Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Ca chauffe en France  (Lu 183189 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2019
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #795 le: 26 octobre 2020 à 17:25:51 »

Professeur assassiné : le raté de la lutte contre la haine en ligne


En juin, le Conseil constitutionnel avait censuré le cœur de la loi Avia sur la lutte contre la haine en ligne, jugeant que certaines obligations portaient atteinte à la liberté d’expression.

Le gouvernement d’Édouard Philippe a tenté en vain en juin de lutter contre la haine en ligne par le biais d’une loi portée par la députée LREM Laetitia Avia. Mais le Conseil constitutionnel l’a taillée en pièces en jugeant qu’elle portait atteinte à la liberté d’expression.

À l’heure où les réseaux sociaux – qui ont relayé les messages stigmatisant le professeur d’histoire décapité vendredi – sont à nouveau critiqués, le texte devrait revenir en tête des priorités de l’exécutif.

La loi Avia s’inscrivait dans le droit fil de l’engagement pris par le président Emmanuel Macron en 2018, après l’émotion suscitée par l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande) relayé en direct sur un réseau social.


Elle imposait aux plateformes et aux moteurs de recherche l’obligation de retirer sous 24 heures les contenus "manifestement" illicites, sous peine d’amendes pouvant aller jusqu’à 1,25 million d’euros. Une autre de ses dispositions ramenait ce délai à une heure pour les contenus "terroristes" ou pédopornographiques en cas de notification par les autorités publiques.

Un pouvoir de censure aux Gafam

Cette proposition de loi a très vite concentré les critiques, étrillée par les politiques (droite LR, extrême gauche et extrême droite) comme par le Conseil national du numérique, la Commission nationale consultative des droits de l’homme ou la Quadrature du net, qui défend les libertés individuelles dans le monde du numérique. Tous considéraient que la loi Avia revenait à donner un pouvoir de censure aux Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft).

Le Conseil constitutionnel leur a donné raison et censuré la mesure sur le retrait sous 24 heures, en estimant qu’elle "pouvait inciter les opérateurs de plateforme en ligne à retirer les contenus que leur sont signalés, qu’ils soient ou non manifestement illicites".

Le législateur a porté à la liberté d’expression et de communication", "une atteinte qui n’est pas adaptée, nécessaire et proportionnée au but poursuivi", a-t-il estimé.

Les "Sages" ont également censuré la disposition sur l’obligation de retrait dans un délai d’une heure, vidant ainsi la loi de sa substance.


suite & source :>> Professeur assassiné : le raté de la lutte contre la haine en ligne (sudouest.fr)
IP archivée

le laonnois

  • Membre honoraire
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 931
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #796 le: 01 novembre 2020 à 17:47:04 »

Une fusillade entre bandes rivales a eu lieu à la mi-journée à Montpellier, sous fond de trafic de drogue. De nombreux CRS et militaires de l'opération Sentinelle sont rapidement arrivés sur les lieux afin de sécuriser la zone. (Midi Libre)

et tout ça sans attestations de sortie....

https://www.midilibre.fr/2020/11/01/montpellier-la-fusillade-au-pied-de-la-tour-dassas-fait-un-blesse-et-cree-lemoi-a-la-paillade-9176340.php

IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #797 le: 18 novembre 2020 à 05:43:40 »

Manifs à Paris et dans de nombreuses villes de France, ce mardi 17 Novembre, contre l'interdiction de filmer ou de photographier les forces de l'ordre présentes sur les manifestations. Un projet de loi étant déposé dans ce sens à l'assemblée Nationale, sous le nom de "Plan Sécurité Globale".
Manif de Paris, avec affrontements :
IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #798 le: 29 novembre 2020 à 01:26:01 »

Manifestation ce Samedi 28 Novembre à Paris , contre la loi de "Sécurité globale".
De gros incidents ,affrontements , dégradations , lors de cette manif qui reste un succès ,avec 46 milles manifestants, selon la préfecture de police..Incidents aussi à Lyon et Bordeaux,etc...
Manifestation particulièrement violente à Paris..Cette vidéo ne contient pas les images les plus dures d'un policier quasi-lynché, et d'un manifestant KO au sol, et qui reçoit encore des coups.
IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #799 le: 07 décembre 2020 à 02:51:11 »

Manifestation ce Samedi 5 Décembre à Paris , toujours contre la loi de "Sécurité globale".
D'aussi gros incidents , affrontements , dégradations , que lors du Samedi précédents, avec de nombreux blessés parmi les forces de l'ordre face à des "casseurs" et "Blackblocs" de plus en plus hardis et nombreux.

La manifestation rassemblait cependant moins de monde que 7 jours avant : 6 milles manifestants , selon la préfecture de police. Autres incidents à Nantes, Lyon,Rennes, etc..
IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #800 le: 02 janvier 2021 à 05:32:49 »

 RAVE-PARTY géante et sauvage à Lieuron ,près de Rennes..Les services de renseignement n'ont rien vu venir. 2500 "Teufeurs" et rebelles , y sont réunis dans 2 grands locaux depuis 2 jours...
 
Déjà 3 policiers blessés par jets de projectiles et une voiture de police incendiée.
Cabinet de crise, pour ce seul événement au ministère de l'intérieur , qui craint des bavures lors d'une évacuation forcément délicate.
IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #801 le: 22 mars 2021 à 01:25:25 »

Carnaval de Marseille, ce Dimanche 21 Mars. Largement annoncé par une campagne d'affichage depuis 2 semaines..Ce Carnaval "sauvage" a connu un grand succès avec plus de 6500 participants ,bravant ainsi l'interdiction de rassemblements à plus de 6 personnes ! :)

Comme, en plus, aucune déclaration en préfecture n'avait été faite, elle contrevenait "de fait" la loi.
Ambiance festive, devant des policiers "médusés" de voir autant de monde...Cependant, de nombreux slogans anti-police, de nombreuses inscriptions "ACAB" sur les déguisements et un "Ras le bol" affiché contre les privations de libertés..
Cela a fini par dégénérer, en affrontements , jets de projectiles , gaz lacrymogène et de nombreuses dégradations de mobilier urbain et vitrines de magasins..
IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #802 le: 10 mai 2021 à 06:39:14 »

Nuit de violences à Fréjus ...Depuis un mois, les heurts violents et dégradations, augmentent de façon quasi-exponentielle en France.. C'est tous les week-end, et même en semaine, dans de plus en plus de Grandes villes, villes moyennes, jusqu'à 4 ou 5 villes simultanément, le même soir...

Ce phénomène touche toutes les régions de France..Vidéo :

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2019
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #803 le: 13 juin 2021 à 17:21:52 »

Affaire Mila: le procès de 13 personnes pour cyberharcèlement renvoyé au 21 juin




Le procès de treize personnes, jugées à Paris pour avoir cyberharcelé, voire menacé de mort, l'adolescente Mila après sa publication en novembre d'une vidéo polémique sur l'islam devenue virale, a été renvoyé jeudi au 21 juin, après l'examen de questions de procédure.

Pendant quatre heures, le tribunal correctionnel a examiné lors d'une audience très technique, mais aux vertus pédagogiques sur le "rituel judiciaire" au temps des réseaux sociaux, les différents points de procédure soulevés par la défense.


Certains avocats des prévenus ont notamment demandé l'annulation des gardes à vue de leurs clients, et in fine leur convocation devant le tribunal, les jugeant irrégulières.

Me Juan Branco, qui défend l'un des prévenus, Jordan L, a lui soulevé deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) portant sur le délit de harcèlement en ligne, créé par une loi en 2018, et qui vaut aux 13 jeunes hommes et femmes d'être renvoyés en correctionnelle.

Le tribunal se prononcera le 21 juin à 9H00 sur la transmission ou non à la Cour de cassation de ces QPC. S'il ne faisait pas droit à la demande de la défense, le procès se poursuivrait, avec l'examen du fond de l'affaire sur deux jours, les 21 et 22 juin, a indiqué le président Michaël Humbert.

"Il n'y a pas d'anonymat. A partir du moment où on commet un crime sur internet, on peut être recherché, on peut être retrouvé et on peut être jugé devant un tribunal", a lancé à la sortie de l'audience Mila, cheveux clairs rasés au-dessus des oreilles et vêtue d'un haut rouge.

"C'est pour cela qu'on est là aujourd'hui. Il est temps de le réaliser, de le dire : la peur change de camp. Plus nombreux on sera à l'ouvrir, plus on sera forts, puissants face à la menace et au harcèlement qui ne fera qu'empirer si on reste sans rien faire, si on continue à se soumettre", a-t-elle déclaré à la presse.

La jeune femme, qui vient de fêter ses 18 ans et défend son droit au blasphème, vit sous protection policière depuis la publication d'une première vidéo critiquant le Coran et l'islam en janvier 2020.


suite & source :>> Affaire Mila: le procès de 13 personnes pour cyberharcèlement renvoyé au 21 juin (lepoint.fr)

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2019
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #804 le: 13 juin 2021 à 17:27:55 »



[Mila face à ses harceleurs / BFMTV]

Treize personnes sont jugées ce jeudi à Paris pour harcèlement et menace de mort dans l'affaire Mila. Cela depuis que l'adolescente a critiqué l'islam sur les réseaux sociaux. La jeune femme est venue aujourd'hui au palais de justice pour assister au procès de ces individus.

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2019
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #805 le: 11 juillet 2021 à 16:27:12 »

Mila visite la Grande mosquée de Paris et espère l’apaisement


L’accès à la salle de prière est habituellement « strictement interdit » aux visiteurs. Mais la jeune Mila, à qui les sorties polémiques sur l’islam ont valu un torrent de haine et de menaces sur Internet, a pu visiter jeudi toute la Grande mosquée de Paris, un signe d’« apaisement ». Chaussettes roses et grises, cheveux teints en vert attachés par un élastique, tête rasée sur les côtés, Mila avance sur les tapis de prière, sous l’oeil intrigué de quelques croyants.

Pendant deux heures, le recteur de la « GMP » Chems-eddine Hafiz lui offre une visite VIP de ce lieu inauguré en 1926 ainsi qu’une initiation à l’islam, avec un Coran rose en cadeau. Au milieu de la végétation luxuriante des jardins de la Grande mosquée, le clapotis des fontaines étouffe le bruit de la ville mais pas le mot « paix », répété à plusieurs reprises par l’hôte et son invitée.


L’accès à la salle de prière est habituellement « strictement interdit » aux visiteurs. Mais la jeune Mila, à qui les sorties polémiques sur l’islam ont valu un torrent de haine et de menaces sur Internet, a pu visiter jeudi toute la Grande mosquée de Paris, un signe d’« apaisement ». Chaussettes roses et grises, cheveux teints en vert attachés par un élastique, tête rasée sur les côtés, Mila avance sur les tapis de prière, sous l’oeil intrigué de quelques croyants.

Pendant deux heures, le recteur de la « GMP » Chems-eddine Hafiz lui offre une visite VIP de ce lieu inauguré en 1926 ainsi qu’une initiation à l’islam, avec un Coran rose en cadeau. Au milieu de la végétation luxuriante des jardins de la Grande mosquée, le clapotis des fontaines étouffe le bruit de la ville mais pas le mot « paix », répété à plusieurs reprises par l’hôte et son invitée.


(Mila visite la Grande mosquée de Paris et espère l’apaisement)

Début 2020, sur Instagram, Mila avait riposté rageusement à un homme qui l’insultait « au nom d’Allah » : « l’islam, c’est de la merde (…) Votre religion, c’est de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci, au revoir ». Depuis, elle est menacée de mort, cyberharcelée, déscolarisée et vit sous protection policière.

Mercredi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné onze de ses cyberharceleurs à quatre à six mois de prison avec sursis. Au lendemain de ce jugement, elle fait le vœu que sa présence dans ce lieu de culte soit « apaisant(e) pour tout le monde ». « Et j’ai beaucoup appris en venant ici », ajoute-t-elle. Si l’imam de la mosquée l’accueille sobrement, Chems-eddine Hafiz multiplie, lui, égards et gestes d’affection. « Allez viens, Mila » : pendant deux heures, le recteur lui fait découvrir le minaret, la mosquée et les jardins. « La mosquée de Paris est un lieu ouvert à tout le monde. On veut lui montrer réellement, en tant que musulman, ce qu’est l’islam ».

« Leçon positive »

Malgré son climat « amical », la visite est source d’inquiétudes en termes de sécurité. « Moi, je prends le risque. Vous pleurerez pour moi », ironise le recteur. « On dialogue, on fraternise, on débat, on n’est pas obligés d’être d’accord », se félicite l’avocat de Mila, Me Richard Malka, vieil ami et confrère de barreau de M. Hafiz. Il espère qu’une « leçon » positive sera tirée de l’après-midi par « ceux qui se sont laissés aller à la haine ».

Chems-eddine Hafiz n’a pas oublié les propos de Mila et rappelle que l’« islam est une religion que, bien évidemment, il y a lieu de respecter ». Mila, dédouane-t-il toutefois, « a eu des mots durs dans un contexte particulier », celui d’un harcèlement en ligne. Il hésite. « Je ne crois pas que ce qu’elle a dit… peut-être que ça a trahi sa vraie pensée, mais moi je suis persuadé qu’il faut sortir des clichés ». « Il y a eu à un moment un incident malheureux, mais le fait qu’elle vienne ici est source d’espoir ». Et Mila, a-t-elle changé de regard sur l’islam ? Elle hésite puis élude : « Je serais mitigée sur la question. Ça dépend. Entre les choses qui sont mal interprétées, entre ce qui est vraiment ma pensée… »


suite & source :>> Mila visite la Grande mosquée de Paris et espère l’apaisement (leparisien.fr)

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2019
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #806 le: 13 juillet 2021 à 21:07:29 »

Rappel des Droits du Patient en France, concernant l'obligation vaccinale :

Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé

Loi Kouchner, loi anti-Perruche


La loi no 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, aussi appelée loi Kouchner (ministre de la Santé de l'époque) ou loi anti-Perruche a été promulguée par le Président de la République française, Jacques Chirac.

Considérée comme l'occasion de régler les difficultés soulevées par l'arrêt Perruche, cette loi a été élaborée après de nombreuses concertations et déclare avoir pour objectif de développer la démocratie sanitaire (titre Ier), d'améliorer la qualité du système de santé (titre II) et de mieux réparer les risques sanitaires (titre III).

Dispositions principales de la loi

Établissant la notion juridique de droit des malades, elle instaure :

* une meilleure représentation des usagers au sein des grandes institutions de la Santé et des Hôpitaux
* le droit des patients d'accéder directement (sans passer par un médecin) et de disposer de la totalité de leur dossier médical. Le dossier médical personnel, créé par la loi de 2004, reste la propriété des patients
* une indemnisation de l'aléa thérapeutique, c'est-à-dire d'un accident médical sans faute du professionnel.

La « loi Kouchner » :

*modifie également les dispositions de la loi de 1990, concernant l'hospitalisation sans consentement. Elle précise en outre qu'« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »
*oblige en outre les médecins à faire connaître leurs liens avec les entreprises lorsqu'ils communiquent à propos d'un produit médical : médicament, etc.
*autorise — compte tenu des décrets d'application publiés à ce jour — la pratique de l'ostéopathie sous certaines conditions (en particulier en la restreignant aux cas pouvant être soignés par de la simple médecine douce et ne requérant pas d'intervention médicale plus poussée).


suite &source :>> Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé (wikipedia.org)


IP archivée

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #807 le: 14 juillet 2021 à 00:15:21 »


La « loi Kouchner » :

*modifie également les dispositions de la loi de 1990, concernant l'hospitalisation sans consentement. Elle précise en outre qu'« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »:

Donc, d'après ce passage de la loi Kouchner, qui est toujours effective, il me semble, l'obligation vaccinale est illégale en cas de non consentement ??? Puisque tous les actes médicaux sont concernés ???
IP archivée

Tartar

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2450
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #808 le: 14 juillet 2021 à 08:15:01 »

La rouerie macronienne consiste simplement à ne pas "obliger" à se faire vacciner.
Le citoyen doit seulement noter que s'il ne se vaccine pas il perd tout un pan de ses droits civiques (lesquels rétrécissent sans arrêt du fait du droit européen).
Macron suit son agenda de conquête du siège de président de l'Europe, tout le reste lui importe peu.
Les complotistes pensent qu'il est manipulé....pourquoi pas ?
IP archivée
Tout envisager, ne rien croire.

Audomar

  • ****
  • En ligne En ligne
  • Messages: 390
Re : Ca chauffe en France
« Réponse #809 le: 15 juillet 2021 à 05:02:59 »

 Premières manifestations dans toute la France, ce 14 Juillet, ouvertement contre l'obligation "masquée" de Macron, de se faire vacciner contre le coronavirus.

 Beaucoup de ces manifestations se sont décidées très vite, quasi spontanément, sans déclarations officielles.
 Incidents à Paris le long du parcours, et beaucoup de grenades lacrymogènes en fin de manif.

 Incidents aussi à Annecy, où la préfecture a été investie. 2250 manifestants à Paris, selon les chiffres de la police.
                                                     VIDEO

IP archivée