Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Hommes en noir - Men in black  (Lu 9953 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4256
Hommes en noir - Men in black
« le: 02 août 2008 à 17:22:01 »


Les hommes en noir (appelés « men in black » en anglais, abrégé en MIB) est un terme collectif qui désigne des personnes fictives issues du folklore américain. Leur but serait d'empêcher l'humanité d'accéder à des connaissances de provenance extra-terrestre, jugées trop dangereuses pour sa survie. Ils se présenteraient le plus souvent comme des agents travaillant pour le gouvernement fédéral américain et s'habilleraient en noir ou en gris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hommes_en_noir
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4256
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #1 le: 02 août 2008 à 17:22:38 »

Les Hommes en Noir (Men in Black)
[embed=425,349]<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x4f6e4" allowfullscreen></iframe>
<a href=" " target="_blank">Les Hommes en Noir (Men in Black)[/url] par <a href="http://www.dailymotion.com/kidas27" target="_blank">kidas27[/url][/embed]
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:19:32 par katchina »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4256
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #2 le: 02 août 2008 à 17:32:38 »

Bernard Bidault Et Les Mib
admn : la vidéo n'est plus disponible
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:20:14 par katchina »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

labbe

  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 4256
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #3 le: 02 août 2008 à 17:39:00 »

OVNIS Attention Danger - Bernard Bidault FR3
[embed=425,349]<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x2ldct" allowfullscreen></iframe>
<a href=" " target="_blank">OVNIS Attention Danger - Bernard Bidault FR3[/url] par <a href="http://www.dailymotion.com/ufologic" target="_blank">ufologic[/url][/embed]
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:20:44 par katchina »
IP archivée
L'abbé bête qui monte...... Plus connu sous le nom du Père Loose..... Marié illégitimement à la Mère Tume

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #4 le: 05 septembre 2008 à 23:25:11 »

Pour aller plus loin vous pouvez écouter l'émission suivante:
Une théorie avancée par certains ufologues laisse entendre que les Hommes en Noir (Men In Black) peuvent être des agents du gouvernement, ou bien des androïdes d’origine d’extraterrestre, chargés de faire taire les témoins.

C’est le sujet d’une étude de Joël Mesnard, le directeur de publication de la revue “Lumières dans la Nuit‘.[/i]

Une émission de 90 minutes, réalisée en 2004 sur Radio Ici & Maintenant! où Jean Sider expose son point de vue au sujet des “Men in Black” :  Ovnis-USA.com/ post du mercredi 3 septembre 2008


et ses compléments sur le sujet:

Ici&Maintenant ! 95.2 FM > La Vague d'Ovnis > La vague d'ovni(s)  > Jean SIDER - La vague d'ovnis - ovnis usa - Les hommes en noir ou MIB

http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=4108.msg26144#msg26144
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:21:53 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #5 le: 07 septembre 2008 à 02:19:41 »

Men In Black (MIB) - Dictionnaire extraterrestre de de Pascuser

Description:
Ils sont appelés les "Hommes en Noir" ("Men In Black" en anglais, d'où l'acronyme MIB) ou les "Horlocks" parce qu'ils sont habillés tout de noir: avec un costume noir, chapeau noir, manteau noir, etc. L'expression de MIB a été inventée par John Keel (enquêteur ufologue américain) dans les années 60. Ils ont parfois des mouvements comme des robots. Ils parlent d'une voix monotone. Ils ont des yeux sensibles à la lumière, ils portent très souvent des lunettes de soleil noires. Cheveux noirs, peau blanche, des hommes presque toujours. Visage sans expression. Ils sont apparemment le plus souvent des humains qui sont contrôlés par des influences Draconiens; bien que d'autres "MIB" aient été rencontrés qui ne semblent pas humains, mais plus reptiliens ou synthétiques (il y a le cas d'un MIB qui a été vu avec un fil greffé le long d'une jambe et qui a paru épuisé au bout d'un moment, et a donné congé à ceux à qui ils parlaient en disant qu'il "avait besoin d'aller se recharger").

Activité:
    Les "MIB" sont vus après une observation d'OVNI, et ils intimident les témoins en leur demandant de garder le silence à propos de ce qu'ils ont vu (plusieurs des témoins peuvent être des "enlevés" dont la mémoire de cet évènement d'enlèvement a été supprimée). Ils leur demandent de ne parler à personne, ni aux autorités, ni à leurs amis, ni à leur famille de ce qu'ils ont vu; sous peine de voir leur vie ou celle de leur famille menacée. Le plus étrange est qu'ils sont au courant que le témoin a vu un OVNI puisqu'ils apparaissent très peu après, parfois même à l'instant où l'apparition cesse, quelques secondes après; et en tous cas avant que le témoin en ait parlé avec qui que ce soit presque toujours, alors qu'il était seul à avoir observé l'OVNI: ils sont manifestement au courant parce qu'ils étaient eux-mêmes dans l'OVNI ou ont été averti par les occupants de l'OVNI de faire ce travail. Ils n'apparaissent pas systématiquement lors de toutes les observations d'OVNIs: on peut penser qu'ils sont là seulement lors des apparitions d'OVNIs appartenant à leur civilisation ou a ceux de leurs maîtres pour qui ils travaillent. Si le témoin parle malgré tout ultérieurement, ils le savent et reviennent le voir pour augmenter l'intimidation: ils semblent au courant de ses faits et gestes.
    Leurs "menaces" paraissent être motivées par des tentatives d'utiliser le "terrorisme", la "peur" ou l'"intimidation" comme arme psychologique à l'encontre des témoins. Cette "arme" peut être utilisée non seulement pour garder l'humain sous contrôle des MIB, mais peut être aussi pour garder les MIB sous contrôle aussi (de leurs maîtres). Leurs menaces peuvent aller, si le témoin persiste, jusqu'à l'utilisation de la force mortelle (et c'est arrivé malheureusement). Ils se déplacent souvent par groupe de trois. Lorsqu'ils rencontrent les témoins à qui ils demandent le silence, ils se font passer pour des postiers, des réparateurs, des agents du gouvernement, etc. Il semblerait parfois que selon la personne à qui ils s'adressent et ce qu'elle est prête à croire, ils cherchent dans ses pensées comment se présenter pour avoir l'impact le plus grand sur elle. Ils apparaissent parfois aux témoins pendant qu'ils sont chez eux (se matérialisant pour leur parler puis disparaissant?).
    Ils sont souvent vus, même presque toujours, avec de grandes automobiles noires, toujours de modèles anciens (des automobiles de ville marque Buicks ou Lincoln par exemple) dont certaines ont disparu sous les yeux des témoins dans des montagnes (comme dans le cas d'un de leurs lieux d'anchrage quelque part entre Hopland et Lakeport en Californie)., des canyons ou des tunnels et dans certains cas la voiture s'est matérialisée ou dématérialisée (cachée?) dans l'air.


Historique:
La plupart des humanoïdes MIB ont probablement été implantés par les Draconiens et sont essentiellement leurs "esclaves". Des formes bio-synthétiques possédées par des "forces infernales" ont aussi joué un rôle dans le scénario des MIB, de même que des civilisations souterraine et extraterriennes. Sirius, qui est seulement à un peu plus de 9 années lumière de nous, a été identifié comme un centre d'activité des MIB extraterrienne très important, ayant une contrepartie souterraine existant dans les complexes souterrains Atlantes antédiluviens, qui ont été "ré-étables" sous la côte Est des USA. Ils ont fait leur apparition avec les témoins d'apparition d'OVNI (puisque pour une raison mystérieuse ils leur demandent le silence), depuis les années 60. Mais il y a aussi quelques cas rares notés dans le passé de contact avec des MIB.
 Source: http://www.conspirovniscience.com/ET_mib.php
 

L'œuvre peut être librement utilisée, à la condition de l'attribuer à Pascuser en citant son nom ainsi qu'un lien vers la page web utilisée. - Pas d'utilisation commerciale - Pas de Modification 
 
« Modifié: 10 juin 2011 à 22:56:25 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Les hommes en noir (Men in black – MIB) et les hélicoptères noirs
« Réponse #6 le: 07 septembre 2008 à 02:22:44 »

Les hommes en noir (Men in black – MIB) et les hélicoptères noirs



Les MIB apparaissent parfois aux témoins d’une observation d’ovni au même titre que les entités extraterrestres, venant de nulle part, puis s’évanouissant dans la nature.

Parfois pourtant, les MIB semblent biens réels et suggèrent l’idée d’une mise en scène : ils ont un comportement bizarre, une démarche raide, une voix étrange, le visage grimé, tout cela afin de simuler une origine extraterrestre. Ils n'en sont que plus effrayants pour les témoins et plus grotesques pour les sceptiques qui concluront de ce fait à une affabulation. Ils se déplacent généralement en limousine noire et évoquent des agents de la CIA, mais leurs filatures sont si peu discrètes qu’elles ressemblent plutôt à une exhibition.

Les MIB posent au témoin des questions dont ils semblent déjà connaître les réponses. Ils cherchent à l’intimider et l’invitent par des menaces à garder le secret sur ce qu’il a vu ainsi qu’à détruire tous les documents sur les ovnis en sa possession, même lorsqu’il est clair que des copies de ces documents existent par ailleurs et que cette requête est absurde. En réalité, les représailles annoncées ne sont jamais mises à exécution et ce manège semble plutôt inciter le témoin à révéler son étrange aventure à son entourage. Pour l’impressionner, les MIB peuvent faire quelques tours de magie qui s’apparentent à de la suggestion hypnotique, comme par exemple lorsque l’un d’eux fit se désintégrer une pièce de monnaie dans la main du Dr Herbert Hopkins en 1976 [cf JS94 p. 184].

On a souvent émis l’idée que les MIB ne pouvaient appartenir à un service secret puisqu’ils apparaissent généralement au témoin avant que celui-ci n’ait pu rapporter son observation d’ovni [cf JS94 p. 200, citant un dialogue entre Jacques Vallée et Allen Hynek]. Cet argument ne tient évidemment pas si c’est ce même service secret qui est à l’origine de l’ovni observé.
 
Les hélicoptères noirs semblent avoir été observés depuis 1967 aux Etats-Unis autour des témoins d’apparitions d’ovnis. Ils sont de type Huey UH-1H ou Sikorsky " Black Hawk " aux vitres entièrement teintées, et ils ne portent aucune marque d’identification, à l’identique de ceux qu’utilise la CIA pour ses missions secrètes. Leur présence bien réelle est attestée à ce jour par des centaines de photographies : autant dire qu’il s’agit plus d’un show organisé que de la mise en œuvre d’une surveillance discrète (!). Le mystère de cette présence, qui confine parfois au harcèlement du témoin, n’a jamais été élucidé. Mais si l’on se souvient que la première mutilation animale date aussi de 1967, et qu’un hélicoptère fut vraisemblablement utilisé puisque le cheval mutilé fut retrouvé à une centaine de mètres de ses dernières traces de sabots, alors on comprend mieux que les auteurs des mutilations cherchent à accréditer l’idée que les hélicoptères des services secrets n’ont qu’un rôle de surveillance par rapport au phénomène OVNI. Ainsi, lorsqu’un hélicoptère sera aperçu près d’une bête mutilée, on sera tout naturellement conduit à penser qu’il ne fait que surveiller les agissements des extraterrestres. Bien sûr, si cet hélicoptère est vu en train de transporter une vache à l’élingue, comme cela s’est apparemment déjà produit, il sera plus difficile d’accepter cette vision des faits, mais on pourra toujours supposer qu’un hélicoptère de l’armée a été volé par des extraterrestres !


Source: http://www.ovnis.atfreeweb.com/7_hommes_en_noir.htm
modération : lien sur page d'accueil
« Modifié: 10 juin 2011 à 22:58:53 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #7 le: 07 septembre 2008 à 02:37:07 »



Un cas troublant impliquant à la fois une perte temporelle "missing time" et la rencontre d'un "homme en noir" (Man In Black - M.I.B.) au Québec CANADA dans la région de Notre-Dame-des-Bois (Cantons de l'est) puis à St-Jean sur Richelieu en 1972.

LE   TÉMOIGNAGE

Une fin de semaine d'automne en 1972, Louise T. et des membres de sa famille (qui ne veulent pas être connu) et amis ont été surplombé par un OVNI à quelques 30 m.

Tous les témoins ont été paralysé pendant une période relative de 45 min. environ alors qu'ils avaient perdu totalement la notion du temps.

Ce qui n'était apparu que de la grosseur d'une étoile puis d'une forme sombre au dessus d'eux, elle se souvient des lumières de couleur tout autour du disque gris foncé.

Un son caractéristique (qu'on peut entendre pendant l'écoute de son entretien ici en RA-Real Audio) ne pouvait être confondu au son d'un avion ou encore moins d'un hélicoptère.

Le lendemain, la rencontre d'un
M.I.B. Man In Black ?

Dans un restaurant, le lundi suivant, Louise T. a fait la rencontre d'un personnage énigmatique qui s'est invité lui-même à sa table; après avoir regardé longuement par une fenêtre.

Une conversation "ésotérique" troublante s'en est suivie. L'homme la questionnait sans cesse sur des problèmes existentiels, le phénomène OVNI et sa confiance en l'avenir !



Louise T. n'avait pas encore parlé de son aventure à qui que ce soit. Le sombre personnage a prétendu être un "scientifique" travaillant au Collège Militaire Royal de St-Jean sur Richelieu.

Elle ne l'a jamais revue de sa vie.... pas encore !

nom : Mme Louise T.
numéro : NDB-LT-18-24
date : automne1972
code : NDB-MIB-RR2
endroit : à Notre-Dame-des-Bois
témoin principal : Mme Louise T.
témoin(s) secondaire(s) : des parents et amis (qui ne veulent pas être impliqué en public)
témoignage(s) complémentaire(s) : des témoins au restaurant
croquis, photos ou video Montage video
article de journal La Presse - mercredi 30 mars 1977


Louise T. a acceptée d'être mise sous hypnose afin de vérifier si son sub-conscient n'aurait pas conservé des données précieuses sur les événements qu'elle aurait vécue pendant les 45 min. occultées par les "ufonautes".
Cette reconstitution dramatique est fictive.



 Seule Louise T. est la véritable personne impliquée dans ce cas pour le moins étrange, n'est-ce pas ?
Notez que si c'était un "Homme En Noir", celui-là était plutôt sympathique !
Peut-être pour NE PAS FAIRE PEUR à Louise, inutilement
 
_____________________________________________________________________________________________________________________

Article du journal LA PRESSE - mercredi 30 mars 1977
Les OVNI - des "hommes en noir"
font disparaître les témoignages
par Claude-V. MARSOLAIS

 
 (bas de photo) Le président de UFO-QUÉBEC, M. Wido HOVILLE, a commencé à s'intéresser aux soucoupes volantes en 1952 alors qu'il demeurait en Allemagne. Habitant le Québec depuis 1967, son intérêt pour la question ne s'est aucunement relâchée puisqu'il participe à divers colloques internationaux sur le sujet. Il est épaulé dans ses fonctions par M. Claude MacDUFF, auteur du livre "Le Procès des soucoupes volantes" et responsable de la revue UFO-QUÉBEC.
( Le groupe UFO-QUÉBEC de cette époque
n'existe plus... pourquoi ? )
 
(extraits) ... Les membres actifs du groupe UFO-QUÉBEC sont souvent étonnés du changement rapide de l'attitude d'un témoin quelques temps après une observation-choc. De volubiles qu'ils sont au début pour raconter leur étrange observation, ils se renfrognent vite dans un mutisme agressif.
Wido HOVILLE, président d'UFO-QUÉBEC, expliquera que ces changements d'attitude sont probablement dû au scepticisme et à la risée dont est victime le témoin de la part de son entourage immédiat. À moins que le témoin n'ait été intimidé par les étranges "hommes en noir". ...
... "Ces visites se produisent lors d'observations importantes, que ce soient des atterrissages d'OVNI ou des apparitions d'humanoïdes" soutient Marc LEDUC, professeur en sciences physiques. Selon lui, il est possible qu'il existe une organisation au Canada qui comme la CIA aux États-Unis fait en sorte de détruire les témoignages. ...

... le gouvernement de son côté ne s'est jamais avancé à élucider le phénomène devant la population. Au contraire, il tend à le minimiser sinon à le cacher.

Les responsables de UFO-QUÉBEC y voient deux raisons à cette attitude.
D'abord, le gouvernement a comme principale fonction d'assurer la sécurité de ses citoyens. Si les OVNI représentent une menace, il a intérêt à dissimuler le sujet, un peu à la manière de l'autruche... ...pour ne pas voir le danger.
D'autre part, si les OVNI représentent un potentiel technologique incompatible avec nos connaissances terrestres, il lui importe pour des raisons militaires d'acquérir le premier toute l'information disponible sur ces étranges objets... (à suivre)
 


Source: http://www.esoterisme-exp.com/Section_dossier/Cas_MIBquebec/mib.php#U

IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Albert K BENDER et les trois Men in Black
« Réponse #8 le: 07 septembre 2008 à 02:41:31 »

L'International Flying Saucer Bureau

Ce fut le cas d'Albert K. Bender, qui "popularisa" le mythe des Hommes en Noir avec son livre Flying Saucers and the Three Men (les Soucoupes volantes et les Trois Hommes)... paru dix ans après qu'il eût, sous leur pression, fermé son International Flying Saucer Bureau, en 1953!

 



Y a-t-il dissimulation?



Les événements ci-dessous constituent probablement la première histoire de "cover-up" aboutissant à l'arrêt d'une association s'intéressant aux OVNIS. Mais il y a des indications qu'il s'agirait plutôt de l'histoire d'un homme qui a fermé son association à cause de difficultés financières. C'est également un des premiers cas dans lequel les fameux "Men in Black", quoi qu'ils soient s'ils existent, font une entrée remarquable autant que douteuse.

Citer
Un soir alors que Bender était allongé dans sa chambre, il remarque 3 visages dans la pièce. Ceux-ci deviennent peu à peu plus clairs et les détails de leur vêtements se précisent. Ils sont vêtus de noir, et portent des chapeaux qui masquaient en partie les traits de leur visage.


Bender raconte : " Les yeux des 3 hommes se mirent soudain à s'illuminer. Comme des ampoules électriques, et les 3 visages firent de même. Alors, ils convergèrent tous vers moi. La douleur au-dessus de mes yeux devint presque insupportable. Ils semblaient brûler de l'intérieur. Ce fut à ce moment que je sentis qu'il m'adressaient un message par voie télépathique."


Les étranges visiteurs confirment alors à Bender que ses spéculations sur la véritable nature des ovnis sont parfaitement justes. Ils lui fournissent même des détails supplémentaires. Mais ils lui demandent de faire cesser la publication de son journal, dissoudre son association, et ne révéler la vérité à personne. Il ne devait en tout pas révéler quoi que ce soit. De fait, juste après la publication du numéro d'Octobre 1953, les publications s’arrêtèrent, et l'ISBF ferma ses portes sans aucune autre explication.

 

Cette histoire qui peut sembler rocambolesque n’a été connue que bien des années plus tard. En 1963, Bender raconta son histoire dans un livre intitulé "les soucoupes volantes et les trois hommes en noir." Le livre ne fournit que peu d’informations et dans l’ensemble est très décevant. Bender y raconte une histoire de bases extra-terrestre dans l'Antarctique. C'était apparemment la vérité que Bender n'avait pas osé communiquer plus tôt. Bender a également fourni des schémas des soucoupes qu'il aurait vues.

Certains pourront penser que Bender a trop rêvé d’ovnis et a fini par en voir. D’autres pourraient penser qu’il s’agit d’une opération publicitaire. On a aussi émit l'hypothèse que son histoire de visiteurs mystérieux et cette mise en garde n’étaient que des alibis pour fermer une association qui perdait de l'argent.

Cependant, ce qui étrange, c’est que cette histoire n’est pas la seule du genre.


Albert BENDER ET LES TROIS MEN IN BLACK:
Le "Bureau International des Soucoupe Volantes" était une petite organisation amateur s'intéressant aux OVNIS, fondée en 1952, à Bridgeport dans le Connecticut, Etats-Unis, fondée et dirigée par Albert K. Bender, qui était déterminé à découvrir la vérité au sujet du phénomène des soucoupes volantes. L'association a édité une petite publication connue sous le nom de "Space Review" qui contenait des nouvelles au sujet des OVNIS. C'était une organisation très modeste avec peu d'adhérents et la publication tirait en centaines plutôt qu'en milliers d'exemplaires, mais ses membres et lecteurs appréciaient beaucoup son contenu. L'association défendait également l'idée que les soucoupes volantes étaient des vaisseaux spatiaux d'origine extraterrestre.

Dans l'édition d'Octobre 1953 de la "Space Review", deux annonces sont placées en évidence. La première est titrée "dernière heure" et énonce que "une source que l'IFSB considérée comme très fiable nous a informés que la recherche sur le mystère des soucoupes en volantes approche les étapes finales menant à la solution. Cette même source à laquelle nous avions transmis des données qui étaient en notre possession, a suggéré que ce n'est pas ni la bonne la méthode ni l'heure appropriée d'éditer ces données dans la Space Review."

La deuxième annonce était: "Rapport important: le mystère des soucoupes volantes n'est plus un mystère. La source est déjà connue, mais toutes les informations à ce propos sont retenues par ordre venant d'une source plus élevée. Nous voudrions imprimer l'intégralité de l'histoire dans la "Space Review", mais en raison de la nature des informations, nous en sommes très désolés, on nous a conseillé de n'en rien faire." Le rapport finit avec cette phrase: "nous conseillons à ceux qui se consacre au sujet des soucoupes volantes de rester très prudents."

Les deux annonces étaient de peu d'importance en elles-mêmes. Ce qui leur a valu une attention plus large, c'est le fait que juste après la publication de ce numéro d'Octobre 1953, plus aucune autre publication de l'IFSB ne parut, et l'ISBF ferma ses portes sans aucune autre explication.

Bender savait peut-être "ce qu'étaient les soucoupes volantes", mais il a plus tard a indiqué dans une interview à un journal local qu'il garerait ces informations secrètes suite à une visite de trois hommes qui lui auraient confirmé qu'il a raison au sujet de sa théorie sur les OVNIS, mais qui lui ont fait suffisamment peur pour qu'il ferme immédiatement son organisation et cesse la publication du magazine. On a cependant aussi émit l'idée que son histoire de visite par trois inconnus et son "avertissement" était un alibi pour lui permettre de fermer une publication qui perdait de l'argent, toutefois le fait que Bender "avait été terriblement effrayé" et "n'a réellement plus pu manger pendant des jours" a été confirmé par ses amis et associés: "Bender était un homme changé après que ces hommes en noir lui aient rendu visite. C'était comme si il avait été lobotomisé."

Cet état de chose a créé des confusions considérables parmi les fervents des soucoupes volantes. Que penser d'une histoire si étrange? Certains étaient ouvertement sceptiques à propos de l'histoire de Bender. Ils ont dit que sa publication et son organisation perdaient de l'argent et le conte des trois visiteurs qui lui ont commandé de cesser ses activités était le geste d'un homme qui voulait sauver la face.

Cependant, en 1963, une décennie entière après que la visite des trois étrangers, Bender s'était apparemment disposé à donner des informations à propos de cette histoire dans un livre en grande partie illisible intitulé "les soucoupes volantes et les trois hommes en noir." Le livre était assez limité dans les faits exposé, racontant une histoire de bases extra-terrestre dans l'Antarctique. C'était apparemment la vérité que Bender n'avait pas oser communiquer plus tôt. Bender a également fourni des schémas des soucoupes qu'il aurait vues.

Selon une autre figure tout aussi controversé, Brad Steiger, la lecture de l'opus de Bender est décevante, parce qu'il n'indique pas beaucoup plus que cette histoire de bases étrangères en Antarctique, que Bender affirme avoir découvert par "projection astrale".

LES MEN IN BLACK:
Au cours des ans depuis que la rencontre bizarre par Bender de ces "Men In Black", d'autres visites ont été rapportées dans le monde entier. Parfois, les victimes de ces rencontre ont peu ou pas d'intérêt pour les OVNIS, et avaient seulement été témoin par hasard d'une observation étrange dans le ciel. Certaines de ces victimes sont des personnalités de toute évidence peu équilibrées, d'autres ne racontent pas d'histoires invraisemblable et disent simplement qu'ils ont été visité et interrogées par des individus suspects correspondant à la description des MiB. Il y a des cas ou l'on dit que ces hommes en noir sont des agents gouvernementaux spéciaux chargés d'étouffer toute affaire d'observation d'OVNI, d'autres affirment qu'il s'agit à l'occasion de visiteurs eux-mêmes extra-terrestres. Toutes sortes d'événements existent pour soutenir les deux théories, avec une crédibilité plus ou moins douteuse.

POST SCRIPTUM:
Mon lecteur "FSB" m'informe que Albert K. Bender répondait encore au téléphone en Août 2002, mais plus depuis, le dernier appel tenté étant en 2002. Il est possible mais non encore confirmé que M. Bender soit décédé.

Source: http://www.monsite.org/htm/mibbenderf.htm
modération : lien sur page d'accueil

__________________________________________________________________________________________

La suite:

Les MIB en Australie, une imitation?

Le correspondant de Bender en Australie, Edgar Jarrold, reçut à la même époque une visite analogue. Lui aussi dut promettre sur l'honneur de ne parler à personne, pas même à sa femme, de ce qui se passerait lors de ces visites, sans en avoir reçu la permission. Il eut néanmoins l'autorisation de mettre par écrit certaines des déclarations de son énigmatique interlocuteur, en sa présence. Ces révélations, écrivit Jarrold à Bender, le surprenaient au-delà de ce qui était imaginable! Lui-même les accueillait de sang-froid, mais il ajoutait qu'elles étaient susceptibles d'effrayer bien d'autres personnes, et de leur faire perdre la tête... Etonnamment, il lui fut conseillé de changer l'appellation de son groupe, d'Australian Flying Saucer Bureau (Bureau australien des Soucoupes Volantes) en Interplanetary Ships Sighting Bureau (Bureau d'Observation des Vaisseaux Interplanétaires)!
Jarrold précisa qu'il reçut de telles visites à quatre reprises, les 3, 5, 7 et 12 décembre 1953. Les conversations pouvaient durer jusqu'à trois heures. Lors de l'une d'elles lui fut posée la question suivante: "Que pensez-vous qu'il arriverait immédiatement à des visiteurs extraterrestres si une soucoupe atterrissait près de Sydney, ou de n'importe quelle autre grande ville?
- Bien sûr, répondit Jarrold, ils seraient tués sur-le-champ... mais on chercherait sans doute à préserver leur véhicule!
- Cette dangereuse ignorance et cette hostilité sont la raison principale qui empêche les êtres extraterrestres d'atterrir ouvertement pour l'instant, expliqua le visiteur, mentionnant qu'ils pourraient utiliser d'horribles forces destructrices, mais qu'à son avis ils ne le feraient pas, car cela s'avérerait désastreux pour les contacts ultérieurs, or ils ne semblaient rechercher qu'un contact amical.
Jarrold affirma par ailleurs que le 3 décembre, son visiteur lui présenta des preuves de sa position et de ses qualifications! Il ne voyait pas quel intérêt l'homme aurait eu à lui mentir de façon si confidentielle; l'information qu'il recevait lui semblait parfaitement honnête et sérieuse. Il apprit qu'il avait été choisi "pour sa sincérité et son manque d'hostilité".
Intox? Peut-être bien. Gray Barker, qui a mené sur les événements de cette période un véritable travail de détective, a établi un lien entre les visites de Bridgeport et celles d'Australie: elles sont intervenues après que les deux organisations eussent fait paraître dans leurs bulletins respectifs l'information selon laquelle une enquête conjointe allait être menée pour vérifier une théorie portant moins sur l'origine que sur la cause des soucoupes volantes. Or, cette théorie semblait accréditer une provenance intra-terrestre des objets non-identifiés.
La mise K.-O. de Bender, puis l'endoctrinement persuasif de Jarrold, auraient-ils été les étapes d'une manipulation de l'opinion ufologique? Manipulation poursuivie ensuite par l'ex-directeur de la CIA, l'amiral Roscoe Hillenkoetter, à la tête du NICAP...

 

Ou des vrais de vrai?

Mais Edgar Jarrold avait vécu, quelques mois plus tôt, des expériences d'une nature plus inquiétante, des manifestations plus en rapport avec les descriptions ultérieures d'Albert Bender (ce qui donne à ces dernières, malgré tout, un semblant de crédit).
Le 21 juillet, vers 2h45, il avait été réveillé par un bruit sourd, non loin de sa maison. Il était sorti pour voir ce que c'était, mais n'avait détecté qu'une étrange odeur, qu'il avait comparée à celle du plastique brûlé. Il avait averti la police, qui n'avait rien trouvé. Des voisins, cependant, avaient eux aussi entendu ce bruit inexplicable.
Jarrold y avait pensé toute la journée, et le soir venu, il avait eu de la peine à trouver le sommeil; un trafic inhabituel perturbait le quartier. Alors qu'il s'était relevé encore une fois pour se chauffer une tasse de thé, il avait jeté un coup d'oeil par la fenêtre: il n'en était pas revenu! Ce qu'il avait pris pour la circulation de nombreuses voitures, c'était toujours la même, une limousine noire qui passait et repassait devant et derrière sa maison, tous feux éteints, dans ce quartier mal éclairé de Liverpool! Il lui avait semblé distinguer deux silhouettes sur la banquette avant, puis la voiture était allée se garer au bord du trottoir, un demi-bloc plus loin. Il était trois heures du matin. La limousine était restée là jusqu'à 6h30.
Le lendemain, le directeur de l'AFSB avait cherché à savoir si d'autres que lui avaient également remarqué cette auto. En effet, l'un de ses amis l'avait aperçue, et il avait même vu clairement l'homme qui en était sorti pour demander l'heure (un comportement typique des MIB!) D'après la description qu'il fit de ce personnage à la police, celle-ci en conclut qu'il s'agissait d'un criminel connu!

Un jour, alors qu'il faisait ses courses dans un grand magasin de Sydney, Jarrold fut brutalement poussé en bas des escaliers. Contusionné, il s'enquit auprès des personnes présentes de l'allure de son agresseur: personne n'avait vu quelqu'un le pousser, il avait semblé tomber de lui-même!
Kenneth Arnold, lui aussi, avait déclaré avoir reçu la visite d'êtres invisibles, dont il ne percevait la présence que par la déformation des fauteuils dans lesquels ces entités prenaient place... Arnold pensait qu'il pouvait s'agir des pilotes des soucoupes volantes: jamais ils ne cherchèrent à entrer en communication avec lui. Ils se déplaçaient simplement dans sa maison et semblaient s'y comporter comme chez eux.
Par la suite, Edgar Jarrold fut contacté par le Département de l'Air australien, qui souhaitait le consulter au sujet d'observations particulières d'UFOs ou de théories s'y rattachant. Puis il reçut une convocation du ministre lui-même pour une réunion avec les services de renseignement de l'armée de l'air à Melbourne. Dès lors, il cessa de communiquer avec ses collègues de l'AFSB et avec les autres chercheurs privés.

 

Encore une fermeture de boutique...

John Stuart était l'un des dirigeants des Flying Saucers Investigators. Sa collègue, Doreen Wilkinson, était partie, ne sachant plus que penser du phénomène, quand John écrivit une dernière lettre à son ami Gray Barker, en 1955. Le papier ne portait plus l'en-tête de l'organisation. John s'en expliquait ainsi:
"Salut à toi, l'ami! Cela fait si longtemps que je ne t'ai écrit! Et, crois-moi, il s'est passé beaucoup de choses. Tant de choses, en fait, que les Flying Saucers Investigators n'existent plus! Oui, nous avons fermé.
"Pour commencer, Gray, puis-je ajouter mon conseil solennel à celui de --- --- et à celui d'Albert Bender? Alors, je t'en prie, fais attention à toi et sois très prudent dans tes investigations!
"Fou? Eh bien je le suis peut-être. Parfois je me demande si tout cela est vraiment arrivé. Mais je sais que oui.
"J'ai reçu la visite d'un type qui m'a donné un conseil - après qu'il soit parti, il m'a semblé que je devrais écouter ce qu'il m'a dit. Vois-tu, j'avais un morceau de métal gris-blanc et - voilà, maintenant, je ne l'ai plus! Notre ami 'pensait' qu'il avait plus de droits que moi sur ce métal. J'ai appris beaucoup de choses sur les UFOs de ce gaillard - oh oui il m'en a dit beaucoup - trop peut-être, pour ce qui concerne ma sécurité personnelle.
"Il est facile de comprendre, je pense, pourquoi il m'a fait ces confidences. C'était pour me flanquer une frousse d'enfer - ça a marché! J'ai eu peur plus d'une fois pendant la dernière guerre, mais je suis le premier à admettre que j'étais vraiment effrayé après que ce 'gentleman' fût parti.
"Sûrement, Gray, en temps voulu je leur dirai d'aller au diable, et je reprendrai les soucoupes. Je n'en sais rien.
"Tu seras curieux d'apprendre comment j'ai eu mon morceau de 'métal'. C'est tombé d'un UFO. Tu as mon rapport d'une observation rapprochée, en juin 1954. En février 1955, une observation similaire a été faite, et c'est à cette occasion que je suis entré en possession de cette pièce métallique. La nuit suivante, avant mon départ pour Auckland, mon visiteur m'appelait.
"Je ne peux pas t'en dire plus pour l'instant, c'est trop pour moi. En bref, je ne suis pas chiche d'aller contre mes 'ordres'.
"Tout de bon
"Et pour l'amour de Dieu, sois prudent, Gray!"

Source: http://www.ovni.ch/home/frame4.htm
modération : lien sur page d'accueil
« Modifié: 10 juin 2011 à 23:02:39 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Les M.I.B. II: Le Retour dans les années 90
« Réponse #9 le: 07 septembre 2008 à 15:22:35 »



Les M.I.B. II: Le Retour

On avait l'habitude de voir les Hommes en Noir (en anglais: Men in Black, MIB) se balader par trois, dans de grosses Cadillac noires qui n'avaient rien à envier à Kitt, la fameuse héroïne de K 2000.

Cette époque est révolue:

les Cadillac ont cédé la place à des véhicules plus... ou moins discrets! Et puis, les MIB des années '90 semblent avoir un comportement moins typé: s'ils font toujours penser, de loin, à l'agent Mulder et à ses acolytes, leur attitude paraît, d'une façon générale, moins axée sur l'obsession d'étouffer les affaires d'ovnis. Pas d'équivoque, pourtant: ce sont eux. Ils surgissent toujours du même monde sulfureux, l'impression qu'ils laissent chez les humains qui les rencontrent est toujours la même, angoissante, désagréable. Avec des nuances, cependant, qui semblent varier selon la réaction de leur interlocuteur. De plus, leur lien avec les apparitions de mystérieux objets célestes est toujours aussi évident.

Jorge Martin, l'éditeur de la revue Evidencia Ovni,

Il a enquêté sur une apparition de MIB à Porto-Rico (où l'activité soucoupique est très intense). En interrogeant Diego Segarra, un des témoins principaux des observations de la Laguna Cartagena, il apprit de celui-ci qu'un de ses amis avait eu une expérience peu commune en explorant les environs du lagon. Il avait avec lui son camescope, pour filmer les différents lieux d'apparitions. Soudain, il fut ébloui par un éclair très brillant, et vit qu'il provenait d'un objet sphérique sur le point d'atterrir! Il se cacha dans la végétation tropicale, dense à cet endroit, et put assister à (et, paraît-il, filmer) la sortie de Petits Gris de l'objet, suivis par un personnage d'apparence humaine et albinos, vêtu d'un complet noir, chemise blanche et cravate rouge (un accoutrement traditionnel des MIB). Il portait des lunettes noires (naturellement, serait-on tenté de dire) et ses cheveux étaient argentés. Il se passa alors quelque chose qui semble confirmer une fantastique hypothèse que le Grepi présentera bientôt sur ce site: il fut emmené par deux soldats à bord d'une jeep! On est loin du standing des MIB d'antan...

Pour rester dans la région, mentionnons cette dépêche d'UPI

Elle  circula un certain temps dans les Caraïbes, quand les journaux rapportèrent un événement qui s'était déroulé à San Juan de los Morros, au Vénézuela. Deux médecins avaient vu s'arrêter, sur la route conduisant à leur clinique, une Mustang rouge, d'où étaient sortis deux hommes habillés exactement de la même façon: costume noir, lunettes fumées et cravate rouge... Les deux personnages ceignirent alors ce qui semblait être une sorte de ceinture. Quelques instants plus tard, un ovni apparut dans le ciel, et s'approcha suffisamment du sol pour que les deux énigmatiques "touristes" puissent y monter par une échelle descendue de l'appareil. Ayant fait demi-tour, l'objet s'éleva rapidement dans l'espace.

Lois Le Gros, un enquêteur de Pennsylvanie, a étudié plusieurs cas impliquant des MIB dans les années '90.

Voici deux cas où les témoins sont des personnes qui avaient été enlevées à bord d'ovnis.
L'un de ces abductés, en compagnie d'un ami, fut menacé par un Homme en Noir dans un supermarché des environs de Pittsburgh: le mystérieux personnage tenta, dirent-ils, de les hypnotiser avec une étrange bague qu'il portait au doigt.
L'autre cas, également dans la région de Pittsburgh, est celui d'une jeune "enlevée" qui rencontra jour après jour un MIB sur le chemin de son travail. Le décrivant comme "intimidant", ce témoin raconta à Le Gros qu'il montait tous les jours dans le bus, s'asseyant chaque fois plus près d'elle. Ce sinistre individu était entièrement vêtu de noir: long imperméable (même par beau temps), chapeau, chaussures, gants et chemise noirs. Une fois, il prit place juste à côté d'elle, l'obligeant à se recroqueviller contre la fenêtre.
Cette jeune femme pourrait jurer qu'elle était la seule, dans le bus, à percevoir la présence oppressante de ce personnage qui semblait sortir d'un autre monde.

Une rencontre étrange est rapportée par un lecteur de FATE à son magazine:

Elle survint au début des années 80, alors qu'il habitait l'upper west side de Manhattan.
Un après-midi, comme il rentrait chez lui après les cours, il pénétra comme d'habitude dans le vestibule de son immeuble quand il remarqua trois hommes qui se tenaient près de la porte intérieure. Il eut la très nette impression que ces hommes l'attendaient. Ils n'étaient pas grands, environ 1m70, le teint olivâtre, les cheveux noirs. Ils portaient tous trois des complets noirs et des chemises blanches, sans cravate. Ils lui firent penser aux serveurs qui travaillent dans les restaurants grecs, nombreux à New-York.
Quand il s'approcha des trois hommes, celui qui se trouvait le plus proche (ils étaient alignés le long du mur) lui demanda: "Quelle heure est-il?"
- Trois heures trente.
A cette réponse, ils se tournèrent d'un seul mouvement et se dirigèrent mécaniquement, l'un derrière l'autre, vers la sortie.
Le témoin de cette scène singulière réalisa quelques instants plus tard qu'il avait fait une classique rencontre de MIB. Il n'avait rien trouvé d'effrayant, ni de menaçant dans l'attitude de ces personnages. Il avait connaissance de ce genre de phénomène, et se souvint qu'effectivement, les MIB apparaissaient souvent par trois, et demandaient fréquemment l'heure, ou autre chose d'insignifiant et d'absurde. Le témoin pensa que son intérêt pour ce genre de choses devait être à l'origine de sa rencontre.

Un autre chercheur de Pennsylvanie, Mike Lonzo, fut amené à recueillir le témoignage d'une vieille dame dont l'histoire est singulière.

 Cette dame vit un jour tomber une étrange pierre noire dans son jardin. Et presque immédiatement après, elle reçut la visite de deux MIB en smoking, qui lui demandèrent, de façon tout à fait précise, de leur rendre la pierre noire, arguant que sa perte "serait la cause de la destruction de leur univers". Effrayée, elle s'empressa d'accéder à leur requête, et les choses prirent alors un tour inattendu: ses élégants visiteurs l'invitèrent à dîner dans un restaurant de Pittsburgh, où ils furent rejoints par leurs équivalentes féminines (l'histoire ne précise pas si elles aussi étaient vêtues de noir).

Scott Corrales, Steamshovel Press #13, été 1995 ou http://www.ovni.ch/home/frame4.htm
modération : lien sur page d'accueil



« Modifié: 10 juin 2011 à 23:03:21 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Re : Hommes en noir - Men in black par J. Allen Hyneck
« Réponse #10 le: 07 septembre 2008 à 16:21:20 »

 

Voici maintenant un autre cas tout aussi édifiant, qui avait été transmis à titre privé (moyennant la garantie de l’anonymat) au docteur J. Allen Hyneck, consultant pendant 20 ans à l’US Air Force, en matière d OVNI.

page 172, livre de J. Allen Hyneck " Les OVNI, mythe ou réalité ? ", Éditeur Belfond, 1974.



L’incident eut pour témoins quatre hommes, dont deux d’entre eux ont un poste relevant de la sécurité militaire.

Fin novembre 1961, Paul Miller et ses trois amis revenaient chez eux, à Minot (Dakota du Nord), après une partie de chasse. Ils virent un OVNI atterrir, et arrivés sur les lieux, ils constatèrent la présence de quatre humanoïdes autour de l’engin. Pris de panique, Paul Miller tira sur l’ une des "réatures ", avec un fusil Hornet 22, un Winchester modèle 43, équipé d’une lunette Weaver K-4 !
Après leur retour, ils se rendirent compte... qu’une période de temps manquait ! … Les quatre amis décidèrent de ne parler de l’incident à personne.
Pourtant, le lendemain matin, trois hommes vêtus de noir se présentèrent au domicile de Miller, juste avant qu’il ne parte au travail. Ils se disent envoyés par un bureau gouvernemental, sans d’ailleurs pouvoir le prouver. Ils affirment être au courant de l’incident par un " rapport ".

Apparemment, ils connaissent tout de Miller : son travail, ses loisirs, ce qui s’est passé la veille... "
Tiré de " Hommes en noir : Trois ténébreuses affaires ", page 102 du livre " OVNI, un dossier brûlant ", Éditions Atlas, 1984.

La relation de ces événements est mentionnée de façon complète dans le livre de J. Allen Hyneck et Jacques Vallée " Aux limites de la réalité ", Éditeur Albin Michel, 1978, pages 149 à 161.

La voiture utilisée par ces " hommes en noir ", devait être une Plymouth 61, une voiture de série.
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
LES EXTRATERRESTRES QUI SONT PARMI NOUS Par Christian MACÉ
« Réponse #11 le: 07 septembre 2008 à 16:34:06 »




LES EXTRATERRESTRES QUI SONT PARMI NOUS  Par Christian MACÉ 

Le blog de Christian MACE: http://ovniparanormal.over-blog.com/

Nous n’avons que trop tendance à " classer " certains incidents importants ou simples faits divers, qui finissent ainsi par sombrer dans l’oubli.

Nous allons ressortir pour vous ces " affaires non classées " à l’aspect inquiétant.

Les lecteurs pourront exercer leur sagacité sur ces faits bizarres à tous points de vue, qui, jusque là, faisaient partie du " domaine réservé " des... ufologues avertis !

De quoi s’agit-il ?


LES HOMMES EN NOIR
 
Il nous faut évoquer ces angoissants personnages qui sont venus, plus d’une fois, rendre visite à certains témoins d’observations ovni, ... " les Hommes en noir " !

" Ils " ne se déplacent pas pour des faits mineurs, mais pour des affaires qui doivent revêtir, pour ceux-ci, une extrême importance quelque part...

Remettons nous en mémoire certaines de leurs interventions...

Le 26 mars 1880, à Galisteo Junction, au sud de Santa-Fé, Nouveau-Mexique, quatre hommes virent un OVNI au-dessus de leur village ; un objet en tomba, une espèce de vase couvert de hiéroglyphes incompréhensibles.

Citation : " Les témoins l’avaient porté dans la seule boutique du village, qui faisait également office de lieu de réunion, afin de prouver qu’ils avaient bien vu " quelque chose ". L’objet y était resté deux jours, jusqu'à ce qu’un homme se disant " collectionneur " se présentât pour l’acheter. Il en offrit une somme astronomique, dit-on... ", page 146 du livre de Jean Prachan " Le Triangle des Bermudes, base secrète des OVNI ", Éditeur Belfond, 1978.

Autre citation, page 146 du même livre : " On sait, par exemple, qu’en 1897, au Texas, un " homme en noir " s’empara d’un morceau de métal retrouvé par les témoins du passage d’un OVNI après que celui-ci l’eut laissé tomber. "

À noter que la CIA n’y était pour rien, puisque cette Agence fut créée en... 1947 !

Aux USA, 21 juillet 1947, Mr Dohl, à bord du bateau de patrouille du port de Tacoma, au large de l’île Maury, vit six OVNI, dont un laisse tomber de la matière.

Il reçut la visite d’un " homme en noir ", qui avait décrit l’incident, aussi nettement que s’il avait été assis près de Mr Dohl sur le bateau ! Le mystérieux personnage lui intima l’ordre de se taire ! Enquête sur place du célèbre Kenneth Arnold. Voir son livre " The Coming of the Saucers " écrit avec Ray Palmer, édition à compte d’Auteur, Amtierst, Wisconsin, 1952.

En 1951, USA, au large des côtes de la Floride, l’équipage d’une vedette aperçoit un OVNI. L’océan alentour était couvert de poissons morts, le ventre à l’air. Soudain, un avion apparut à l’horizon et le mystérieux objet s’éleva dans l’air où il disparut en quelques secondes.

À peine la vedette avait-elle regagné son port d’attache à Key West (extrême sud de la Floride), que les membres de l’équipage furent accostés par un groupe d’hommes d’allure officielle vêtus de noir. Ils posèrent mille questions concernant leur observation en pleine mer. Selon l’un des témoins, on aurait dit que " ces hommes " tendaient à discréditer la validité du témoignage des marins ! Voir page 147 du même livre de Jean Prachan.

En janvier 1952, Albert K. Bender, avait créé l’organisme " International Flying Saucers " (Bureau international pour les soucoupes volantes), qui éditait le magazine " Space Review " (Revue de l’Espace)... moins de deux ans plus tard, bien qu’elle fut en plein essor, l’association dût brusquement fermer ses portes ! L’ultime numéro du magazine publiera le communiqué suivant : " Il n’y a plus de mystères des soucoupes volantes : on sait déjà d’où est venu la solution, mais toute révélation à ce sujet est interdite par ordre d’une autorité supérieure. Nous aurions aimé raconter toute l’histoire dans " le bulletin de l’espace ", mais en raison de la nature de cette information, il nous a été conseillé de n’en rien faire à notre grand regret. " Voir page 100 du livre " Extraterrestres et Soucoupes Volantes ", Éditeur Le Livre de Paris-Hachette, 1979.

Bender révélera plus tard qu’il avait dû suivre " les recommandations " de trois " hommes en noir ", aux yeux brillants, capables de se " matérialiser " et " dématérialiser ", doués du pouvoir télépathique !

 

Voici maintenant un autre cas tout aussi édifiant, qui avait été transmis à titre privé (moyennant la garantie de l’anonymat) au docteur J. Allen Hyneck, consultant pendant 20 ans à l’US Air Force, en matière d’OVNI.

L’incident eut pour témoins quatre hommes, dont deux d’entre eux ont un poste relevant de la sécurité militaire (page 172, livre de J. Allen Hyneck " Les OVNI, mythe ou réalité ? ", Éditeur Belfond, 1974).

Fin novembre 1961, Paul Miller et ses trois amis revenaient chez eux, à Minot (Dakota du Nord), après une partie de chasse. Ils virent un OVNI atterrir, et arrivés sur les lieux, ils constatèrent la présence de quatre humanoïdes autour de l’engin. Pris de panique, Paul Miller tira sur l’une des " créatures ", avec un fusil Hornet 22, un Winchester modèle 43, équipé d’une lunette Weaver K-4 !

Après leur retour, ils se rendirent compte... qu’une période de temps manquait ! " Les quatre amis décidèrent de ne parler de l’incident à personne. Pourtant, le lendemain matin, trois hommes vêtus de noir se présentèrent au domicile de Miller, juste avant qu’il ne parte au travail. Ils se disent envoyés par un bureau gouvernemental, sans d’ailleurs pouvoir le prouver. Ils affirment être au courant de l’incident par un " rapport ". Apparemment, ils connaissent tout de Miller : son travail, ses loisirs, ce qui s’est passé la veille... " Tiré de " Hommes en noir : Trois ténébreuses affaires ", page 102 du livre " OVNI, un dossier brûlant ", Éditions Atlas, 1984.

La relation de ces événements est mentionnée de façon complète dans le livre de J. Allen Hyneck et Jacques Vallée " Aux limites de la réalité ", Éditeur Albin Michel, 1978, pages 149 à 161.

La voiture utilisée par ces " hommes en noir ", devait être une Plymouth 61, une voiture de série.

Comme on vient de le voir, et comme on le verra encore, ces " inquiétants Agents " sont très bien renseignés.

De surcroît, ce sont manifestement des imposteurs qui veulent nous induire en erreur, et qui peuvent opérer aussi... en uniforme !

En novembre 1966, deux femmes, dont Mme Ralph Butler, observent des OVNI à Onatonna (Minnesota). L’amie de Mme Butler servira en quelque sorte de médium à ce moment, car une étrange voix métallique posant des questions, surgira de ses lèvres ! Par la suite, dés qu’elles essaient de parler de l’affaire à d’autres personnes, elles se mettent toutes les deux à souffrir de maux de tête épouvantables !

En mai 1967, un mystérieux personnage rend visite à Mme Butler. Il dit être le commandant Richard French ; il mesurait environ 1,75 m, avait le teint olivâtre et une figure pointue, aux cheveux bruns et longs. Il portait un complet gris, une chemise blanche, une cravate noire ; tout était flambant neuf. Il conduisait une... Mustang blanche, dont le mari de Mme Butler avait noté le numéro... On découvrit par la suite que c’était une voiture louée à Minneapolis ! Voir pages 107-108 du livre " Extraterrestres et Soucoupes Volantes ", Éditions Le Livre de Paris-Hachette, 1979.

Complément d’information à noter avec force. Il s’avéra ensuite que le bureau de l’US Air Force du Minnesota employait bel et bien un certain Richard French. Mais une photo de celui-ci permit à Mme Butler d’affirmer catégoriquement que l’homme qu’elle rencontra... n’était pas celui de la photographie ! ! !

En 1965, Rex Heflin prit plusieurs photos d’un OVNI avec son Polaroïd, en Californie. Il reçut la visite d’un homme prétendant appartenir au NORAD ( Commandement de la Défense Aérienne de l’Amérique du Nord), à qui il remit les originaux des photographies. Ils ne lui seront jamais retournés, et par la suite le NORAD démentira que ses représentants soient allés lui rendre visite !

Le 11 octobre 1967, un officier d’aviation en uniforme se rend chez Rex Heflin, en soirée, et présente ses pièces d’identité. Mme Heflin les examine attentivement. Elles étaient au nom du capitaine C.H. Edmonds, du Bureau des Affaires Spatiales de la Division Organisation... Celui-ci pose un certain nombre de questions, dont : " Allez-vous essayer de récupérer vos originaux ? " L’officier aurait alors demandé au témoin ce qu’il savait... du Triangle des Bermudes ! ! ! L’entretien eut lieu devant l’entrée de la maison. Dans la rue, une voiture arrêtée, avec sur le siège arrière quelqu’un, et une lumière violette !

Quand les enquêteurs de la Commission Condon (université du Colorado) vont suivre cette piste, ils découvriront que des quatre " C.H. Edmonds " sur l’annuaire des officiers, aucun n’a le grade correspondant et ne s’écrit ainsi ! ! ! Voir page 106 du livre " Extraterrestres et Soucoupes Volantes ", Éditions Le Livre de Paris-Hachette, 1979.

Le " Rand Daily Mail " du 31 janvier 1967 fait état de ces " mystérieux personnages ". Il cite le colonel George Freeman, porte-parole du Project Blue Book, organisme de l’Armée de l’Air des USA, pour l’étude des OVNI.

" Ces hommes n’ont rien à voir avec l’US Air Force ", a déclaré le colonel Freeman, et " Nous n’avons rien pu découvrir à propos de ces hommes. Nous serions heureux d’en arrêter un " a conclu le colonel Freeman.

Il cita un cas, parmi d’autres, où des officiers de police et d’autres témoins d’une observation, au New Jersey, avaient déclaré qu’un homme en uniforme de l’Air Force, leur avait ordonné de dire " qu’ils n’avaient rien vu du tout " et qu’ils ne devaient plus désormais discuter ou parler de cet incident ! ! !

Les Anglais et Américains nomment les " Agents inconnus ", les " Silencers ", ceux qui essayent de réduire au silence les témoins d’observations ou d’incidents.

Ils semblent travailler par étapes :

Il y a " la recommandation ", puis " la menace ", et enfin " les représailles finales " ! ! !

Pour l’exemple, la mésaventure arrivée au docteur Reilly H. Crabb, directeur de la " Borderland Sciences Research Foundation ", Inc., Vista, Californie. Dés qu’il reçut la lettre d’un ami lui certifiant avoir observé avec un collègue détective le décollage d’un OVNI, le docteur Crabb fut constamment harcelé téléphoniquement. Sans cesse, une voix masculine lui conseillait de ne pas rendre public le témoignage de son ami ! ! ! Puis, il échappa de justesse à un attentat, sous les roues d’une grosse limousine noire ! Peu après, un individu fit feu sur lui, alors qu’il prenait un café dans son local habituel !

Pour couronner le tout, sa maladie entraîna la perte de son emploi à l’université ! Il connut les plus grands soucis familiaux, et tous ses déboires entraînèrent en fin de compte le départ de son épouse !

C’est ainsi, qu’une fois de plus, les " Hommes en noir " avaient atteint leur but : " domestiquer " les témoins non disciplinés ! ! ! voir " Ufologia " n° 27, 3ème trim. 1981, pages 12-13, article de Peter Krassa " En marge du phénomène OVNI : les manipulations ténébreuses des hommes en noir... "

D’après les nombreux témoignages recueillis, les sinistres " hommes en noir " portent un costume sombre, d’une coupe démodée avec des chapeaux noirs ; ils sont tirés à quatre épingles ! Les voitures utilisées sont quelque peu démodées où l’on trouve des Cadillac, limousines, etc...

Un ufologue français très connu, a été confronté au phénomène des " hommes en noir ". Dans le même bâtiment qu’il habitait à Limeil-Brévannes, dans le Val de Marne, il y avait trois personnages lugubres à tête de croque-mort qui habitaient un appartement... au-dessus de chez lui !

Il y a quelques années, dans l’Oise, sa propre épouse vit un étrange personnage, portant un col roulé... en plein été, qui s’était " dématérialisé " ! Les brochures " Le MJ 12 " et " Opération Cheval de Troie, la Terre aux mains des petits gris ", Éditrice Louise Courteau, Québec, évoquent les " hommes en noir " souvent aperçus avec... des cols roulés !

 
MYSTÉRIEUX PERSONNAGES
Dans la mouvance des " hommes en noir ", il nous faut parler d’étranges personnages à l’allure insolite, et tout aussi très bien renseignés.

Le docteur Herbert Hopkins est un médecin réputé. En septembre 1976, il travaille sur un cas OVNI, dans le Maine, aux USA. Il recevra la visite d’un homme habillé en noir, avec un maquillage... Celui-ci dira " Mon énergie diminue, je dois partir maintenant. Au revoir " Il gagnera la sortie, s’enfoncera dans l’obscurité, et disparaîtra dans un brillant éclat de lumière blanche.

Quelques jours plus tard, Maureen, la belle-fille du docteur, devait recevoir une visite au moins aussi étrange. Un couple, cette fois ! Âgés d’une trentaine d’années, ils portaient des vêtements démodés. La femme avait un air bizarre, avec sa poitrine tombante et ses hanches curieusement faites. Tous deux marchaient à petits pas, comme s’ils avaient peur de tomber ! Voir page 103 du livre " OVNI, un dossier brûlant ", Éditions Atlas, 1984.

Le chercheur OVNI Bruce Cathie, ancien commandant de bord de l’aviation civile Néo-zélandaise, a été confronté, lui aussi, à un couple bizarre ! C’était un matin de février 1969, à Mangere, l’aéroport d’Auckland. L’homme était grand, dégingandé, avec des membres longs et filiformes. Le plus étrange était sa tête : à peu près parfaitement sphérique, et aussi nue qu’une boule de billard ! Avec une peau bronzée et lisse. Sa compagne était plus petite, avec un visage long, presque en lame de couteau !

Avec une chevelure d’un noir de jade, lui tombant sur les épaules, selon une mode remontant à plusieurs années !

L’homme photographia Bruce Cathie. L’homme et la femme disparurent subrepticement ! Pages 80 à 83 du livre de Bruce Cathie " Harmonic 695 ", Éditrice Sylvie Messinger, 1981.

Le 6 juin 1977, Caroline Coombs reçoit la visite de deux mystérieux personnages, presque jumeaux, très bien renseignés, eux aussi. L’un d’eux exprima le besoin de se rendre d’urgence à une sorte de rendez-vous, à Croesgock, petit village du Pays de Galles ! Étrange coïncidence, un vacancier, Mr Smith, vit un énorme vaisseau spatial en vol stationnaire, à deux cents mètres d’altitude, au début du mois d’avril 1977 à... Croesgock ! ! !

La voiture utilisée par les deux visiteurs, était une voiture de sport " futuriste ", très silencieuse. Voir pages 159 à 162 du livre de Peter Paget " Le dossier secret des OVNI gallois ", Éditions Du Rocher, 1983.

Dans " LDLN " n° 332, Joël Mesnard, évoque aux pages 29 à 36, d’" étranges personnages ".

Suzanne habite la région de Chantilly (Oise). En 1959, peut-être au printemps, un jour vers 13 h, Suzanne prit un train direct, qui devait l’amener à la gare du Nord, à Paris. Dans ce train bondé, deux jolies jeunes femmes blondes, comme des soeurs jumelles... Elles disparurent brutalement !

Le lendemain, un dimanche, Suzanne se rendit à la messe de 8 h. Présence des deux femmes blondes... à cet endroit ! Puis, disparition sur place ! ! !

Le 22 mai 1976, Mme Annick Dargaud assiste à une réunion publique du Groupe OVNI " GEPA " à Paris. Présence de deux belles blondes " insolites " accompagnées de deux hommes vêtus peut-être de costumes sombres. Les quatre personnes, au bout d’une demi-heure, peut-être... n’étaient plus là ! ! !

Dommage pour moi ; j’ai été membre du G.E.P.A. (1970 à 1974) et j’ai assisté aussi à des réunions publiques du GEPA à la même adresse... mais je n’ai pas eu la chance de rencontrer d’aussi belles blondes ! ! !

Mme Marlynda Hollinger, connue sous le nom de Mamouchka, fut confrontée elle aussi, à une très jolie femme blonde insolite, au cours de la deuxième quinzaine de septembre 1988, vers 15 h ou 16 h. Présence aussi d’un personnage masculin, aux vêtements de couleur sombre. Eux aussi étaient très bien renseignés ! Ils étaient à bord d’une très grosse et très belle voiture, gris métallisé. Cela se passa dans l’Hérault.

Nicole et Jean-Claude habitent à Noyon, dans L’Oise. Fin octobre, au tout début de novembre 1992, Jean-Claude promène sa chienne vers 13 h 30 dans un chemin qui borde des jardins, près du canal du Nord. Il vit alors un... " homme en noir " ! Taille : 1,80 m. Couleur générale : noire, jusqu’au ras du cou. Coiffé d’une sorte de canotier. Des yeux — comme deux points noirs, profonds. On aurait cru voir du vide ! ! ! Fin des infos de Joël Mesnard.

Autre cas : " Un jeune couple, Peter et sa femme Frances, furent confrontés à une rencontre rapprochée OVNI avec effets parapsy, pendant la nuit du 30 au 31 mai 1974.

Ils circulaient à bord de leur voiture Peugeot 404, sur le trajet de Salisbury (Rhodésie) à Durban (au Natal, Afrique du Sud), lorsqu’ils furent témoins d’événements extraordinaires peu communs !

Par la suite, mis sous hypnose profonde par le docteur Obertik, membre de la société pour la recherche psychiatrique de l’Afrique du Sud, Peter fera la révélation suivante à propos de ces extraterrestres :

Docteur O. : Dites-moi, Peter, sont-ils nombreux parmi nous à passer inaperçus ?

Peter : Des milliers (?)

Dr O. : Sont-ils parmi nous ?

Peter : Ce sont des employés de bureau, des dactylos, des hommes d’affaire, des étudiants, des chargés de cours, des éboueurs, des chômeurs, etc.

Dr. O. : Si vous voulez entrer en contact avec eux et apprendre leurs connaissances, nous les donneront-ils ? Entrent-ils en contact si vous le voulez ?

Peter : Ils n’entrent en contact que quand ils le veulent, et en influençant les autres. Ils ne font jamais rien directement sur terre... cela les obligerait à jouer le rôle d’importants personnages, faisant d’eux un pôle d’attraction. Ils ne sont que des personnes qui influencent, projettent et dirigent celles qui le désirent. ", fin de citation.

Paru à l’origine dans la renommée " Flying Saucer Review " et repris dans le livre " Les Apparitions mystérieuses ", éditions Tchou, 1978, pages 288 à 303 ; et dans le livre de Jack Perrin " Le Mystère des Ovni ", éditions J’ai Lu, 1978, pages 168 à 194.

 

Je suis en mesure de révéler que des bruits circulent qui font état de la présence d’une base " d’hommes en noir " et autres " mystérieux personnages "... dans l’Oise ! ! ! (exclusivité de Christian Macé).

 

Il n’y a pas de fumée sans feux, et le récapitulatif des cas suivants tend à le prouver :


1959, Suzanne, de Chantilly (Oise), constate la présence de deux belles blondes identiques, insolites, dans le train vers Paris.


Il y a quelques années, l’épouse d’un ufologue connu qui aperçoit un mystérieux personnage à col roulé, en plein été, dans l’Oise.


Fin d’année 1992, Jean-Claude, de Noyon, toujours dans l’Oise, qui découvre un " homme en noir " près de chez lui !

 

L‘Oise semble prisée par nos mystérieux visiteurs ! ! !

LES RENDEZ-VOUS   OVNI - VOITURE

 
Le vendredi 2 janvier 1953, localité de Rauch, Province de Buenos-Aires, Argentine, à 21 h 35. Plusieurs témoins observent un OVNI qui atterrit. Peu de minutes après, une automobile se rend sur les lieux de l’atterrissage ! Quelqu’un avait donc eu connaissance de cet atterrissage, et se dirigea immédiatement à l’endroit en question ! Info de feu François Couten.


10 mai 1957, vers 22 h 30, à Beaucourt-sur-l’Ancre, dans la Somme, trois petits êtres à proximité d’un engin. On appris qu’à la veille et l’avant veille de l’observation, certains habitants avaient remarqué les allées et venues insolites d’une 2 CV grise dans la campagne environnante. Véhicule piloté par un homme élégant, vêtu d’un costume pied de poule, et... inconnu au pays ! L’inconnu aurait abandonné la fameuse 2 CV devant une gare de la région. Info de feu François Couten.


Le 21 mai 1968, au km 189 de la route allant de Pelotas à Camaqua, État de Rio Grande do Sul, Brésil, deux personnes circulant en voiture, virent un OVNI atterrir. A l’endroit de l’atterrissage, une Volkswagen à l’arrêt. Les deux témoins dirent qu’ils étaient restés sur la forte impression que la Volkswagen attendait l’objet sur le côté de la route, et qu’ils avaient eu le sentiment qu’ils avaient interrompu le rendez-vous ! " Phénomènes Spatiaux " n° 29, septembre 1971, page 31.


le 7 juillet 1971, localité de San Juan de Los Morros, Espagne. Plusieurs témoins virent deux personnages vêtus de noir, arriver à bobord d’une Mustang rouge du dernier modèle, puis monter à bord d’une soucoupe volante ! " Phénomènes Spatiaux " n° 29, septembre 1971, pages 30 et 31.


Voici maintenant une information personnelle. C’était au début de l’éclosion des radios F.M., en 1982-1983. Une animatrice de la radio " Active F.M. ", Patricia Léhrisson, connaissant ma passion pour l’ufologie, me raconta ceci :

Elle connaissait un inspecteur de Police du Commissariat de Champigny, ami avec elle, qui lui révéla cette info : La police était informée, qu’à cette époque (1981-1983), une haute personnalité politique avait été témoin d’un atterrissage d’un OVNI... près d’une voiture Volkswagen de couleur bleue à l’arrêt, dans le secteur de Melun (en Seine et Marne). À rapprocher avec la... Volkswagen du Brésil ! ! !

Melun est tout proche de la mystérieuse Forêt de Fontainebleau, lieu privilégié d’apparitions d’OVNI, et du centre Radio-Électrique de Sainte-Assise, autre lieu privilégié des OVNI !


Une information m’était parvenue comme quoi un C.R.S., Mr Renoir, avait fait la connaissance " d’une mystérieuse femme en noir ", à Barbizas, localité toute proche de... la Forêt de Fontainebleau !

Au bout de quelques mois, ce C.R.S. avait cessé de la fréquenter, car épouvanté par ses découvertes !

 

Cette " femme en noir ", vêtue de noir, cheveux bruns, ne s’alimentait pas, et ne buvait pas non plus. En présence d’un témoin, le C.R.S. l’avait vu aussi se " dématérialiser " ! Sexuellement parlant, elle était de même constitution que nos femmes ! Ce C.R.S. est maintenant dans une caserne, à Marseille. Nos amis du CERPA doivent vérifier cette info, pour confirmer l’authenticité de cette affaire...

 

Pierre Monnet fut contacté par des extraterrestres pour la première fois, par une nuit de juillet 1951, au bord de la N 7, qui traverse le village de Courthezon et relie la ville d’Orange où devait se rendre Pierre Monnet qui y habite...

En juin 1974, un samedi matin, vers 10 h, à la station-service située en pleine ville, Pierre Monnet vit deux extraterrestres du même genre que ceux de 1951, faisant le plein d’une Renault 16 neuve, reluisante, gris métallisé, immatriculée en " WW " ! Pages 85 à 89, " Les Extraterrestres m’ont dit... " par Pierre Monnet, Éditions Alain Lefeuvre, 1978.

Le 10 avril 1952, près de Nîmes (Gard), Rose C., rencontre trois extraterrestres et un... ancien instituteur qui était avec eux ! Il avait lui-même fait une rencontre du 3ème type, 20 ans plus tôt ; étant pour ainsi dire seul au monde, il avait accepté l’invitation de ces extraterrestres. Ils vivait depuis avec eux ! Voir la révélation de cet instituteur. Il expliqua à Rose que la Terre avait été aménagée à l’intention de ses habitants par ces extraterrestres, qui avaient même apporté sur place son satellite réputé naturel, la Lune ! ! !

Voir " Rencontre avec les Extraterrestres ", par Rose C., Éditions Du Rocher, 1979.

 

Le même ufologue cité plus haut, m’a révélé qu’il connaissait un cas de rendez-vous " OVNI - voiture ", où c’était un officier militaire qui avait assisté à un tel rendez-vous !

Citation du livre de Serge Hutin, " Gouvernants invisibles et sociétés secrètes " , éditions J'ai Lu, 1971, pages 91 & 92 : " Voici une bien étrange histoire qu'on nous a racontée et qui se déroula en 1967, dans la vieille cité romane de Tournus. Un brave homme de la ville conçut le projet d'explorer un dédale de souterrains dont l'un des accès débouchait justement dans sa cave. Il ne parla de son idée à personne, ni femme, ni parents, ni amis. Il possédait déjà de longue date un matériel entreposé chez lui, et on ne le vit donc pas en ville acheter ou transporter l'équipement de mineur qui lui était nécessaire. Matériellement, personne ne pouvait être au courant de son projet d'exploration souterraine, dont aucune trace n'aurait pu apparaître à la surface du sol. Or, la veille même du jour où il avait décidé d'entreprendre l'exploration du souterrain, il reçut la visite d'un personnage qui se présenta à lui en tant que haut fonctionnaire du ministère des Beaux-Arts et le menaça de poursuites judiciaires immédiates s'il donnait suite à son projet de fouille clandestine.

On peut se poser deux questions :

D'abord, par quel truchement le ministère des Beaux-Arts avait-il pu être informé de ce projet de fouille que personne ne connaissait.

Ensuite, comment cette intervention ministérielle put-elle être si foudroyante, préventive même, puisque, dans les cas les plus rapides d'intervention contre les imprudents ou des vandales, il faut toujours compter un délai nécessaire pour mettre en branle le lourd mécanisme administratif ?

Il faudrait admettre alors, peut-être, qu'il existe en France des lieux jalousement gardés, placés sous la sauvegarde de forces magiques, où intervient l'action de moyens paranormaux. " fin de citation.

 

Autre citation du même livre, Page 310 : " L'auteur américain de science-fiction Philip José Farmer a écrit un excellent et très étrange roman, " L'univers à l'envers ", dont la clé est celle-ci : des puissances suprahumaines régissent, tout au sommet de la pyramide des gouvernants visibles et invisibles, l'évolution de tous les systèmes stellaires et planétaires et de tous les êtres qui y vivent, hommes compris. S'il en était ainsi, le point de vue humain si limité serait aussi inapte à saisir les lignes d'ensemble des cycles stellaires et planétaires que, pour hasarder cette métaphore, une cellule de nôtre organisme est incapable de comprendre l'ensemble structuré qu'il forme. ", fin de citation du livre de Serge Hutin.

 

LE PARC AUTOMOBILE  DES VISITEURS

 
Il semble bien que les visiteurs utilisent une gamme diversifiée de véhicules : années 60 et 70, utilisation de Cadillac, Plymouth, limousines noires aux USA, ainsi qu’une Mustang blanche.

Fin des années 60, une Volkswagen au Brésil.

Années 70, une Mustang rouge en Espagne, dernier modèle.

Années 50, une 2 CV en France.

Années 70, une R 16, France, neuve.

Années 80, une Volkswagen bleue en France, près de Melun.

Fin des années 70, une voiture de sport " futuriste ", Pays de Galles.

Jean-Claude Pantel a été transporté par les " Visiteurs ", dans une SM Masérati verte !

 

INFRASTRUCTURE ET SOUTIEN LOGISTIQUE

Les visiteurs clandestins sont très bien organisés, et disposent de soutiens dans nos sociétés, pour vaquer à leurs opérations. Voir les infos de feu François Couten.

 

EN RÉSUMÉ

 

En résumé, les " hommes en noir ", les " couples bizarres ", ou les " personnages seuls insolites ", associés aux rendez-vous OVNI - voiture, sont étroitement imbriqués ! ! !

" Ils " se fondent facilement dans nos sociétés, disposent de très bons renseignements, et ne laissent aucunes traces après leurs interventions.

Comme les voitures qu’ils utilisent, " Ils " disparaissent au sens littéral du terme !

Comme si les "pièces à conviction" s’étaient évanouies dans une " faille spatio-temporelle " ! ! !

 

CONCLUSION

 
En conclusion, nous pouvons affirmer qu’une " cinquième colonne " extraterrestre s’affaire sur " notre " planète, et que des terriens se sont déjà mis à leur service, ... pour le meilleur ou pour le pire ! ! !

Tout cela est pour le moins bien inquiétant ! ! !

Maintenant, nous savons que " les envahisseurs " sont là, qu’ils ont une " apparence humaine ", et que le cauchemar a déjà commencé ! ! !

Cela ne vous rappelle rien ? La série culte télévisée " LES ENVAHISSEURS " ! ! !

Mais après tout, ne dit-on pas que la réalité dépasse souvent la fiction ?

 

Pour la mémoire de toutes celles et ceux qui sont décédés par les manifestations dangereuses du phénomène OVNI, témoins, auteurs disparus et pour ceux qui ont approché de trop près les vérités interdites ufologiques, en décédant " brutalement ", comme Franck Edwards, Morris Jessup, James Mac Donald, et tous les autres, je vous demande d’observer avec moi une minute de silence à la fin de ces lignes... 

 

Merci pour EUX.

Fin de l'article de Christian MACE paru sur : http://ufoweb.free.fr/mace9.htm
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:22:55 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Bernard Bidault (Ufologue et ex-juge) et sa rencontre MIB (raconté par C.MACE)
« Réponse #12 le: 07 septembre 2008 à 16:43:01 »



Le blog de Christian MACE: http://ovniparanormal.over-blog.com/


Voici maintenant le témoignage de l’ami Ufologue Bernard Bidault, que je connais très bien.


Bernard demeure en Gironde, et était aussi, tout comme moi, ami avec feu notre ami Jimmy GUIEU.

En 1972, l’ami Bernard Bidault avait fait la connaissance d’un haut responsable de la Gendarmerie, dont celui-ci s’occupait uniquement du phénomène OVNI. Et il lui dévoila entre autres pas mal de choses sur les " Enlèvements " liés au phénomène OVNI. Notamment des enlèvements définitifs de femmes et d’enfants.
Et Bernard pris donc la décision d’écrire un futur livre sur cette question, et son manuscrit comportait à ce moment une cinquantaine de pages.

Lorsque arriva alors sa rencontre avec des " Hommes en noir " !
Cela s’est passé en 1976, en région parisienne, sur une route entre Fresnes et L’Haye-les-Roses, par une belle journée ensoleillée. Bernard conduisait sa voiture Ford, rentrait chez lui pour déjeuner, et il était entre 12 h 45 et 13 h. A cette heure du repas, il n’y avait personne sur cette route. A un moment donné Bernard jette un oeil dans son rétroviseur central, et ne remarque aucune voiture. Rien à l’horizon. Puis, à peine 3 ou 4 secondes plus tard, après un nouveau regard dans son rétroviseur, Bernard découvre une voiture Volkswagen bleue qui le suivait, presque collée à son pare-chocs !
 
A l’intérieur, il y avait 3 hommes en costume noir, avec une chemise blanche, et portant aussi une cravate noire et un chapeau noir. Ils avaient des lunettes de soleil de couleur noire.
 
Puis, curieusement, Bernard entendit un appel mental lui disant " Arrête d écrire ton livre " . Après un nouveau contrôle dans son rétroviseur, plus de voiture ! Puis cette voiture insolite était entrain de le doubler mais finalement la manoeuvre n’aboutira pas, car une fois de plus, plus de voiture, plus rien !
Bernard s’arrêtera un peu plus loin pour faire le point de la situation…
Le véhicule s’était bien volatilisé de manière incompréhensible.
 
Bernard n’écrira pas son livre, et par la suite tombera gravement malade, atteint d un cancer…

Bernard Bidault avait été juge et président d un tribunal des Prud hommes. (Mise à jour mardi 13 avril 2004 :Bernard Bidault a finalement écrit son livre intitulé " OVNI attention danger ", Editeur Jean-Michel Grandsire, paru en 2003).


Grâce à mes contacts, Bernard Bidault sera invité sur le plateau de télévision de la chaîne " TF 1 ", émission " Y’a pas photo ! " consacrée aux OVNI, et diffusée le 15 mai 2000. J’avais révélé cette affaire au journaliste Laurent Varlet de " Y ‘a pas photo ! ", qui mettait en oeuvre cette émission sur les OVNI, et ainsi Bernard racontera son aventure sur le plateau de " TF 1 " Et je donnais à " Y’a pas photo ! " une foule de renseignements sur le phénomène OVNI. Par un courrier de Paris en date du 22 mai 2000, Laurent Varlet m’écrira : " Christian, Un grand merci pour votre participation active à la construction de notre émission.
 
Amicalement.
Laurent ".
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________


Hommage à Bernard Bidault lundi 23 octobre 2006   

Bernard Bidault est décédé ce jour, il était connu pour son excellent livre OVNI Attention Danger ! mais vous pouvez vous procurer son second ouvrage Paranormal-Science-OVNIS chez CREPS Diffusion


--------------------------------------------------------------------------------

Feu l’Ami Bernard, tout comme feu l’Ami Jimmy Guieu (qui étaient très proches) étaient fascinés par l’aventure du Contacté Jean-Claude Pantel.

Dans son deuxième livre que l’Ami Bernard venait de terminer sur le Paranormal, Bernard revient en détails sur cette Etrange aventure des Visiteurs de l’Espace-Temps de Jean-Claude Pantel.

Tout récemment encore Bernard s’entretenait au téléphone avec Jean-Claude Pantel...

J’avais adressé à Bernard mes propres infos et une photo pour publication dans son livre, de ma pipe dématérialisée et rematérialisée (un peu plus tard) dans un bloc de glace par les "Visiteurs"...

Par mon entremise, il y a quelque temps, Bernard avait pu recevoir chez lui l’Amie Médium et Spécialiste des Réincarnations, Pascale Lafargue (que l’on voit notamment dans l’émission de télévision de "TF1" "Mystères", intitulée "La Révolutionnaire")...

Toutes nos Lumières t’accompagnent Ami Bernard pour le voyage de ton Ame vers le "Suspensif".

Tu es toujours et seras toujours PRESENT Bernard dans nos coeurs, et je sais que ton Ame (Cellules Mémorisées) est déjà dans ces Autres Dimensions...

Reviens-nous vite Ami Bernard...

A moins que tu ne sois "Récupéré" par les "Visiteurs", et que tu sois en "Mue Evolutive" dans ces Autres Mondes...

Nos condoléances à ses proches.

Amicalement, Christian Macé


--------------------------------------------------------------------------------


HOMMAGE A BB (26/10/2006)

A l’heure, où la nuit, au jour
Va bientôt céder place,
Tu es parti,
Avant le chant du coq,
Avant l’aurore bleue,
Pauvre momie de pharaon,
Masque de mort d’Akhenaton.

En cette fin de nuit tu as largué les amarres.
A jamais tu as quitté le port.
En cette fin de nuit, ta barque a pris le large...
Horus sera ton guide pour franchir l’Achéron.
Vogue vers l’infini dans l’océan d’étoiles
Vers l’étoile Sothis,
Dans les Champs (Elysées) d’Orion.

En silence tu as quitté la vie,
Sans une parole, sans un cri, ,
Pourtant, tu aurais pu crier comme Lui :
"Eli ! Eli ! lama sabaqtani ?"
Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné,
Dans la souffrance depuis tant d’années ?

T’en souviens-tu de cette histoire ancienne,
Quand nous parlions en philosophie,
Du mystère des deux infinis,
Le si grand et le si petit !
Cela pour nous reste un mystère,
Que tu as, peut être, enfin compris.

Un jour un enfant demanda au Sage ;
« Où va la flamme de la bougie que l’on éteint ? »
Le Sage répondit : « la flamme rentre à l’intérieur,
A l’intérieur du mystère des choses,
Pour renaître, sans doute, ailleurs. »

Comte elchim

Source: http://www.ovni.info/article.php3?id_article=300

« Modifié: 19 avril 2015 à 01:23:36 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Jimmy GUIEU - Jean-Claude PANTEL et les MIB par Christian MACE
« Réponse #13 le: 07 septembre 2008 à 16:58:18 »



Le blog de Christian MACE: http://ovniparanormal.over-blog.com/


REVELATIONS.
 
Lire avec intérêt les deux tomes de l’ami Contacté Jean-Claude Pantel intitulés " Les Visiteurs de l'Espace-Temps ", parus aux Editions Ramuel.
On y découvre de considérables renseignements et de situations vécues entrant dans le cadre des manifestations de personnages insolites, tout à fait identiques à ceux mentionnés tout au long de mon étude Ceux-ci sont des Humanoïdes, hommes et femmes, venant des AUTRES DIMENSIONS.

Feu l’ami Jimmy GUIEU avait été le premier a révéler la fabuleuse histoire de Jean-Claude Pantel étalée maintenant depuis une trentaine d’années, et étaient restés toujours amis.

Dans son livre " Nos Maîtres les Extraterrestres ", paru aux Editions " Presses de la Cité " en 1992,

Jimmy GUIEU nous dit ceci pages 288-289 : " Révélations, nouvel ouvrage (à clé) de Jacques Vallée.

Avant d ‘analyser certains points de ce livre, qui peut et doit me semble-t-il être lu à plusieurs niveaux, un flash-back est nécessaire. Jacques Vallée et moi nous sommes rencontrés pour la première fois, en novembre 1989, sur le plateau de « Ciel mon mardi » , où nous avons pris rendez-vous pour le lendemain matin à 10 heures. " Nous bavarderons une demi-heure car mon emploi du temps est chargé ", me prévint Jacques. En fait, nous nous sommes quittés vers midi cinquante dans un climat de vive sympathie. Un peu avant de nous séparer, je dis à Jacques Vallée :
 
- J’ai rencontré Allen Hynek à deux reprises en 1978 : une fois à Montréal, brièvement, où il avait supervisé le film accompagnant ma tournée de conférences, et chez lui, à Evanston (Chicago), où il m’avait invité, fin mai, à l’issue de ma longue tournée. Nous avons sympathisé, je lui ai minutieusement relaté l’étrange affaire Jean-Claude Pantel, ses quatre contacts avec des êtres d’Ailleurs, les pénibles années jalonnées de phénomènes paranormaux, souvent extrêmement violents, qui empoisonnèrent sa vie et celle de ses camarades (cf. Le livre du paranormal épuisé et La Terreur venue du néant, n° 3 de la collection " Les Chevaliers de Lumière "). Allen se montra vivement intéressé, captivé même, et longuement songeur en tétant sa pipe éteinte, dans son jardin " dévasté ", tout chamboulé, qui attendait sa remise en ordre par un jardinier . ". Fin de citation.
Feu Allen Hynek avait été pendant une vingtaine d années, le consultant officiel et scientifique de l’Armée de l’Air des USA, en matière d OVNI.
 
Grâce aux informations très pointues apportées par l’ami Jean-Claude Pantel, il est avéré qu’il existe des multitudes d’Espèces Humanoïdes depuis des temps très anciens, demeurant dans de multitudes AUTRES DIMENSIONS, donc nous côtoyant, et faisant des apparitions de temps à autre dans notre DIMENSION ou environnement.
Ces Etres multidimensionnels son appelés " Etres Semi-Géométrisés. Nous mêmes, Espèce humaine, sommes des " Etres Géométrisés ".
 
Ainsi les fameux " Hommes en noir ", " Etres Semi-Géométrisés ", participent de ce mode opératoire de ces Humanoïdes qui se meuvent à travers ces AUTRES DIMENSIONS existant dans notre propre environnement. Ce qui explique aussi et ainsi les apparitions et disparitions subites de tous ces véhicules utilisés par ceux-ci, qui font la navette avec ces AUTRES DIMENSIONS !

L’usage de ces dernières confère l’INVISIBILITE quand on les réintégre !
Leurs Pouvoirs Paranormaux extraordinaires leur permette de capter nos pensées, et ainsi tout savoir de nous !… C’est pourquoi « Ils » sont si bien renseignés…

L’auteur de ces lignes, Christian Macé, a pu rencontrer plusieurs fois certains de ces " Etres Semi-Géométrisées ", appartenant à une Société Secrète (1) d’une AUTRE DIMENSION, et d’assister à l’apparition et à la disparition instantanée de véhicules automobiles…
 
(1) : Le jeudi 06 janvier 2000, Jean-Claude Pantel, d’autres amis Ufologues et moi-même, étions aux funérailles de notre feu ami Jimmy GUIEU, à La-Chaussée-d Ivry, en Eure-et-Loir (où repose maintenant Jimmy dans le cimetière de cette même localité). Un couple (Humanoïdes homme et femme) de cette Société Secrète était présent en ces lieux, disposant d’un Renault Espace de couleur vert. Ils ont dit une phrase incongrue à l’un des participants, comme un clin d‘oeil pour attirer leur attention et signaler ainsi subtilement leur présence…
L’ami Jean-Claude Pantel, dans son 1er tome "Les Visiteurs de l’Espace-Temps ", paru aux Editions

Ramuel, en 1997, nous dit ceci, page 292, à la suite d un voyage au centre de la Terre, mais situé dans une AUTRE DIMENSION, effectué par son ex compagne Lucette en compagnie de feu son ami Dakis :

"C’est sous terre, comme nous l’avions plus ou moins déduit, qu ils avaient voyagé ! Mais sans doute à une profondeur qu aucun spéléologue n abordera jamais Virgins (Entité de l Espace-Temps, Fluidoluminescente.
Note de Christian Macé) ne négligea pas de nous indiquer qu’il existe " force possibilités de bifurcations démultipliables à l’intérieur de la matière vivante ".
 
Elle parla de " couloirs " empruntés toujours accidentellement par les Hommes dont ces derniers, hélas, ne peuvent ensuite s’extirper. Ces couloirs se situent dans les airs, sur ou sous la mer et, bien évidemment, à la surface terrestre ou sous celle-ci, comme nous venons d’en faire état. Ils sont contrôlés par d’autres Espèces vivantes dont notre Planète demeure le support.

Source: http://benzemas.zeblog.com/trackback.php?e_id=115092
modération : lien mort
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:24:08 par katchina »
IP archivée

titilapin2

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 2287
  • en l'honneur de ma fille
Re : Hommes en noir - Men in black
« Réponse #14 le: 07 septembre 2008 à 17:17:13 »



Le blog de Christian MACE: http://ovniparanormal.over-blog.com/



La revue spécialisée " Phénoména " de l’association " Sos-OVNI "

Dans un numéro de 1997, nous fait part aussi d’étranges " Hommes en noir ".
Voir pages 24-25 : Un incident préalable à cette affaire concerne et prend place dans le massif du Parmelan, en Haute- Savoie, durant la nuit du 20 au 21 novembre 1996.

Citation, page 23 : " Le 21 novembre à 05 h 00, des témoins entendent un avion évoluer à basse altitude. Le survol est suivi d’une FORTE EXPLOSION - un bruit sourd et d’un éclair. D’autres observateurs parlent d’une immense lueur blanche d’une boule de feu. Tout laisse supposer qu’un aéronef s’est accidenté dans la montagne. ". Fin de citation.
 
A noter qu’à la suite de l’enquête très poussée des militaires, aucune trace au sol n a été trouvée. Un Antonov 12 soviétique a survolé le secteur vers 05 h 00, à 8000 mètres d’altitude, assurant une liaison régulière suivant ce plan de vol, entre l’Allemagne et l’Espagne. Mais cet avion cargo est bien arrivé à destination avec son fret, sans incident Alors que s’est-il passé ?
 
Citation, page 24 : " La gendarmerie de Thônes confirme qu’une patrouille a bien vu des lumières rouges dans le ciel, le 21 novembre à 05 h 03 et qu un BANG a bien été entendu par les militaires de sortie.
Autre élément, appartenant au folklore de l’ufologie, des HOMMES EN NOIR auraient été vus par plusieurs témoins. La gendarmerie a eu connaissance de leur présence sans pouvoir dire de qui il s’agissait.
" Deux hommes habillés en noir, beaux vêtements de ville (c’est-à-dire mal adaptés pour circuler discrètement en montagne dans la neige, ndlr), très blancs de visage, au comportement étrange. Ils sont partis après avoir bu un café chacun ". (Consommation prise dans un bar de Dingy-Saint-Clair, ndlr). On a parlé d agents des Renseignements Généraux.
 
Officiellement, aucun service de police et encore moins des RG ne s’est penché sur le crash du Parmelan, les affaires ovni n’étant pas de la compétence directe de la police.
 
Les deux hommes mystérieux ont échangé quelques mots avec un journaliste de radio qui leur demandait la raison de leur présence. Puis, coupant court à toute discussion, ils ont quitté les lieux. On sait seulement qu’ils étaient là pour l’affaire du Parmelan. ". Fin de citation.
 
Source: http://benzemas.zeblog.com/trackback.php?e_id=115092
modération : lien mort
« Modifié: 19 avril 2015 à 01:24:35 par katchina »
IP archivée