis par eux de l’imminence du cataclysme, ils semble qu’ils se soient alors séparés en quatre groupes. Le premier aurait ainsi réussi à se réfugier dans la Terre Creuse à travers un corridor secret. Ses membres auraient formé par la suite une collectivité de plusieurs dizaines de millions d'âmes et fondé le Royaume d’Agartha. Au fil des siècles, ils y auraient accueilli de très célèbres visiteurs : Saint-Jean, l'alchimiste Nicolas Flamel, et sans doute le plus grand
des Maîtres esséniens, Jésus lui-même. (Cette hypothèse est d’ailleurs confirmée par différents maîtres spirituels et clairvoyants, parmi lesquels on compte notamment Omraam Mikhaël Aïvanhov, Barbara Marciniak et Monique Mathieu).

Le second groupe de rescapés aurait été guidé vers ce qui allait devenir l’Inde, le troisième vers la future Amérique du Sud, et le quatrième vers le nord-est de la future Afrique. Sous la conduite du grand Thot, les membres de ce quatrième groupe auraient alors établi les bases de l’ancienne civilisation égyptienne et instauré une religion solaire inspirée par les Envoyés d’Orion. C’est la raison pour laquelle les trois grandes pyramides de Gizeh, construites selon leurs directives, furent durant des milliers d’années un puissant talisman qui éloigna de l’Égypte bien des cataclysmes, car le dispositif reliant les pyramides au Baudrier d’Orion était sans doute conçu comme une sorte de bouclier électromagnétique capable de protéger toute la plaine du Nil des influences les plus négatives.

Orion, dans sa configuration avec Sirius et Aldebaran, représente la première lettre de l’alphabet hiératique égyptien. Cet ensemble stellaire correspond à l’Aleph des Hébreux, l’Alpha des Grecs. Selon Hermès Trismégiste, « Orion préside au Conseil des Constellations. À sa gauche, sous ses pieds, brille Sirius, Phare de notre galaxie. À droite, au-dessus de sa main gauche, scintille "l'Œil de Dieu": Aldebaran, réglant le ballet des étoiles au rythme de la musique des sphères... »

admn : l'image n'est plus disponible

Le conduit sud de Kheops vise le Baudrier d’Orion ; l’étoile à gauche est Sirius et celle dans la paume tendue est Aldebaran (Source : Revue Kadath : printemps-été 2000).

Ensemble, ils figurent la première lettre de l’alphabet hiératique, qui correspond au Aleph des Kabbalistes.

Les Égyptiens ne considéraient pas les étoiles du firmament comme ces corps célestes loin-tains, plus ou moins morts, plus ou moins inaccessibles, que les scientifiques s’entêtent à vouloir nous présenter, mais comme des Êtres spirituels et vivants, habités de myriades d’entités avec lesquelles les hiérophantes savaient communiquer. Ils étaient capables de les identifier d’après leur fréquence vibratoire, et de canaliser leur énergie pour accomplir des travaux gigantesques, ce qu’ils firent en leur temps…

admn : l'image n'est plus disponible
Hermes-Thot dit Hermès Trismégiste (d’après une visualisation akhashique de Franz Bardon)

Il était « Trismégiste » c’est-à-dire trois fois grand parce qu’il avait la Connaissance des Trois Mondes.

Toute la théorie scientifique actuelle, selon laquelle l’évolution culturelle de l’humanité est fondée sur une chronologie de civilisation dont l’origine ne remonterait pas au-delà de Sumer, soit 4000 ans avant Jésus-Christ tout au plus, repose sur l’approche darwinienne de l’évolution et sa vision matérialiste.

Le darwinisme a progressivement été érigé en tant que religion, afin de maintenir les populations de la planète dans l’ignorance des plus grandes vérités. La technique est au fond assez simple : les chercheurs sincères et véridiques sont maintenus à l’écart aussi longtemps qu’ils ne sont pas accrédités ; les accréditations s’obtiennent auprès de groupes de notables financés grâce à des fonds internationaux. Or ces fonds proviennent pour l’essentiel du réseau bancaire noyauté par les Barons de l’Ombre. Et les notables qui gèrent ces différents organismes savent fort bien qu’ils ne conserveront eux-mêmes leurs privilèges qu’à la condition de rester fidèles à l’idéologie matérialiste luciférienne. C’est ce que l’on a appelé « la police des idées ».

Mais depuis quelques années, les conditions sont heureusement en train de changer : il semble en effet avoir été décidé par les Êtres évolués qui nous guident et nous surveillent que les peuples de la Terre doivent être amenés à un éveil de conscience rapide. Et toute la vérité devrait finir par être révélée au cours de la décennie qui vient de commencer.
« Modifié: 02 avril 2014 à 23:06:10 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

L'astronomie et les trois pyramides

Pour ce qui est des trois pyramides, l'équipe fait d'abord remarquer, ce que tout le monde savait depuis longtemps, que les quatre faces des trois pyramides sont orientées suivant les quatre points cardinaux, mais que cette orientation est d'une exactitude supérieure à celle que les architectes anglais, qui ont établi les plans de l'observatoire de Greenwich en Grande Bretagne, également orienté Nord-Sud, ne sont pas arrivés à reproduire. De plus les quatre côtés de Kheops ont chacun une longueur proche de 230,3 m qui ne diffère pas de plus d'un millième l'une de l'autre et le périmètre total divisé par le double de la hauteur (144,5 m) vaut soit 3,14 . L'équipe a ensuite pu rétablir, grâce au programme informatique, SkyGlobe, la situation exacte des étoiles dans le ciel plusieurs millénaires avant notre ère et ce en tenant compte de la précession que subit l'axe de rotation de la terre, incliné de 23°27', sur le plan de l'écliptique lorsqu'elle parcourt en un an autour du soleil une orbite elliptique de 949 millions de km très légèrement excentrée (1/60) et dont le Soleil occupe l'un des foyers. Cette précession de l'axe terrestre, qui tout en restant toujours incliné de 23°27' par rapport au plan de l'écliptique, est un peu similaire à celle que subit l'axe d'une toupie d'enfant en phase de décélération.


[Lapin: lien sur ce logiciel ou ici

Elle est due à l'attraction combinée du Soleil et de la Lune qui font accomplir à l'axe de la Terre sur le plan de l'écliptique, une très lente rotation d'une valeur angulaire de 1 minute et 12 secondes dans le sens contraire aux aiguilles d'une montre et dont la période est donc de 25.920 ans [ 1'12" X 25.920 = 360° ] . Cette précession subit elle-même un nutation ondulatoire d'une valeur de 9 secondes d'arc de part et d'autre de sa trajectoire, nutation qui met 18 ans et 8 mois pour revenir à son point de départ. Tous les 25.920 ans, l'axe de rotation de la Terre se retrouve donc dirigé vers le même point de la voute céleste. Actuellement il est dirigé vers l'étoile, dite polaire, qui est de la constellation de La Petite Ourse. Dans 12.000 ans, l'axe de rotation de la Terre pointera vers l'étoile Vega de la constelletion de La Lyre qui est avec Sirius l'étoile la plus brillante du ciel boréal. Il y a 4.500 ans, à l'époque de la construction de la pyramide de Chéops, il pointait vers l'étoile de la constellation du Dragon. Voir ci-dessous une représentation graphique de ces valeurs.

Grâce à ce programme informatique, les trois chercheurs ont pu remonter dans le temps et simuler le ciel de 100 en 100 ans. Ils ont ainsi pu établir que les quatre conduits de 20 cm de diamètre chacun qui vont des deux chambres intérieures situées au centre de la pyramide de Chéops vers les surfaces triangulaires extérieures et creusés dans des blocs successifs de la pyramide avant leur dépose finale [ ce qui laisse supposer l'aide d'abord d'un plan calibré d'architecte très élaboré, le conduit traversant plusieurs dizaines de blocs, ainsi que d'un outillage extrêment précis pour le creuser et conserver ainsi la rectitude visuelle que peu d'entrepreneurs au monde seraient capables d'exécuter à l'heure actuelle ], ne sont pas, comme la plupart des égyptologues le croient, des conduits d'aération, mais bien des tubes de visées qui de ces chambres internes, pointent exactement vers des étoiles bien précises en l'an 10.500 avant notre ère: Sirius pour la chambre dite de la Reine et Alninam, l'étoile centrale du baudrier d'Orion, pour celui de la chambre du Roi.

En repositionnant, grâce au recul du point vernal dans leur programme informatique, la hauteur culminante exacte de la constellation d'Orion à cette date lointaine, on constate également que les trois pyramides sont géographiquement situées par rapport au Nil comme le sont les trois étoiles du baudrier d'Orion par rapport à la Voie Lactée et que deux autres pyramides, aussi le long du Nil, au nord et au sud du site de Gizèh, correspondent exactement aux étoiles Bellatrix et Saiph d'Orion.





Pour les trois chercheurs, le site de Gizèh représente bien un message qu'ont voulu faire passer à la postérité ceux qui ont conçu une telle entreprise. Toutes les autres pyramides qui ont été construites par après dans les cinq siècles qui ont suivi perdent progressivement de l'intérêt et ne sont plus que des copies de moins en moins bien élaborées. Il semble ne faire aucun doute que les prêtres bâtisseurs de Gisèh, cumulant les fonctions de géomètres et d'astronomes, connaissaient l'existence de la précession, probablement sa période et surtout ses effets sur l'aspect du ciel, et avaient pu calculer la valeur de avec un précision que malheureusement l'érosion du temps ne nous permet pas de vérifier puisque le sommet de Chéops est érodé. Ils devaient alors savoir que la Terre était un globe céleste qui, comme les autres planètes, tourne autour du Soleil, mais en gardaient jalousement la connaissance pour eux-seuls, connaissance qu'ils ne se transmettaient qu'oralement et que même les pharaons ignoraient afin de mieux avoir prise sur eux. Au cours des deux derniers millénaires avant notre ère, cette connaissance s'est perdue pour ne garder que la version du char céleste parcourant le ciel et transportant le Soleil, version qu'ils faisaient croire au peuple et même à toute la cour pharaonique.

Un sursaut scientifique s'est produit après la conquête d'Alexandre le Grand et l'établissement de la dernière dynastie ptolémaïque qui régna de -305 à -30 et durant laquelle les savants grecs essayèrent de redécouvir ce que les astronomes égyptiens connaissaient 2.000 ans avant eux. Notons surtout parmi ceux-ci Eratosthène qui détermina les dimensions exactes de la Terre. Malheureusement ses travaux furent à jamais détruits dans l'incendie, provoqué par Jules César en -48, de la célèbre bibliothèque d'Alexandrie dont il était le patron, et à nouveau, pendant quinze siècles, le monde a une nouvelle fois cru que la Terre était plate jusqu'au jour où Magellan prouva le contraire en en faisant le tour lors de son périple de 1519 à 1521 durant lequel il perdit la vie aux Philippines .
 
Source
admn : le blog source n'existe plus

source de remplacement
« Modifié: 02 avril 2014 à 23:15:02 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2293
  • en l'honneur de ma fille

En guise de pré-conclusion voici quelques observations des auteurs suivants :
- John Antony WEST
- Graham HANCOCK
- Robert BAUVAL

Deux des quatre bonnes raisons pour refuser les fouilles

Alexandre von Humbolt :

" D’abord, ils nieront la chose. Ensuite, ils la minimiseront.
Enfin, ils diront que cela se savait depuis longtemps. "

1) Les égyptologues officiels

Les idées en place sont la garantie de leur situation. Ils la préservent à tout prix en condamnant tous ceux qui osent chambouler les règles établies. Ces derniers sont qualifiés avec un certain mépris de " pseudo-scientifiques ".

A cette accusation, voici ce que répond John WEST, le trouble-fête des égyptologues : " Aucun géologue, astrophysicien ou biochimiste n'appellerait l'égyptologie une science. Il n'y a que les égyptologues pour oser l'affirmer. Or, si la science étudie ce qui peut être mesuré, reproduit et prédit, l'égyptologie est une discipline purement interprétative et se situe, par définition, largement hors de ces paramètres. Tout ce qu'on peut faire, c'est mesurer les monuments et proposer avec humilité des " lectures ", comme le fait, par exemple, René SCHWALLER DE LUBICZ " ( Source : Facteur X n° 88 ).



John WEST ( photo issue du site : Atlantis Rising )

Question de la revue Facteur X : Pourquoi vos constatations se sont heurtées à l'opposition de la communauté des égyptologues ?
Réponse de John WEST : " Nous parlons ici de thèses scientifiques qui sont fortement enracinées dans les modes de pensée. Ceux qui sont en place vont nous combattre car nous troublons l'ordre des choses, un ordre qui leur permet de bien gagner leur vie.  (Sources : Facteur X n° 1 )

Il ajoute également ceci : les égyptologues orthodoxes " ont des idées très arrêtées sur l'évolution linéaire de la civilisation. Ils éprouvent de grandes difficultés à concevoir qu'il ait pu exister des hommes, il y a plus de douze mille ans, encore plus évolués que nous... Le Sphinx, les indices géologiques qui prouvent son ancienneté, et le fait que les moyens technologiques mis en oeuvre lors de sa construction soient à bien des égards au-delà de nos propres capacités, contredisent le dogme selon lequel l'évolution de la civilisation et de la technologie serait rectiligne... Parce que même avec la technologie moderne la plus perfectionnée, nous ne pourrions accomplir que le quart de ce que les égyptiens ont réalisé. La construction du Sphinx lui-même, il est vrai, n'a pas dû poser de problèmes insurmontables.

Par contre, le creusement de la fosse, la taille et le transport des pierres, et leur réutilisation pour la construction du Temple de la Vallée, représentent bien des exploits technologiques... Oui, il ne fait aucun doute que les blocs de 200 tonnes des murs de ce temple (voir photo ci-dessous) viennent bien de la fosse du Sphinx. Géologiquement, ils proviennent de la même couche rocheuse. Ils ont été taillés sur place, transportés jusqu'au site du temple - Dieu sait comment - puis soulevés et mis en place pour former des murs hauts de 12 mètres - à nouveau Dieu seul sait comment...

Si on examine les blocs de calcaire, on constate qu'ils portent exactement les mêmes traces d'érosion par l'eau que celles que l'on peut voir sur le Sphinx. Ainsi, le Sphinx et la maçonnerie initiale du Temple de la Vallée auraient été érigés au même moment, par les mêmes hommes - quelle que soit leur identité "( source : L'Empreinte des Dieux - Graham HANCOCK - Editions PYGMALION ).



Ci-dessus, l'architecture mégalithique du temple du Sphinx, avec en arrière-plan la silhouette du temple bas. De nombreux blocs utilisés dans la construction de ce dernier pèsent plus de 200 tonnes. Les ingénieurs contemporains sont incapables d'expliquer comment (et pourquoi) on a positionné des pièces aussi volumineuses. Aux Etats-Unis, seules deux grues "à contrepoids et à bras" sont en mesure de supporter des charges proches de 200 tonnes. Elles sont équipées d'un bras long de 60 mètres, à une extrémité duquel est fixé un contrepoids de 160 tonnes qui les empêche de basculer. Encore faut-il disposer d'un espace physique conséquent. Or la configuration du terrain telle qu'elle se présente sur le plateau de Giseh ne permet guère de liberté de manoeuvre. Un redoutable casse-tête qu'on retrouve dans la Grande Pyramide quand il a fallu soulever et placer au mm près des blocs de plus de 70 tonnes ( photo et commentaire tirés du livre suivant : Le Mystère du Grand Sphinx - Graham HANCOCK et Robert BAUVAL - Editions Du Rocher ).

2) Les autorités égyptiennes

Par pur nationalisme, on veut continuer à faire croire que ce sont leurs ancêtres directs qui ont construit les monuments les plus impressionnants. Révéler au monde entier que les pyramides les plus récentes ne seraient que de pâles copies des premières pour imiter la " science des immigrés " constituerait une grave atteinte à leur fierté nationale. Pour Zahi HAWASS, directeur du site de Giseh , " le Sphinx est l'âme de l'Egypte. " Toute demande de campagne de fouille risquant de perturber la doctrine officielle se voit systématiquement refusée. L'épisode GANTENBRIK est assez symptômatique de cet état d'esprit. Par ailleurs, quand des travaux s'effectuent, soi-disant pour rénover telle pièce comme ce fut justement le cas dans la Grande Pyramide peu de temps après la découverte de GANTENBRIK, on constate qu'ils s'effectuent à huis-clos, sans que des personnes réellement indépendantes puissent vérifier exactement ce qui se passe à l'intérieur. Enfin, Zahi HAWASS, incontournable auprès des média, se charge souvent lui-même de dénigrer avec une certaine hargne tout élément contradictoire à la grande Egypte. Mais nous aurons un peu plus loin l'occasion de le retrouver sur un ton nettement moins vindicatif.


Source du texte et suite pour les deux bonnes raisons

----------------------------------------------------

On voit dans le documentaire, l'opposition "virulente" du docteur Zahi Hawass vis à vis des auteurs à sensation... et bien voici quelques photos provenant du site de Robert Bauval... sans commentaire sur leur antagonisme hors caméra:
Lapin



image invalide

The Great Sphinx Enclosure

This photograph was taken in October 1998 during the shoot of the Fox TV film "Opening of the Tomb" in which Robert Bauval (seen here with arm resting on Graham Hancock's shoulder) participated in many of the film scenes, including an interview inside the Unas Pyramid which contains the Pyramid Texts.

Normally the Sphinx enclosure is not accessible to visitors, but Dr. Zahi Hawass (left) has special access to it.

John Anthony West stands on the right hand side of the photograph.



------------------------------------------------------------------

Sharing a joke inside the Sphinx Enclosure

September 1999:

From left to right: John West, Robert Bauval, Zahi Hawass and Graham Hancock.

« Modifié: 28 novembre 2019 à 12:09:17 par Modération »
IP archivée