Soyez créatifs ! > Musiques

Les musiques libres de droits

(1/3) > >>

Nemo492:
Notre avis, sur RIM, est que la diffusion d'une musique est une promo pour un artiste.
Comme une page de pub. La Sacem ne partage pas cet avis, et impose une taxe à tous les medias,
au lieu de nous reverser une forme de prime pour avoir contribué à lancer des inconnus.
Même le CSA a accepté de jouer le jeu, en imposant aux radios un quota de "nouveaux talents".

Une taxe ? Passe encore si les musiques font rentrer les clients dans les bars et les magasins,
ou de faire payer les radios qui captent les auditeurs avec des airs à la mode dans le seul but
de commercialiser leur audience avec des avalanches de publicités qui servent à les conditionner.

Mais il existe des quantités de musiques libres de droits, sous "licences Creative Commons".
Explications détaillées

A vous de les faire connaître ici.

justebienlibre:
content d'être de retour chez les hommes ou femmes ,merci didier:

youtube - RAP FRANCAIS - Jack Volpe - Bienvenue chez les hommes

Nemo492:
Où est-ce précisé que c'est "Libre de droits ?"

katchina:
JBL recommencerait-il à générer des hors-sujets ?
Sans réponse de sa part sa contribution sera déplacée dans les morceaux du moment.

nagel:
Le postulat de départ serait donc que les artistes vivraient essentiellement de la vente de disque et donc qu'en les diffusant on les aide ainsi à se faire connaitre et à vendre d'avantage d'albums.

Or aujourd'hui c'est de moins en moins vrai, les gens écoutent en ligne et n'achètent quasiment plus de musique. L'argument de la promotion est donc à nuancer compte tenu des nouveaux modes de "consommation" (je n'aime pas le mot mais il convient à la situation) de la musique.

Mais surtout le fait de ne pas faire la distinction derrière le mot "artiste" entre les métiers d'interprètes et de d'auteur compositeurs crée la confusion. Un auteur-compositeur est rémunéré sur la diffusion de ses oeuvres, et pas sur les ventes de disque contrairement à l'interprète. Ce sont des circuits de perception et de rémunération différents dans chacun des cas, les royalties d'un côté, les droits d'auteur de l'autre. La sacem est chargée de percevoir et répartir les droits d'auteur.

Par exemple lorsque qu'une musique est utilisée pour habiller une émission, faire une bande-annonce, vendre un produit dans une publicité etc... le nom du compositeur n'apparait nulle part (tout le monde s'en fout la plupart du temps) et pourtant c'est bien son travail qui est exploité. On ne peut pas dire dans ce cas de figure que cela sert sa promotion, puisque par ailleurs bien souvent il n'y a même pas de disque à vendre derrière ce travail.

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique