Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: la revue de presse intéractive  (Lu 678 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
la revue de presse intéractive
« le: 23 mai 2021 à 18:20:17 »

Bonjour à tous,

Je suis Mathias et depuis avril 2021 j'interviens de temps à autre à l'antenne sur divers sujets : Théâtre, nature, technologie, énergie, liberté, idéologie, civilisation, joie...

Je lance ce forum pour poster ici des éléments de réflexion qui permettent d'approfondir mes interventions en direct dans la revue de presse. Parler en direct n'est pas toujours chose facile et on peut facilement oublier des éléments importants ou penser après coup à des choses qu'on aurait pu développer.

Enfin bon, le forum est l'occasion d'apporter de nouveaux éléments dans un temps plus long, d'autres pistes et de prolonger l'échange en dehors du direct.  ;)
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:00:12 par Nemo492 »
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
la revue de presse intéractive
« Réponse #1 le: 23 mai 2021 à 18:46:32 »

Je suis tombé sur un entretien très intéressant au sujet du dernier livre d'Enki Bilal. Cet entretien est mis en avant par Vincent Mignerot, un auteur que j'apprécie pour sa vision du futur en particulier dans son petit livre "transition 2017"

Je retranscris ici cet extrait de l'entretien. J'en reparlerai peut-être à l'antenne prochainement car cet échange mérite quelques développements sur les risques culturels à venir et les notions de "réalité" et de "réalisme" qui se coltinent de plus en plus de "fantasmes" en guise de concret.

En effet une civilisation ne peut se maintenir lorsque sa population a perdu les notions liées à la réalité au profit d'autres "fantasmées" vécus comme des "réalités moralement supérieures". Ce fut en partie, l'objet de ma première intervention sur la radio en avril 2021.

Une vie hors sol basée essentiellement sur la consommation des écrans et des flux d'énergie, cette forme d'existence a probablement atteint ses limites pour vivre dans le réel durablement avec cohérence.

à bientôt ici ou ailleurs
Mathias

***

Voici un extrait de cet entretien avec Enki Bilal :

"L'Homme est un accident provoque des débats et discussions passionnées sur notre futur... c’est génial ! Bien sûr, nous parlons de l’avenir tous les jours mais nous refusons encore trop souvent de l’affronter dans toute sa complexité, sa dureté... et la nécessité de changer de trajectoire rapidement. Cette nécessité n'est plus un choix. Nous n'avons plus ce choix. Elle s'impose à nous. Car une chose est certaine, le chemin que nous avons pris ne va pas nous mener très très loin et la maxime selon laquelle « Le progrès finira pas nous sauver » devient difficile à défendre. D’ailleurs, je dois dire qu’en tant que passeur de la pensée d’Enki Bilal, j’ai pris quelques (grosses) claques de lucidité tellement sa parole libre et engagée remet tous les sujets brûlants de notre avenir sur la table. Moi aussi, je me voilais la face sur beaucoup de sujets...
Cet entretien ne cherche à convaincre personne mais plutôt à ouvrir les débats sur le sujet le plus important... nos lendemains. Merci Vincent Mignerot pour ce partage !

Vincent Mignerot
J'ai reçu cette semaine, de la part d'Adrien Rivierre, son livre entretien avec Enki Bilal: L'Homme est un accident.

En quatrième de couverture, un résumé du sentiment d'Enki Bilal :"J'ai intégré la notion de surprise, d'accident -je préfère ce mot -dans ma propre création. Je le répète, ainsi, la fin de l'humanité s'installe en moi comme une intuition du présent."Au-delà de cette terrible intuition, une immense humanité, le plus grand humanisme. La crainte absolue de voir nos sociétés se déliter au nom de puretés idéologiques et culturelles sans aucun sens historique ou politique. Aucune incitation au fatalisme, un appel "à se réveiller, vite, pour éviter le pire."

Extraits :Adrien Rivierre (introduction du livre) :« Qu’est-ce que le monde s’il s’obscurcit de la sorte ? », l’interrogation de Jacques Derrida me taraudait. C’est vrai après tout, je ne me lève pas le matin en souhaitant le mal et je ne m’endors pas le soir en ayant le sentiment d’avoir agi pour nuire à mon futur comme à celui des autres. J’essaie d’exercer mon métier et de construire ma vie pour que ma situation s’améliore ainsi que celle des générations futures. J’imagine que vous êtes dans la même situation. Je sentais donc que tenter de répondre à cette question me servirait de thérapie personnelle car l’inquiétude montait en moi. Il est terrible de se résoudre à une chute inexorable, comme d’entendre à longueur de journée les injonctions à créer des futurs souhaitables, les appels au bonheur et à l’épanouissement, les incantations à l’optimisme... et de ne pas savoir
comment faire pour les atteindre, ni même s’ils sont atteignables. Un peu perdu au milieu de ce flou existentiel, je souhaitais y voir plus clair. Mais comment procéder ? L’idée de cet ouvrage a commencé à germer.(...)

Adrien Rivierre :Nous attaquonstrès fort... la disparition de l’humanité serait ainsi en cours ?

Enki Bilal :Elle me semble malheureusement inéluctable.Je crois que l’utopie à combattre avec force est celle qui consiste à penser que nous sommes increvables. Le nombre de gens qui continuent de tomber dans le panneau est hallucinant... C’est un récit que nous avons façonné de toutes pièces et dans lequel nous baignons sans nous en rendre compte. « L’immortalité de l’humanité », voilà une illusion à abandonner au plus vite.Mon raisonnement,ou plutôt mon intuition, est que nous avons fait beaucoup trop de mal à la planète. Nous avons grillé trop de jokers. Nous allons évoquer ensemble de très nombreux sujets mais il me semble nécessaire de commencer cet échange en énonçant ce que je considère être ma seule certitude : nous courons à notre perte car nous foutons la planète en l’air. C’est aussi simple que cela. Toutes les autres problématiques sont subordonnées à ce pressentiment.(...)

AR : Vraiment ?

EB :Je le crois. Et attention, cela ne m’amuse pas du tout de le dire. Je ne trouve pas l’idée très stimulante, ni intellectuellement, ni artistiquement d’ailleurs. C’est pourquoi je n’ai jamais souhaité traiter du sujet de manière réaliste. Montrer la catastrophe, avec des explosions nucléaires ou des pandémies meurtrières qui font des millions de morts ne m’intéresse absolument pas. Dessiner, mettre en scène ou écrire sur la fin de l’humanité ne m’attire pas non plus. Mais affronter le thème à travers une fable délirante, oui. Je l’ai fait avec la trilogie Coup de sang, en pointant toujours le regard vers l’avant.(...)

AR :Nous évoquions le fascisme capitaliste. Le fascisme c’est aussi très souvent une dictature de la pensée. Comment vois-tu les choses sur le plan culturel ?

EB :Je suis très inquiet, vraiment ! Quand je vois toutes les actions menées au nom de la Cancel Culture, j’ai peur. J’ai peur car je n’oublie pas que lorsqu’une dictature arrive au pouvoir, la première qu’elle fait c’est d’écarter certain.e.s écrivain.e.s et artistes ou de choisir quelles sont les œuvres autorisées et quelles sont celles à éliminer. Or, ce qui est nouveau c’est que cette fois-ci, ce n’est pas nécessairement le gouvernement politique en place qui agit en ce sens, en tout cas pas en France. Ce sont certaines personnes et certaines communautés qui jouent aujourd’hui ce rôle. J’avoue être déstabilisé par ce phénomène...Au rythme où vont les choses, je m’attends, d’ici quatre ou cinq ans, à vivre dans une société où les imaginaires seront fortement proscrits. L’imaginaire sera l’ennemi public numéro un. Il faut dire que c’est un suspect idéal puisqu’il est le garant de la liberté, du vagabondage, de l’irrévérence et de l’autonomie intellectuelle. Or, quand la volonté est celle d’un contrôle strict, voire d’une imposition coercitive d’idées ou de croyances, alors ces valeurs doivent disparaître au plus vite. En toute honnêteté, si je devais attendre le retour d’une dictature, j’aurais imaginé que celle-ci soit politique ou économique. Je me suis lamentablement trompé, c’est bel et bien une dictature culturelle qui se met en place !(...)Si chaque communauté vit dans son propre monde, en se fermant aux autres, aucune n’aura de vision sur le monde dans son ensemble. Et donc, j’ai le sentiment que le futur ne sera pas pris en considération dans toute sa complexité. On va avoir des règlements de compte sur ce qui a été et sur ce qui est, mais pas sur ce qui sera ou devrait être à l’échelle globale, pour nous tous, la grande communauté des humains.

En librairie le 4 mai : https://www.belin-editeur.com/lhomme-est-un-accident
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:00:37 par Nemo492 »
IP archivée

Nemo492

  • Administrateur
  • *******
  • En ligne En ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 13351
la revue de presse intéractive
« Réponse #2 le: 23 mai 2021 à 19:41:14 »

Enki Bilal, né en 1951, est toujours de ce monde :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Enki_Bilal[/b]
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:01:15 par Nemo492 »
IP archivée
On n'est jamais si bien trahi que par ses "amis" les plus proches..
http://pouvoir-indigo.com - http://ovnis-usa
http://cryonautes.com - http://protocole-oracle.com

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
Re : Mathias et la revue de presse intéractive
« Réponse #3 le: 23 mai 2021 à 20:15:21 »

Tout à fait Nemo492, le dernier livre d'Enki Bilal (qui est un entretien) est sorti le 4 mai de cette année 2021 ;)
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
la revue de presse intéractive
« Réponse #4 le: 27 mai 2021 à 22:35:46 »

Texte de Fred Vargas  :)

"Je dédie ce post à mes enfants et à tous les enfants de la terre
Puissent-ils avoir la clairvoyance et le courage que nous n'avons pas eus (et je ne leur demande pas de nous pardonner).
Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance.
Nous avons chanté, dansé.
Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine.
Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.
Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.
C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.
La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.
De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.
Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi, ou crevez avec moi.
Evidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux.
D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille) récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).
S'efforcer. Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.
Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.
Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore."
Fred Vargas
Archéologue et écrivaine
Philosophie...Sagesse
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:01:37 par Nemo492 »
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
la revue de presse intéractive
« Réponse #5 le: 07 juin 2021 à 15:16:05 »

Je ne peux pas intervenir à l'antenne aujourd'hui donc j'interviens sur le forum.

Au sujet du jour : "les féminicides"

Il est nécessaire de faire bien attention de ne pas utiliser le terme "les hommes" pour pointer du doigt des "meurtriers". Tous les hommes ne sont pas concernés par le meurtre et le féminicide en particulier.
Pourquoi ? Parce qu'une infime minorité (comparée à la population dans son ensemble) d'hommes ultra-violent ne peuvent pas représenter "les hommes" dans leur ensemble. La grande majorité des hommes et des femmes sont paisibles.

La même erreur serait d'assimiler les femmes mortes sous les coups à "toutes les femmes".

Avant le meurtre, il y a une relation néfaste qui s'est construite avec le temps entre un homme et une femme sur une succession de choix des deux côtés. Ce processus est souvent inconscient et pourrait se résoudre positivement par une prise de conscience des deux parties sur ce qui fait souffrance dans le couple.
Souvent la violence est montante avant d'arriver au meurtre et cela peut laisser le temps de partir à la femme violentée.

En France personne ne peut obliger une relation entre deux personnes et pourtant ces relations violentes existent. Pourquoi ?

Pourquoi certaines femmes se lient à des hommes dangereux alors qu'il existe une grande majorité d'hommes paisibles ?

Souvent, il est utile d'aller chercher dans l'enfance les sources d'une relation violente qui se joue à l'âge adulte entre un homme et une femme.
Mathias
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:02:03 par Nemo492 »
IP archivée

Morgane.RIM

  • Administrateur
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 54
la revue de presse intéractive
« Réponse #6 le: 08 juin 2021 à 23:00:19 »

Je ne peux pas intervenir à l'antenne aujourd'hui donc j'interviens sur le forum.

Au sujet du jour : "les féminicides"

Il est nécessaire de faire bien attention de ne pas utiliser le terme "les hommes" pour pointer du doigt des "meurtriers". Tous les hommes ne sont pas concernés par le meurtre et le féminicide en particulier.
Pourquoi ? Parce qu'une infime minorité (comparée à la population dans son ensemble) d'hommes ultra-violent ne peuvent pas représenter "les hommes" dans leur ensemble. La grande majorité des hommes et des femmes sont paisibles.


Salut Mathias

En effet il ne faut pas généraliser lorsqu’un sujet est abordé par exemple les féminicides, il est évident que toutes les femmes et tous les hommes ne sont pas concernés.
Et heureusement !
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:02:23 par Nemo492 »
IP archivée
"All we have is now"

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
la revue de presse intéractive
« Réponse #7 le: 22 juin 2021 à 21:43:22 »

Je viens de regarder cette vidéo, je ne connaissais pas cet homme, ce qu'il dit offre une vision du futur originale et intéressante.
Merci à lui pour cette vidéo  ;) Mathias

vidéo invalide
« Modifié: 07 juillet 2021 à 16:31:23 par Modération »
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
la revue de presse intéractive
« Réponse #8 le: 06 juillet 2021 à 15:13:06 »

Une des sources sur mon intervention de ce jour :

Citer
La crise corona est peut-être terminée, mais partout en Israël, les adultes et les enfants tombent malades avec des infections virales, ce qui est un phénomène sans précédent en cette période de l’année, selon plusieurs professionnels de la santé.

« Nous n’avons jamais rien vu de tel », a déclaré le Dr Tal Brosh, chef de l’unité des maladies infectieuses à l’hôpital Samson Assuta Ashdod. « Nous surveillons les infections virales à l’hôpital, ce qui bien sûr n’est que la pointe de l’iceberg de ce qui se passe dans la communauté, car pour chaque patient hospitalisé, il y en a beaucoup plus. Depuis le printemps, nous assistons à un nombre croissant de maladies respiratoires et depuis mai, il y a eu une augmentation des cas de VRS. »

Le VRS, ou virus respiratoire syncytial, apparaît généralement en hiver avec la grippe et est particulièrement grave chez les très jeunes enfants et les adultes plus âgés et vulnérables.

« Nous le voyons généralement disparaître en été, mais si nous considérons les chiffres maintenant, cela ressemble à l’hiver des années précédentes », a déclaré le Dr Brosh. « Au cours de l’hiver 2020-2021, nous n’avons pas vu un seul cas individuel de VRS. »

Le VRS n’est pas le seul virus qui circule largement – les autres maladies qui infectent actuellement un nombre croissant de personnes sont un type d’adénovirus, le métapneumovirus humain (HMPV) et le rhinovirus. Tous sont associés à des symptômes respiratoires et à d’autres symptômes similaires à ceux d’un rhume sévère. Dans le même temps, la grippe n’a pas frappé le pays depuis l’hiver précédant la pandémie.

« Cependant, nous ne vérifions pas le type de virus dans tous les cas », a déclaré le Dr Tal Snir, directeur de la clinique pour adolescents du centre médical Sourasky de Tel Aviv (hôpital pour enfants Dana-Dwek).

Le Dr Snir a noté qu’après l’année de la pandémie, il n’est pas surprenant que ces maladies réapparaissent.

Rossella Tercatin, Jerusalem Post, 17 juin 2021
« Modifié: 06 juillet 2021 à 17:03:07 par Nemo492 »
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
Re : la revue de presse intéractive
« Réponse #9 le: 07 juillet 2021 à 14:11:53 »

Je viens de regarder cette vidéo, je ne connaissais pas cet homme, ce qu'il dit offre une vision du futur originale et intéressante.
Merci à lui pour cette vidéo  ;) Mathias

vidéo invalide

Il semble que cette vidéo ne soit plus disponible. J'ai donc trouvé une vidéo qui n'est pas identique, mais très proche dans le discours.

Philippe Guillemant, physicien | Futur déjà créé ?
« Modifié: 07 juillet 2021 à 15:56:42 par Modération »
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
Re : la revue de presse intéractive
« Réponse #10 le: 12 juillet 2021 à 17:04:46 »

Source sur mon intervention de ce jour (le 12 juillet 2021)

Les 1er travaux sur le bénéfice/risque de la vaccination par l’IHU !

citation tirée de la vidéo de l'IHU: « Nous devons accepter 4 décès et 16 effets secondaires et 16 effets secondaires graves afin de sauver 2 à 11 personnes pour 100 000 vaccinations ».

IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
Re : la revue de presse intéractive
« Réponse #11 le: 21 juillet 2021 à 18:59:56 »

Au sujet de la multinationale des céréales LIMAGRAIN qui fabrique des OGM français, de la ville d'Evry, de l'AFM (téléthon), du génopôle.

L'article date de 1998, mais tout est dit sur les bases de la recherche génétique en France. Bonne lecture.

https://www.lesechos.fr/1998/10/evry-mise-sur-les-biotechnologies-pour-hater-sa-mutation-economique-801503
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
Re : la revue de presse intéractive
« Réponse #12 le: 24 juillet 2021 à 09:17:01 »

État des lieux de l'état de droit en France le 20 juillet 2021... ou de ce qu'il en reste. Une avocate nous parle.



Admin : l'avocate se fait rectifier par les observateurs de l'AFP :

"Vaccins, masques et "génocide": les contre-vérités très virales d'une avocate parisienne"
Suite & Source
« Modifié: 25 juillet 2021 à 08:33:16 par Nemo492 »
IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21

Tout savoir sur la balance bénéfices/risques de la vaccination ARN en France et ailleurs.

Merci à médiapart pour cet article qui est une synthèse excellente de l'état actuel de la vaccination en France et dans le monde, mais aussi sur le silence coupable des médias et des politiques sur les conséquences de cette vaccination massive, risquée et dont l'utilité pose question.
Bonne lecture !

https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/300721/la-vaccination-covid-l-epreuve-des-faits-2eme-partie-une-mortalite-inedite

IP archivée

MathiasArpenteur

  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 21
3 doses de vaccin pour quoi faire ?
« Réponse #14 le: 02 août 2021 à 13:26:39 »

Jacob Desvarieux cofondateur du groupe Kassav a reçu sa 3ᵉ dose de vaccins... et pourtant  il est mort du covid19.

Ce qui est effrayant c'est le volet médiatique de cette information car personne n'ait entendu cette info sur les 3 doses à la radio sur France-info, mais vous trouverez cette précision uniquement dans un article écrit du site france-info. Pourquoi donc ?

Un discours médiatique univoque "Vaccinez-vous !" sur un problème de santé publique qui a de lourdes conséquences sanitaires est une erreur grave. La réalité mérite sa dimension équivoque, cela nous garantit nos libertés et nos choix en conscience.
Nous vivons actuellement une dérive politique et médiatique univoque Orwellienne. Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense.
Vive la pensée libre et la contradiction.

Notre époque actuelle est sidérante par son caractère "normal" au coeur d'une dérive politique & médiatique massive.
Mathias
IP archivée